Séminaire du Sophiapol « L’intégration sociale », programmation 2016-2017, Paris Ouest

capture-decran-2016-10-19-a-13-22-38

Le séminaire de philosophie sociale se poursuit en 2016-2017 sur le thème de l’ « intégration sociale ». Depuis quelques années, nous avons abordé tour à tour la question de la domination (2011/2014), celle du conflit (2014/2015) et enfin, l’an dernier, la question de la discipline sociale (2015/2016). D’une certaine manière, nous avons exploré ces dernières années, les voies par lesquelles la philosophie sociale et les sciences sociales prennent en compte les clivages qui travaillent toute société. Aborder cette année le concept d’intégration sociale permettra, sur un registre différent, d’interroger les modes de résistance que les sociétés ou les groupes sociaux mettent en œuvre pour empêcher ou atténuer les dissensions qui travaillent le corps social, la façon dont ils produisent leur unité. Nous voudrions en effet porter notre attention sur les processus de socialisation (entre intégration et régulation) et les outils de cette socialisation (rites, interactions, dispositifs, institutions) qui visent à produire une certaine stabilité du social.

Si le terme est peu thématisé en tant que tel avant la fin du XIXe siècle, l’idée n’en est pas moins présente dès la période qui suit la Révolution française où il s’agit de dépasser le constat, que l’on trouve par exemple sous la plume d’un Pierre Leroux, selon lequel « la société est en poussière ». Depuis les réflexions sur la division du travail, sur le rôle des fonctions sociales ou sur la nécessité de retrouver une foi commune, se dessinent plusieurs plans où se joue la requalification de la fraternité en solidarité. Ce sont-là en effet autant d’outils conceptuels qui sont mobilisés pour penser la production d’états d’équilibre sociaux et la manière dont la société ou des groupes sociaux peuvent accueillir ou intégrer les individus qui les composent. Ces concepts, le plus souvent, sont mis en relation avec les formes de stabilité qui peuvent se rencontrer, dans les sciences du vivant, du côté de l’organisme. Dans cette optique, qui est celle d’une élucidation du concept d’intégration sociale au moment de son apparition, le rapport de dépendance de l’organe à l’organisme est omniprésent : c’est en vue du fonctionnement du tout que le statut de l’organe se comprend. De là un certain fonctionnalisme à l’origine dans la compréhension du concept d’intégration sociale.

Si l’on prend pour point de départ – mais il y en aurait d’autres – le travail de Durkheim, dans ses premiers ouvrages (De la division du travail social ou encore Le Suicide), on est frappé par le fait que l’intégration sociale se présente comme le socle d’une théorie de la socialisation où ce qui compte est moins l’aspiration de l’individu à faire partie d’un groupe que la manière dont le groupe, structurellement, organise une certaine absorption de l’individu en le mettant à son service. L’intégration suppose, de façon concomitante, parfois de façon heurtée, une certaine coopération ou des interactions fréquentes au sein d’un groupe social, le partage de sentiments communs mais aussi l’adhésion à des buts ou d’idéaux communs. Il ne suffit pas que la présence du collectif dans les actions sociales soit assurée, encore faut-il que la distribution des rôles et la hiérarchie qui en découlent soient perçues comme légitimes. Ce qui fait que, pour Durkheim, la théorie de la socialisation doit s’adjoindre une théorie de la régulation sociale, théorie qu’un penseur comme Parsons intègre lui dans son analyse de l’intégration sociale, pour la simple raison qu’elle en est à ses yeux un moment essentiel. Elucider ce premier versant de l’intégration sociale sera donc un enjeu important du séminaire de l’an prochain, explorant la tradition en sciences sociales de Durkheim à Parsons, qui a proposé un traitement du concept.

Un deuxième versant consistera à se focaliser sur des enjeux moins structuraux et plus locaux : autour de rites, de dispositifs ou d’institutions plus localisés, pour analyser au plus près les phénomènes sociaux d’intégration (dans des familles, dans des groupes, dans le passage d’une catégorie d’âge à une autre, etc.). Ainsi, comme à notre habitude, nous ne chercherons pas seulement à élucider théoriquement l’objet que nous nous donnons cette année, mais aussi à comprendre la lecture que l’on peut en proposer lorsqu’il est ressaisi à partir d’enquêtes de terrain, et mis en relation avec les requalifications politiques et sociales contemporaines dont il a fait l’objet. L’intégration – aujourd’hui – fait en effet plutôt signe vers la dimension d’accueil des étrangers sur un territoire national et semble ainsi avoir subi une requalification du côté du seul déterminant culturel, ce qui mérite d’être interrogé (Par exemple Feuille de route. Politique d’égalité républicaine et d’intégration, Fév. 2014).

Reprendre, sur le temps long, le cheminement de ce concept permettra d’évaluer la place et le rôle qu’il joue aujourd’hui dans les sciences sociales et en philosophie, mais aussi dans le discours public.
.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment L
Salle des Conseils
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Organisation du séminaire :
Vincent Bourdeau, Alice Le Goff, Marie Garrau, Katia Genel, Stéphane Haber, Christian Lazzeri, Emmanuel Renault.
.

Programme

Lundi 14 novembre 2016, 14h-16h : Christian Lazzeri (Université Paris Ouest, Sophiapol) « Théorie de l’échange social et intégration sociale (Homans, Blau, Goode) »

Lundi 12 décembre 2016, 14h-16h : Eva Debray (Université Paris Ouest, Sophiapol)  « La théorie de l’intégration sociale de T. Parsons »
! séance reportée au printemps !

Lundi 23 janvier 2017, 14h-16h : Mélanie Plouviez (Université de Nice Sophia Antipolis, CRHI) « Durkheim et le concept d’intégration sociale ». La séance aura lieu au bâtiment Max Weber, salle de séminaire 2.

Lundi 27 février 2017, 14h-16h : Nicolas Duvoux (Université Paris 8 Saint Denis, CRESPPA) « Les deux sources de l’individualisme négatif : réflexions sur la sociologie de la pauvreté aux Etats-Unis et en France »

Lundi 20 mars 2017, 14h-16h : Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté, Logique de l’agir) « Des rites de passage à la nation: Van Gennep et la question de l’intégration sociale »

Lundi 3 avril 2017, 14h-16h : Annie Stora-Lamarre (Université de Franche-Comté) : « Altérité et acculturation des identités du monde juif (1880-1914).  Expérience de l’exil et parcours d’intégration » (Titre à préciser)

Lundi 9 mai 2017, 14h-16h : Sarah Mazouz (Centre Marc Bloch) « Le sens des valeurs. Pratiques de naturalisation et expériences de citoyenneté en France et en Allemagne ».

.

Télécharger l’affiche du séminaire

.

.