Soutenance de thèse d’Olivier Chassaing : « Réprimer les crimes, reconnaître les torts. La fonction normative de la peine », 6 octobre 2017, Paris Nanterre

Olivier Chassaing, doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol (Université Paris Nanterre), soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Christian Lazzeri et intitulée

« Réprimer les crimes, reconnaître les torts. La fonction normative de la peine »

Date et lieu :
Vendredi 6 octobre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle Paul Ricoeur (B016)

Comment venir et s’orienter sur le campus ?

Jury :
Mme Magali Bessone, Professeure, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

M. Stéphane Haber, Professeur, Université Paris Nanterre

M. Bruno Karsenti, Directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales (rapporteur)

M. Jean-François Kervégan, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

M. Christian Lazzeri, Professeur, Université Paris Nanterre (directeur)

Mme Raphaële Parizot, Professeure, Université Paris Nanterre

Résumé
La peine est une institution paradoxale des sociétés démocratiques contemporaines : les excès et les effets de surpénalisation qu’entraînent certaines politiques sécuritaires sont critiqués, mais l’impunité de certains crimes fait scandale et l’on appelle à ce que justice soit faite ; l’abolition de certaines peines (de prison par exemple) ou l’introduction de formes alternatives de régulation (telles les mesures de justice restaurative) sont revendiquées, mais l’on bute sur la difficulté à donner force au droit sans sanctions dissuasives. La présente thèse porte sur les raisons qui font passer l’institution pénale pour indépassable. Elle soutient qu’au-delà de son statut d’instrument afflictif ou de véhicule au ressentiment collectif, la justice pénale est investie d’un troisième rôle, que l’on propose de nommer la fonction normative de la peine. Cette fonction se manifeste à plusieurs égards : l’institution pénale affirme le caractère fondamental de certains interdits et participe à reconnaître les torts subis par les individus, parfois au rebours de la morale dominante ; elle contribue à déplacer les normes sociales et à distinguer les infractions qui importent à l’État et celles qui demeurent invisibles ; elle modèle le contenu et les formes de la conflictualité sociale en mettant en scène les demandes de justice face à l’autorité publique.

L’examen de cette fonction normative et de ses répercussions sur la justification de la peine constitue les deux versants de ce travail. La première partie montre qu’au nom du rôle de reconnaissance des torts et des injustices dont l’institution pénale peut être investie, son emploi peut délibérément accroître la souffrance et l’exclusion sociale des condamnés. La deuxième partie cherche plus fondamentalement à comprendre si et comment l’État peut imposer des repères pratiques et des critères d’évaluation aux individus par la menace, malgré la généralité de la loi et le désaccord qui peut affecter les décisions des tribunaux. La troisième partie évalue les ambiguïtés de l’identification des condamnations à la reconnaissance d’un tort. Indexer la sévérité de la peine à la demande de la victime, tout en tenant compte du châtiment mérité par le coupable, revient à confier à la justice la tâche d’évaluer avec justesse les motifs des différends entre individus et groupes. Le problème est qu’elle le fait dans un cadre défini a priori par trois opérations : la qualification des infractions, l’imputation de la responsabilité et l’individualisation de la sentence.

L’enquête conclut que la peine ne se réduit pas à un instrument auxiliaire de dissuasion ou de neutralisation. Elle contribue à trancher les conflits et à transformer la vie morale d’une société, ce qui explique en partie sa résistance face aux arguments de l’abolitionnisme ou de la justice restaurative. Elle demeure néanmoins une institution ambivalente, dont la justification est insatisfaisante : à la fois point d’appui à l’expression des demandes de justice, et, en raison de son caractère étatique, facteur de dissolution de ces mêmes demandes.

Mots-clés

crime – tort – peine – justice – philosophie politique et morale – théorie du droit



Citer ce billet
Amélie Le Bihan (2017, 27 septembre). Soutenance de thèse d’Olivier Chassaing : « Réprimer les crimes, reconnaître les torts. La fonction normative de la peine », 6 octobre 2017, Paris Nanterre. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhj0