Revue Sciences Humaines : « On ne naît pas fan, on le devient », par Gabriel Segré

Segré G. SH 2016 On ne naît pas fan

On ne devient pas fan du jour au lendemain. Pourtant nombreux sont ceux qui évoquent à la fois un « coup de foudre », un « choc », une « révélation », un « flash », ou une césure, une renaissance, comme s’il y avait un avant et un après la découverte de l’objet. Attribuée au hasard, la rencontre est souvent présentée comme un moment fondamental et fondateur d’une nouvelle existence.

L’engagement dans la nouvelle passion est, quant à lui, l’objet d’un récit exalté qui met en avant les notions d’engrenage et d’addiction, de fatalité et de destin. « Je ne pouvais plus faire autrement. C’était écrit, c’était comme ça » (Juliette, fan d’Elvis). Martin, fan de Dalida, achète un premier CD, avant de débuter une collection de CD, 33 et 45 tours, de cassettes, qui comptera des centaines de références : « Je ne me doutais pas que j’avais mis le doigt dans un sacré engrenage ».

Plan de l’article :

  • Elvis, Georges Brassens, Tintin…
  • Comment ces passions naissent-elles ?
  • Que nous disent ces passions de notre société ?
  • La coïncidence du sacré et du profane
  • La passion spectaculaire et les fans dangereux (encadré)

 

Informations techniques :
Gabriel Segré, « On ne naît pas fan, on le devient », Sciences Humaines, n° 280, avril 2016, p. 44-47

Pour accéder à l’article, cliquer ici.

.

Cliché : Daniel Sannum Lauten / AFP

.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search