Séminaire Lasco/Sophiapol, 2nde séance : Yagos Koliopanos, 10 novembre 2016, Paris Ouest

Bandeau séminaire LASCO
La seconde séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco accueillera Yagos Koliopanos, doctorant en sociologie, pour une communication intitulée :

“Les travailleuses du sexe prennent la plume :
sociologie d’une écriture de soi”

.

Date :
Jeudi 10 novembre 2016, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Organisation :
Gabriel Segré (Sophiapol – GDR Lasco) et Vincent Rubio (Sophiapol – GDR Lasco).

.

Résumé :

Illustration colloque "Les échanges sexuels et leurs clients"

Cette communication présente une recherche en cours, par entretiens et observation ethnographique, qui porte sur les écrits autobiographiques et/ou militants de travailleuses du sexe (TDS), de 1974 à nos jours, en Grèce et en France. Le corpus de ce travail se compose d’une cinquantaine d’ouvrages (dont une quinzaine publiée en Grèce) ; le choix des deux pays réside dans les divergences – mais aussi les convergences – entre ces deux contextes historiques et sociaux et leurs répercussions respectives sur la production, la circulation et la réception des ouvrages en question.

Pour ne donner qu’un seul exemple, en Grèce on remarque une quasi-invisibilité des discours des TDS cisgenres, ce qui n’est pas le cas en France ; en revanche, les TDS transgenres (M to F) grecques sont, depuis le début des années 1980, productrices de discours publics, que ce soit à travers leurs ouvrages autobiographiques, leurs textes théoriques et militants et leurs interventions dans un contexte médiatique.
L’objectif principal de cette recherche est d’étudier, dans une perspective sociohistorique, des discours qui s’avèrent, à bien des égards, hétérogènes : certains visent une transgression des normes de genre et/ou de sexualité, d’autres semblent au contraire les consolider.

Les autrices circulent entre un espace social (Mathieu, 2000) particulièrement stigmatisé (la prostitution) et un champ (Bourdieu, 1991) ou monde (Becker, 1988) socialement valorisé (la littérature). Dans ce contexte, le « stigmate de la putain » (Pheterson, 1996) s’entrechoque avec la « fonction auteur » (Foucault, 1969), l’« image d’auteur » (Maingueneau, 2009) et la « posture d’écrivain » (Meizoz, 2008 ; Naudier, 2010).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search