avis de décès : Robert Damien (1949-2017)

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de Robert Damien, qui fut une grande personnalité de notre université.

Né en 1949, étudiant à Lyon jusqu’à sa réussite au concours de l’agrégation, il enseigna la philosophie au lycée avant de rejoindre l’Université de Franche-Comté, comme maître de conférences puis comme professeur. Il arriva à l’Université de Nanterre en 2006 et y prit sa retraite en 2013. Membre actif du « Sophiapol », très présent dans son Département, dirigeant de nombreuses thèses, il a également occupé les fonctions d’Administrateur provisoire de l’UFR « Phillia » et de directeur de l’École Doctorale « Connaissance, Langage, Modélisation ».

Son travail philosophique, très personnel, s’enracine dans une réflexion sur les tensions indépassables qui habitent le monde démocratique : tensions entre décision et connaissance, entre immanence et autorité.

Dans sa thèse pour le doctorat d’État, centrée sur Gabriel Naudé (1600-1653), il étudiait la manière dont la culture européenne avait réagi au double choc induit par la diffusion de l’imprimerie et par l’élargissement du monde consécutif aux Grandes découvertes : d’une part en associant pensée et curiosité voyageuse, d’autre part en réfléchissant à la centralité du dispositif bibliothécaire, seul apte désormais à assumer la prolifération des connaissances et des discours. Dans les deux cas, ce qui s’invente, c’est, montrait Robert, la visée d’une totalisation qui se sait imparfaite, inachevée, aventureuse, mais ne renonce pas pour autant à l’enthousiasme du partage de l’intelligence.

Sur ce socle, Robert Damien a proposé une généalogie de deux figures essentielles de la modernité culturelle, celle de l’auteur (La grâce de l’auteur, essai sur la représentation d’une institution publique, l’exemple de la bibliothèque publique, Encre marine, 2001) et celle du conseiller du Prince (Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours, genèse d’une matrice démocratique, PUF, 2003). Plus récemment, Éloge de l’autorité, généalogie d’une (dé)raison politique (A. Colin, 2013), ouvrage majeur, se présente comme une méditation polyphonique sur le statut du Chef, source à la fois de stimulations nécessaires et de risques permanents. Directeur ou codirecteur de nombreuses publications collectives, Robert n’avait pas cependant négligé ses auteurs favoris, notamment Machiavel et Proudhon (dont il a proposé en 2013, avec Edward Castelton, une édition de Qu’est-ce que la propriété ? au Livre de poche).

Celles et ceux qui l’ont connu se souviendront de l’impression de force et de solidité qui émanait de sa personne. Sa passion pour le rugby (il fut joueur et entraîneur), en plus de nourrir sa réflexion philosophique sur la constitution du collectif, fut sans doute pour beaucoup dans ce mélange inimitable de bienveillance et d’exigence envers autrui qui le caractérisait.

Son œuvre a fait l’objet de journées d’étude (notamment, à Nanterre : Entre Autorité et Démocratie. Autour du livre de Robert Damien, Éloge de l’autorité, 28 septembre 2015), l’une d’elle ayant récemment donné lieu à une publication collective (Thomas Boccon-Gibod, Cristina Ion, Eric Mougenot, Robert Damien. Du lecteur à l’électeur. Bibliothèque, démocratie et autorité, Presses de l’ENSSIB, 2017).