Séminaire Lasco/Sophiapol, 2e séance : Myriam Joël, 18 février 2016, Paris Ouest

Bandeau séminaire LASCO
La deuxième séance du séminaire 2016 du GDR Lasco accueillera Myriam Joël (en contrat de post-doc à l’Institut national d’études démographiques – Ined) pour une communication développée à partir d’une recherche financée par Sidaction et intitulée :

“Etudier la prévention du VIH/sida en prison et à la sortie :
difficultés, incompréhensions et premiers résultats d’une enquête sociologique”.
.

Date :
Jeudi 18 février 2016, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?
par le train (depuis la gare Saint Lazare) ou le RER (ligne A), station “Nanterre Université”

.

Résumé de l’intervention

Maison d'arrêt de Troyes (Ph. Combessie)

1. L’après-prison : une carence dans le champ de la recherche en milieu carcéral

Parmi les travaux sociologiques français sur le milieu carcéral, on observe une carence notable, très peu d’études ayant été réalisées sur les sortants de prison. Les chercheurs ont en effet majoritairement concentré leur attention sur la période de l’incarcération et sur l’espace de la détention. Une raison simple permet d’expliquer ce constat : s’il est relativement aisé
d’obtenir des autorisations pour pénétrer en détention, le suivi postcarcéral s’avère quant à lui plus difficile à mener au regard de la politique protectrice mise en place par les associations et de la « volatilité » des ex détenu(e)s.
La problématique du VIH/sida chez les sortants de prison cristallise cette double carence. Si la question de l’infection et de sa prise en charge a été explorée au cours de la période de l’incarcération, c’est essentiellement chez les entrants masculins et au prisme des conduites toxicomaniaques. selon les deux dernières grandes enquêtes réalisées –Prévacar et Pride–, la prison constitue un environnement à très haut risque pour la transmission des infections sexuellement transmissibles (Blanche et al., 2011), la population incarcérée étant six fois plus infectée par le VIH et l’hépatite C que la population française générale (Barbier et al., 2013). D’autre part, l’épidémie du sida a contribué à la révélation de la précarité sanitaire des populations emprisonnées et partant à la mise en œuvre de la réforme des modalités de prise en charge sanitaire des détenus (Lhuilier et al., 1999).
L’enquête quantitative de grande envergure menée par l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) auprès de cent cinquante-sept établissements pénitentiaires a démontré que le stade de prise en charge identifié comme le plus problématique pour les personnes infectées était précisément la sortie de prison (Obradovic, 2004) ; constat toujours d’actualité près de dix ans plus tard (Hagège, 2011). Les enquêtes américaines et australiennes réalisées auprès de cohortes de sortants de prison révèlent des difficultés similaires, les bénéfices de l’incarcération en termes de prise en charge sanitaire disparaissant à la libération1 (Dolan et al., 1996 ; Davis et al., 2001 ; Golin et al., 2005 ; Baillargeon et al., 2010).

2. Un objet d’étude difficilement cernable pour un double terrain difficile

Au fondement de cette recherche, l’interrogation suivante : l’incarcération peut-elle induire une transformation et/ou une émergence de conduites à risque dans la trajectoire biographique des personnes détenues ? Cette question fait suite à dix années de recherche en milieu carcéral féminin, dont cinq passées à étudier la question de la sexualité. L’idée était de s’intéresser de manière qualitative à la prévention (ou à l’absence de prévention), à la fois en milieu carcéral et au-dehors, du point de vue des pratiques et des représentations tout autant des (futurs) sortants de prison que des professionnels et bénévoles œuvrant auprès de cette population. Dans cette perspective, un double terrain a été mis en place :
. suivi qualitatif d’une cohorte de futurs sortants de prison
. entretiens et observations menés dans les structures susceptibles d’accueillir les sortants de prison (CHRS, CAARUD, CSAPA, hôtels, etc.)

L’objectif était de ne pas circonscrire la recherche aux lieux à visée explicitement sanitaire et médicale, afin de comprendre les processus de prévention formalisés mais également informels. Les réactions rencontrées lors de la mise en place et du déroulement de l’étude attestent d’un grand flou autour du sujet : parler de conduites à risque et de VIH/sida induit inévitablement chez les acteurs un focus sur la question de l’infection, celle-ci venant éclipser la question de la prévention.
De nombreuses difficultés ont été rencontrées :
· les structures externes accueillant spécifiquement des femmes sortant de prison ont toutes manifesté une grande méfiance et de fortes réticences à l’égard de l’étude
· aucun acteur du milieu carcéral n’est susceptible de connaître avec exactitude les dates de sortie des détenus
· multiplicité des interlocuteurs (pénitentiaire, social et santé) aux logiques différentes voire concurrentielles (prégnance du secret médical), venant paralyser la mise en place du suivi
· dépendance totale à l’égard des professionnels du milieu carcéral pour la constitution de l’échantillon
· grande crainte de la dangerosité que représente l’étude chez les hommes pour mon intégrité physique (celle-ci n’étant en revanche pas exprimée pour les femmes), m’obligeant à jouer toutes mes cartes auprès de l’ensemble des acteurs (dissimulation, mensonge, voire séduction)
· le suivi des personnes incarcérées à la sortie repose uniquement sur le caractère amical des liens que j’ai pu nouer avec elles
· grande difficulté à suivre les personnes en post-cure et à la rue
· sentiment d’évaluation de leurs actions de prévention par les structures accueillant les sortants de prison.

