Soutenance de thèse d’Eva Debray, « L’ordre social spontané. Etude des phénomènes d’auto-organisation dans le champ social », 3 février 2016, Paris Ouest

soutenance_these

Eva Debray, doctorante au laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest), au laboratoire DynamE (Université de Strasbourg) et rattachée au Centre Marc Bloch, soutiendra sa thèse, réalisée sous la co-direction de Christian Lazzeri et de Patrick Watier et intitulée :

« L’ordre social spontané.
Étude des phénomènes d’auto-organisation dans le champ social »

.
Date et lieu :

Mercredi 3 février 2016 à 13h00
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, RDC, Salle B015 René Rémond
Comment venir et s’orienter sur le campus ?
.

Résumé :

Cette recherche en théorie sociale trouve sa source dans un problème classique livré notamment par la pensée de Hobbes, celui de la possibilité de l’ordre social – l’ordre social étant ici conçu comme une situation sociale où les membres d’un groupe parviennent à vivre ensemble de manière relativement pacifique. Elle se penche, plus précisément, sur des théories qui, bien qu’issues de traditions de pensée très différentes et, à certains égards, adverses, proposent une formulation critique et restrictive de ce problème : ces théories infirment l’idée que cet ordre (ou du moins toute situation d’ordre social) pourrait être produit de manière intentionnelle et invitent ainsi à envisager des mécanismes de production non intentionnelle de ce dernier.

Cette enquête ne prétend nullement réaliser un panorama exhaustif des différentes pensées ou théories qui ont pu défendre cette hypothèse de l’ordre spontané. Elle s’attache avant tout, en s’appuyant sur les théories de Baruch Spinoza, Blaise Pascal, Adam Smith, Émile Durkheim, Friedrich August von Hayek et Niklas Luhmann (et, dans une certaine mesure, George Herbert Mead), à établir les termes d’un débat au sein de cette perspective. Elle dégage pour ce faire les prémisses théoriques qui, chez ces auteurs, conditionnent des types spécifiques d’analyse des mécanismes d’auto-organisation.

Ce travail dégage notamment deux courants adverses au sein de ces théories. Le premier, dans lequel on inclut les projets d’Hayek et de Luhmann, défend, en se fondant sur le constat d’une spécificité des sociétés modernes, l’hypothèse que leur ordre ne peut pas reposer, ou du moins pas essentiellement, sur un contrôle social exercé sur l’individu. Le second, dans lequel s’inscrivent les pensées de Durkheim, Smith, Pascal et Spinoza, met en exergue ce que nous nommons le « problème des passions », et soutient au contraire l’idée que ce contrôle constitue une condition essentielle de cet ordre. Tandis que le premier courant insiste sur la nature cognitive des mécanismes de production non intentionnelle d’ordre, le second souligne leur dimension affective.

Ces approches de l’ordre spontané soulignent ainsi des limitations de l’agir humain. Dans une telle perspective, la question se pose dès lors de savoir ce que l’être humain serait en mesure de faire s’il souhaitait soit produire un ordre, soit, dans une situation où les conditions d’un vivre ensemble pacifique ne seraient pas totalement inexistantes, mettre fin à des conflits qui menaceraient de fragiliser durablement le tissu social. Les conditions de l’action politique mais également sa nature, son sens et même sa possibilité sont pleinement interrogés. Le rôle des travaux en sciences humaines et sociales sur les causes et les logiques des conflits est également en jeu : s’il ne nous est pas possible d’agir sur les conflits lorsqu’ils éclatent, que peuvent en effet nous apporter ces travaux ?

Mots clefs : auto-organisation, contrôle social, marché, normes, complexité, passions, communication affective.

Sommaire de la thèse
.

Jury :

M. Christian Lazzeri, Professeur de philosophie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Directeur

M. Patrick Watier, Professeur de sociologie, Université de Strasbourg
Directeur

Mme Catherine Colliot-Thélène, Professeure émérite de philosophie, Université de Rennes 1
Examinatrice

Mme Estelle Ferrarese, Professeure de théorie sociale et politique, Université de Strasbourg
Rapporteure

M. Stéphane Haber, Professeur de philosophie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Président

M. Emmanuel Picavet, Professeur de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Rapporteur

.

.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search