Journée d’études « La personne, sujet et objet du champ urbain », 19 mai 2016, Paris

Capture d’écran 2016-05-13 à 18.02.17

Cette journée d’études s’intéresse à reconsidérer la notion de personne et à en explorer les modalités d’approche empirique dans le champ urbain contemporain. Si le constat d’urbanisation, de globalisation et de cosmopolitisme est général, où en est-on de la relation particulière que la personne entretient avec son environnement urbain ? Dans quelle mesure les spécificités d’ordre culturel ou religieux résistent-elles ou se recréent-elles dans l’intimité de ses pratiques ? Contextualiser l’approche de cette notion peut-il se faire sans considérer la ville comme une scène de réactivité à l’existence des autres ?
La notion de personne participe du champ sémantique de l’individu, du sujet, du moi, etc. A-t-elle sur ces autres notions l’avantage de pouvoir restituer la force d’interpellation de la présence individuelle, sa nature phénoménale ? Possède-t-elle le privilège de d’intégrer les dialectiques à l’œuvre entre intériorité mentale et spirituelle et extériorité physique ? Doit-elle être perçue dans ses déterminismes passifs ou par ses déterminations actives ? Quelle affinité cette notion peut-elle entretenir avec l’intérêt contemporain pour la subjectivation et le point de vue du sujet ? Comment les systèmes politiques et idéologiques menacent-ils ou protègent-ils la singularité de la personne ?

La replacer dans le champ urbain, c’est convoquer les notions d’espace social, avec ses hiérarchies verticales, ses appartenances horizontales, locales et multiples, de genre et d’âge, ou celle de région morale — qui pourrait aussi servir à interroger les rapports à la civilité, à la pudeur. Mais c’est aussi revenir à la dimension physique et morphologique des métropoles, entendu comme espace de circulation mais aussi d’exposition et de perception des personnes. Comment aborder les modes de publicité individuelle que procure la ville, sous couvert d’anonymat et/ou en affichage de soi, dans sa destinée propre ?

Reprenant la réflexion initialement portée par Simmel sur métropole et mentalité, puis par Wirth sur l’urbanité, et par le courant interactionniste, il s’agit aussi de conjuguer des disciplines des sciences sociales et humaines qui se sont progressivement ignorées dans l’approche de la question urbaine afin de réintégrer les dimensions du psychisme individuel et sa capacité à se situer dans ce qui fait pour lui milieu.

Cette journée d’études a été conçue de façon à donner voix à des communications qui s’élaborent les unes par rapport aux autres. Aussi le format varie-t-il selon les thématiques proposées. Chaque séquence à deux ou trois voix sera suivie d’une discussion spécifique.

Elle est organisée par le laboratoire d’anthropologie urbanités mondialisation de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, dans le cadre de l’enseignement « Frontières et mouvements de la ville. Repères de l’anthropologie urbaine. Objets, approches, actualisations », et en association avec le programme L’humain impensé (Université Paris-Lumières)

Organisation :
Michel Agier (CNRS – IIAC), Véronique Bontemps (CNRS – IIAC), Emmanuelle Lallement (Université Paris Sorbonne – Celsa Gripic), Virginie Milliot (Université Paris Ouest – Lesc), Franck Mermier (CNRS – IIAC) et Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol)
en association avec le programme

Date :
Jeudi 19 mai 2016, de 9h30 à 17h30

Lieu :
EHESS, Salle M. et D. Lombard
96 bd Raspail
75006 Paris

 

Programme

.
9h30 : Présentation de la journée, par Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol)

10h00-11h00 : Personnes, sujets ou informateurs ? Des facettes multiples de l’enquête ethnologique
Léonore Le Caisne (CNRS – CEMS) et Laurent Bazin (CESSMA)
Communication à deux voix suivie d’une discussion

11h00-12h30 : La personne en regard de son environnement culturel : diversité des contextes au Moyen-Orient et au-delà
Franck Mermier (LAUM/IIAC) : « Personne et extensions de soi dans quelques contextes urbains du monde arabe »
Benoît Fliche (IDEMEC) : « Coordonnées symboliques et topologie du sujet (Turquie) »
Paul El Tabar (Lebanese American University) : « Learning to be Lebanese: fashioning an ethnicised habitus in multicultural Australia »

12h30-13h00 : Discussion autour de ces thématiques

.
Déjeuner sur place
.

14h30-15h30 : Quand la personne apparaît ou disparaît par le sacrifice de soi : les récits évolutifs des murs de Téhéran
Agnès Devictor (Univ. Panthéon-Sorbonne – HiCSA) et Sepideh Parsapajouh (CNRS – LAUM/IIAC)
Communication à deux voix suivie d’une discussion

15h30-16h30 : La personne, en complément du sujet, déterminée ou déterminante ?
Michel Agier (CNRS – LAUM/IIAC) : « Le ‘sujet’ est-il un objet pour l’anthropologue ? Exercices de décentrement en situation »
Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol) : « La personne dans le champ urbain, au prisme de quelles méthodologies ? Retour sur une enquête au croisement de l’anthropologie, de la sociologie et de la psychanalyse »

16h30-17h00 : Discussion sur ces thématiques

17h00-17h30 : Reprise générale et futurs travaux

.

.