Soutenance de thèse de Marion Schumm : « L’intrigue anthropologique. Conceptions, descriptions et narrations de l’homme dans l’œuvre de Hans Blumenberg », 23 novembre 2017, Paris Nanterre

 

Marion Schumm, doctorante en philosophie au laboratoire Sophiapol (Université Paris Nanterre), soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Stéphane Haber et intitulée

« L’intrigue anthropologique. Conceptions, descriptions et narrations de l’homme dans l’œuvre de Hans Blumenberg »

Date et lieu :
Jeudi 23 novembre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle Paul Ricoeur (B016)

Comment venir et s’orienter sur le campus ?

 

Membres du jury :

Christian Berner, Professeur à l’Université Paris Nanterre
Étienne Bimbenet, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne
Christiane Chauviré, Professeur honoraire à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Stéphane Haber, Professeur à l’Université Paris Nanterre
Felix Heidenreich, Professeur à l’Université de Stuttgart
Jean-Claude Monod, Directeur de recherche au CNRS

 

Résumé :

L’œuvre de Hans Blumenberg, reçue d’abord pour son apport au débat sur la sécularisation et sa proposition d’une « métaphorologie », trouve son centre de gravité dans une anthropologie philosophique originale et complexe. C’est à celle-ci que cette thèse se consacre, en prenant acte du fait qu’« anthropologie » et « homme » sont les noms de deux problèmes avant d’être ceux d’un champ de savoir et de son objet. Si la pensée de Blumenberg s’élabore en premier lieu dans un dialogue critique avec la phénoménologie, ce n’est pas pour lui adjoindre le chapitre anthropologique qu’elle aurait omis, mais pour réformer de fond en comble ses thèses, sa méthode et ses principes implicites. Il ne s’agit pas non plus de retourner simplement aux questions et réponses traditionnelles que la philosophie a formulées à propos de l’homme. S’interrogeant, dans la lignée de l’anthropologie philosophique allemande, sur la possibilité de l’homme, Blumenberg oriente sa réflexion dans une voie « négative », dont ce travail s’attache à rendre raison autant qu’à interroger les limites. Avec l’image d’un homme fondamentalement « démuni », un être lacunaire, que les descriptions et narrations de l’auteur mettent en scène, ne retrouve-t-on pas une conception « prométhéenne », qui reconduit les présupposés qu’elle critiquait pourtant ? Notre interprétation vise, dans une analyse des procédures discursives que l’auteur met en œuvre et une discussion des thèses qu’il propose, à faire valoir leurs ambivalences, tout autant que leur fécondité. Ce qui est à lire, en dernière instance, dans l’œuvre de l’auteur, c’est un ensemble d’approches historiques et philosophiques de la « seconde nature » de l’homme, qui décrit les inquiétudes inhérentes à sa condition culturelle, autant que les intermittences du sujet.

 

Mots clés :
Hans Blumenberg, anthropologie philosophique, phénoménologie, philosophie de la culture, histoire de la philosophie allemande

 



Citer ce billet
Philippe Combessie (2017, 15 novembre). Soutenance de thèse de Marion Schumm : « L’intrigue anthropologique. Conceptions, descriptions et narrations de l’homme dans l’œuvre de Hans Blumenberg », 23 novembre 2017, Paris Nanterre. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhjg