Nouvelle parution : Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, par Marie-Carmen Garcia

amours-clandestines

Invisibles, niées ou condamnées, les amours clandestines durables n’en sont pas moins bien présentes dans la vie sociale. Elles sont le quotidien de nombreux hommes et femmes en couple hétérosexuel ; elles occupent des esprits, des cœurs, des agendas et des hôtels. Ce livre invite à explorer ces « jardins secrets » à partir de l’analyse d’une trentaine de récits de vie et d’un corpus de témoignages recueillis sur Internet, traités sous l’angle de la sociologie du genre et des socialisations.

La « conscience morale », disait Durkheim en 1911, prescrit que « l’acte sexuel » demeure enveloppé « d’ombre et de mystère ». Imaginait-il qu’on traiterait un jour, dans une perspective sociologique, les relations extraconjugales ? Alors que nous allons célébrer le centenaire de son décès, Marie-Carmen Garcia présente une analyse sociologique de « l’extraconjugalité durable ». Il s’agit d’un cas particulier des situations d’« adultère » ou d’« infidélité » dont plusieurs sociologues se sont saisis ces dernières années, et notamment, en Europe, Annette Lawson et Charlotte Le Van. Ce cas particulier ne constitue pas seulement une restriction du champ, il invite à adopter un point de vue spécifique, voire différent. Alors que les approches les plus habituelles de l’adultère considèrent l’infidélité comme un comportement de crise – crise passagère parfois, ou « crise » au sens étymologique du terme, c’est-à-dire qui engage un changement dans l’ordre institué de la relation conjugale – l’axe retenu ici invite à observer la relation extraconjugale comme un mode de vie qu’on pourrait qualifier d’ordinaire. Et pourtant…

On notera qu’il s’agit de relations extraconjugales « clandestines ». C’est assurément le cas le plus fréquent, mais, à l’heure de la banalisation du divorce par consentement mutuel, qui, bien qu’il demeure encore cher et lourd à mettre en oeuvre, permet d’interrompre une relation dont les acteurs perçoivent plus d’inconvénients que d’avantages, à l’heure du développement – certes statistiquement très minoritaire, mais médiatiquement de plus en plus visibles – des comportements « libertins » et des pratiques « polyamoureuses », qui permettent, disent leurs promoteurs, de vivre des relations sexuelles ou amoureuses parallèles sans « mentir » ou « faire des cachoteries », la clandestinité de l’extraconjugalité a mauvaise allure. À une époque où l’on prône volontiers la transparence, il s’agit de comportements assimilés à quelque forme de lâcheté, quand ce n’est pas de trahison.

Alors que les sociologues montent au créneau pour porter haut la revendication d’une discipline susceptible d’analyser tous les faits sociaux, même les plus « haïssables », sans pour autant les excuser, il peut sembler important de défendre l’analyse sociologique des pratiques considérées comme moralement répréhensibles – des comportements « indécents » dit André, l’un des informateurs de Marie-Carmen Garcia, lui signifiant que la sociologie ne devrait pas traiter de ces questions. Il ne s’agit, pas plus que pour les comportements criminels, de les défendre, encore moins de les promouvoir, mais simplement de les analyser pour en mettre au jour les dynamiques, les ressorts et les enjeux, et, ce faisant, mieux comprendre la société contemporaine et son évolution.

La sociologie de l’extraconjugalité durable est une sociologie des dettes morales au quotidien. Les personnes qui développent clandestinement quelque forme de relation extraconjugale durable sont en effet en permanence en situation de dette, et même en double situation de dette : dettes vis-à-vis de leur conjoint, qu’elles « trompent » selon la vulgate ordinaire, et dettes vis-à-vis de leur partenaire extraconjugal(e), à qui elles n’offrent pas la possibilité de venir occuper une place légitime dans leur vie. Or, à certains égards de façon plus forte encore que le don, la dette crée du lien social – et la dette morale sans doute encore plus manifestement que la dette financière. La sociologie de l’extraconjugalité clandestine durable constitue une analyse de liens sociaux structurés – voire entraînés – par un jeu complexe de dettes morales entrecroisées, qui se révèlent d’autant plus puissantes qu’elles sont occultées. La prise en compte de ces jeux des dettes entrecroisées et occultées fait que l’approche des relations extraconjugales comme un mode de vie, qu’on pourrait qualifier d’ordinaire, ne mésestime pas la violence que cela peut entraîner, et les trois suicides évoqués à la fin de l’ouvrage – deux qui concernent un homme, un qui concerne une femme – sont peut-être comme la seule issue trouvée pour sortir d’une situation d’endettements entrecroisés sans contrepartie. Quel que soit le milieu social, quel que soit le genre, les dettes morales qu’on ne parvient pas à inscrire dans une logique d’échange, ou, à tout le moins, de communication, renforcent les probabilités de violence physique – à l’égard l’autrui, ou de soi-même.

Dans cet ouvrage, Marie-Carmen Garcia montre notamment que l’extraconjugalité durable se caractérise par la transgression de deux normes fondamentales du couple contemporain : la norme de véracité et l’égalité des sexes. Mais au-delà de la démarche scientifique, elle propose des clefs pour la compréhension de ces liaisons, à la fois fascinantes et repoussantes, et plus largement de l’amour et de la sexualité des couples hétérosexuels.

 

 

Recension de l’ouvrage par Cécile Thomé sur le site Lectures.revues.org

 

Informations techniques :
Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, par Marie-Carmen Garcia, préface de Philippe Combessie
Éditions : Presses universitaires de Lyon
Collection « Sexualités »
Date de publication : 2016
280 pages
Format : 14 × 20,5 cm
ISBN-13 : 978-2-7297-0903-7
Prix de vente public : 18.00 €

Retrouvez la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

.

.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search