Soutenance de thèse de Davide Gallo Lassere : « Argent et capitalisme. De Marx aux monnaies du commun », 27 novembre 2015, Paris Ouest

soutenance_these

Davide Gallo Lassere, doctorant au laboratoire Sophiapol, soutiendra sa thèse  intitulée :

« Argent et capitalisme. De Marx aux monnaies du commun”

Cette thèse a été réalisée en cotutelle à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense ainsi qu’à l’Università degli Studi de Turin, sous la direction de Stéphane Haber et d’Enrico Donaggio
.
.
Date et lieu :
Vendredi 27 novembre 2015 à partir de 14h00
Université Paris Ouest la Défense
Bâtiment B – Salle René REMOND (B015)
 .
Jury :
Marie Cuillerai, Professeure à l’Université Paris-Diderot (rapporteure du jury)
Enrico Donaggio, Professore associato all’Università degli Studi di Torino (co-directeur de thèse)
Andrea Fumagalli, Professore associato all’Università degli Studi di Pavia (rapporteur du jury)
Stéphane Haber, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (co-directeur de thèse)
Christian Laval, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (président du jury)
Sandro Mezzadra, Professore associato all’Università degli Studi di Bologna
.
Résumé :
Les analyses développées dans cette thèse visent à mettre en évidence le rôle éminemment politique de la monnaie. À la différence de ce que soutient la doxa néoclassique, la monnaie n’est pas neutre du point de vue économico-politique. Elle matérialise des rapports de force qui traversent toute la société, en produisant des retombées riches d’implications variées.

La recherche se divise en trois parties intitulées respectivement « Argent et capitalisme », « Argent et néocapitalisme », « Argent et postcapitalisme ». Elles sont précédées par une préface, dans laquelle est exposée la démarche épistémologique, et par une introduction ontologique, dans laquelle est abordée la question de la projectualité sociétale des subjectivités qui luttent pour réinventer l’argent en fonction de leurs besoins et de leurs exigences.

La première partie de la thèse se focalise, à travers une analyse croisée de l’œuvre de Marx, de Simmel et de Keynes, sur les caractéristiques principales de la monnaie capitaliste : outil de domination, facteur de mobilisation des passions et vecteur de transformation sociale. La deuxième partie explore les aspects cruciaux de la crise néocapitaliste : le redéploiement global du régime d’accumulation, la financiarisation de la vie quotidienne et l’institution de l’euro. La troisième partie, après avoir envisagé les conditions d’une transition postcapitaliste, examine deux pratiques susceptibles de déclencher des processus nouveaux de subjectivation politique : les revendications d’un revenu social garanti et les expérimentations de circuits monétaires complémentaires. Les conclusions sociopolitiques esquissent enfin quelques pistes qui visent à articuler une théorie générale des monnaies du commun.

Mots-clefs : Argent – Monnaie – Capitalisme – Transformation sociale – Crise – Transition
 .

The analyses developed in my doctoral dissertation intend to stress the eminently political function played by money. Unlike neoclassic economic theory, I argue that currency is not neutral in economic and political terms. It materializes the power relationships that influence society, producing effects of different nature.

The research consists of three parts: “Money and capitalism”, “Money and neocapitalism”, “Money and postcapitalism”. They are introduced by a preface in which I present my epistemological approach and by an ontological introduction, in which I focus on the social projects of the subjectivities who struggle to reinvent money adapting it to their needs.

The first part of the dissertation, through a reading of the works of Marx, Simmel and Keynes, focuses on the main features of capitalist money: a tool for domination, a mobiliser of passions and a vector of social transformation. The second part explores some key elements of the crisis of neocapitalism: the global redeployment of the regime of accumulation, financialization of everyday life and the institution of euro. The third part, after an evaluation of the conditions of postcapitalistic transition, examines two practices capable to trigger original processes of political subjectivation:  claims for a guaranteed social income and experimenting complementary monetary circuits. Finally, in the socio-political conclusions I delineate some paths in order to articulate a general theory of the common’s coins.

Key words: Money – Currency – Capitalism – Social Transformation – Crises – Transition

.

.