3. Premiers résultats

A ce jour, une cinquantaine d’entretiens a été menée auprès des professionnels et bénévoles en milieu carcéral et surtout au-dehors, dans une dizaine de structures. Une douzaine de détenues est en cours de suivi dans quatre établissements pénitentiaires, dont trois sont actuellement sorties (le suivi chez les hommes est quant à lui sur le point de démarrer).

Dans les structures externes accueillant les sortants de prison, les professionnels et les bénévoles ont tendance à lier systématiquement la problématique du VIH/Sida à celle de l’infection. Deux conséquences en résultent: si les sortants de prison ne sont pas infectés par le VIH, la question de la prévention semble peu se poser, y compris dans les lieux à visée sanitaire. Mais surtout, la problématique du VIH/sida est envisagée dans sa dimension strictement médicale (diagnostic, traitements, etc.), la prévention étant implicitement reléguée au personnel soignant qui, dans les faits, investit pourtant peu cette dimension.

Dans les prisons, la question de la prévention est majoritairement investie par le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Prévention, et non par l’unité sanitaire (anciens UCSA et SMPR). Certains agents pénitentiaires déplorent le manque d’intérêt et d’initiatives du personnel soignant vis-à-vis de cette dimension ; regret que l’on retrouve au demeurant dans le discours des professionnels et des bénévoles appartenant aux structures externes. Il importe ici de souligner les tensions (parfois extrêmement fortes) entre le SPIP, le SMPR et l’UCSA. Dans les prisons, la question de la prévention du VIH/sida est étroitement articulée par les acteurs à celle des conduites à risque sexuelles. Dans les structures externes, elle est essentiellement articulée à celle des conduites à risque addictives, notamment toxicomaniaques. On remarque que les conduites à risque sexuelles sont très peu abordées dans les structures externes, tandis que les conduites à risque toxicomaniaques sont très peu abordées en prison.

Dans les prisons comme dans les structures externes, la prévention est pensée comme subsidiaire par rapport à d’autres problématiques tenues pour prioritaires: soins, logement, travail et droits sociaux. Dès lors, les actions de prévention entreprises apparaissent comme résiduelles et se tiennent le plus souvent dans les interstices des actions relatives aux dimensions susmentionnées.
Les structures externes revendiquent la nécessité d’une prise en charge globale pour les sortants de prison, mais se considèrent néanmoins comme des spécialistes de tel ou tel champ d’action. Ils se positionnent dans une chaîne d’orientation dans laquelle les sortants de prison sont dirigés d’une structure à l’autre, l’ensemble fonctionnant comme un vaste réseau partenarial. Cette multiplication et cet éclatement des partenaires œuvrant sur des temporalités différentes (urgence, court, moyen et long terme) font apparaître la prévention et la réduction des risques comme une dimension transversale pour laquelle il existe peu de spécialisation (à l’exception des CAARUD).

Les liens entre les intervenants du milieu carcéral et ceux des structures externes sont peu formalisés et semblent avant tout dépendre des relations interpersonnelles que nouent les individus. En prison, la question du secret professionnel et médical concourt à cloisonner étroitement les champs d’action des diverses catégories d’intervenants et entrave à certains endroits les actions de prévention qui nécessitent une certaine coordination du fait de leur dimension transversale. Dans les structures externes a contrario, l’on observe un mode de fonctionnement reposant sur l’information partagée.

La dénomination “sortants de prison” semble finalement peu appropriée pour une grande part des individus concernés par l’étude. Il ressort en effet des huit premiers mois d’enquête de terrain que les structures externes sont majoritairement fréquentées par des individus dont la biographie est caractérisée par des aller-et-retours multiples en prison. Il en découle une remarque fondamentale: classiquement pensés au prisme du “dedans-dehors”, les liens entre le milieu carcéral et les structures externes gagnent à être envisagés plutôt au prisme du “dehors-dedans-dehors”; certaines structures revendiquant d’ailleurs une perspective d’action en ce sens. On observe une continuité de la fonction spécifique de protection des femmes entre le milieu carcéral féminin et les structures externes.

 

Organisation :
Vincent Rubio (Sophiapol – GDR Lasco) et Gabriel Segré (Sophiapol – GDR Lasco)
Photo : Ph. Combessie

 



Citer ce billet
Philippe Combessie (2016, 11 février). Séminaire Lasco/Sophiapol, 2e séance : Myriam Joël, 18 février 2016, Paris Ouest. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uheh