Soutenance de thèse de Jérémy Lemarié, « Genèse d’un système global surf. Regards comparés des Hawai’i à la Californie : traditions, villes, tourismes, et subcultures (1778–2016) », 20 mai 2016, Paris Ouest

soutenance_these

 

Jérémy Lemarié, doctorant en sociologie au laboratoire Sociologie, Philosophie et Anthropologie Politiques (Sophiapol, EA 3932) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, soutiendra sa thèse de doctorat, réalisée sous la co-direction d’Anne Raulin et de Jonathan Friedman :

« Genèse d’un système global surf. Regards comparés des Hawai’i à la Californie : traditions, villes, tourismes, et subcultures »


Date et lieu :

Vendredi 20 mai 2016, à partir de 14h00
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, RDC, Salle B016 Paul Ricoeur
Comment venir et s’orienter sur le campus ?
RER A, station Nanterre-Université
.

Résumé :
À partir de l’histoire coloniale des Hawai‘i et des États-Unis en 1778, cette thèse traite de la transformation de la coutume hawaïenne he‘e nalu en un système surf mondial. Le travail analyse les modalités de diffusion et de réappropriation de la culture hawaïenne vers l’Occident, et s’interroge sur les structures politiques, économiques, et idéologiques qui ont permis la métamorphose d’une pratique autochtone en un sport pratiqué par trente millions de personnes dans plus d’une centaine de pays. La plupart des travaux sur le sujet ont souvent déconnecté le surf moderne de ses racines indigènes. Or un récent courant de pensée défend l’existence d’une continuité culturelle, et notre problématique tente de dépasser ces deux théories contradictoires. En quoi y a-t-il rupture et continuité du surf hawaïen au XIXe siècle, et quelles sont les modalités de sa transformation en un système global surf au XXIe siècle ?

Au regard de la portée généalogique de cette thèse, trois méthodes d’investigation qualitatives ont été retenues. Premièrement, un travail d’archive a été effectué sur les XIXe et XXe siècles, reposant sur l’analyse comparative des journaux de bords des voyageurs vers l’archipel des Hawai‘i avec la presse hawaïenne. Deuxièmement, cinquante entretiens semi-directifs ont été conduits aux Hawai‘i et en Californie, auprès d’acteurs politiques et économiques, pour saisir les enjeux de la réappropriation étatsunienne du surf après 1945. Troisièmement, une observation participante multi-site de trente mois à Honolulu, Huntington Beach et San Diego a été réalisée entre 2009 et 2016, afin de dégager les modalités contemporaines de l’historicisation du surf.

Par l’utilisation de la longue durée, cette recherche a identifié trois conclusions principales. D’abord, l’introduction des Hawai‘i dans le système-monde et les commerces transpacifiques au XIXe siècle a concouru au déclin de la population hawaïenne, tout en dynamisant la naissance d’une identité nationale autochtone par la réaffirmation des coutumes ancestrales, comme le surf. Ensuite, avec l’annexion de l’archipel par les États-Unis en 1898, et l’avènement du tourisme balnéaire au XXe siècle, les Hawai‘i se sont imposés comme un modèle touristique, reposant sur la mise en scène et la réappropriation occidentale de la culture polynésienne. À cet égard, Waikīkī constitue un cas d’école, et son schéma de développement surf s’est diffusé en Californie, comme à Huntington Beach. À partir des années 1950, le surf s’est exporté dans le monde grâce à l’émergence de sa subculture et de son sport professionnel, aux médias de masse, et à la démocratisation du tourisme balnéaire. Enfin, dans le contexte plus large de la mondialisation au XXIe, ce travail révèle l’existence d’un système global de villes surf, en mettant en évidence un modèle urbain et touristique tiré d’une histoire comparée de Waikīkī et de « Surf City USA® ».

Mots clés :
Californie, Hawai‘i, subcultures, tourismes, traditions, villes surf.

 

Title : Genesis of a global surf system. A comparative study of Hawai‘i and California: traditions, cities, tourism, and subcultures (1778–2016).

Abstract:
Dealing with the colonial history of Hawai‘i and the United States from 1778, this dissertation focuses on the transformation of the Hawaiian custom he‘e nalu into a global surf system. This work analyzes the dissemination of the Hawaiian culture and its appropriation by the West, by emphasizing the political, economic and ideological structures that lead to turning a native custom into a sport, today engaged in by thirty millions of people in over one hundred countries. Most previous studies often disconnected modern surfing with its indigenous roots. But a recent school of thought argues for cultural continuity, and our research question overcomes these two theories. Is there a break or a continuity of Hawaiian surfing in the 19th century, and what are the terms and conditions of its global diffusion in the 21st century?

To reach the genealogical goal of this thesis, three methods have been applied. First, this research carried a content analysis of American, British and French traveling literature in Hawai‘i, compared with a study of Hawaiian newspapers, written in English and in Hawaiian during the 19th century. Second, the author recorded fifty semi-structured interviews of political and economic actors from the surfing industry to grasp some issues resulting from the Californian appropriation of surfing after 1945. Third, a thirty-month participant observation has been conducted between 2009 and 2016 in Honolulu, Huntington Beach and San Diego to understand the contemporary concerns about historicizing surfing.

Using a long-term analysis (i.e. longue durée), three main conclusions emerged from data analysis and triangulation. To begin, the introduction of Hawai‘i in the world system and in the Pacific trades in the 19th century is partly responsible for the decline of the Hawaiian population, but also concurred to the birth of a Hawaiian national identity, that was grounded on international diplomacy and reaffirming traditions, such as surfing. Then, with the U. S. annexation of the islands in 1898, and the advent of seaside tourism in the 20th century, Hawai‘i has become a touristic model, based on staging surfing and on a Western appropriation of the Polynesian culture. In this regard, Waikīkī is a popular case study, and its developmental pattern has been reproduced in Southern California, such as in Huntington Beach. From the 1950s, surfing has been exported to the world thanks to the growth of a surfing subculture and professional sport, mass media, and the democratization of seaside tourism. Eventually, in the broader context of globalization in the 21st century, this dissertation shows the development of a global surf city system, and highlights a surfing urban design thanks to a comparative history of Waikīkī and « Surf City USA® ».

Keywords: California, Hawai‘i, subcultures, tourism, traditions, surf cities.

.
Jury :
M. Jacques Defrance, Professeur émérite de sciences du sport (STAPS), Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Président

M. Jean-Pierre Augustin, Professeur émérite de géographie, Université Bordeaux-Montaigne.
Rapporteur

M. Geoffrey White, Professeur émérite d’anthropologie, Université d’Hawai’i à Mānoa.
Rapporteur

Mme Anne Raulin, Professeure de sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Co-directrice

M. Jonathan Friedman, Professeur d’anthropologie, Université de Californie à San Diego (UCSD), Directeur d’études à l’EHESS.
Co-directeur

M. Christophe Guibert, Maître de conférences de sociologie, Université d’Angers.
Examinateur

Note: 
La soutenance sera suivi à 18h d’une réception et d’un spectacle de danses hawaïennes de hula et hula noho par les membres du Hālau Hula o Mānoa de l’Association France-Hawai’i.
http://www.festivalartsdhawaii.com/asso-france-hawaii.html

.
.