Séminaire du LASCO : conférence de Sabina Curti, 25 septembre 2015, Paris Ouest

confCurti

Des “crimes des foules” à “L’esprit de groupe”: une analyse de la dimension collective chez Gabriel Tarde

Par Sabina CURTI,
Département de philosophie et sciences humaines de l’Università di Perugia, Italia

Lieu et horaires :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Salle D201b
vendredi 25 septembre 2015 – 17h30

Présentation :

« Tant qu’il n’y a d’autre lien entre les membres d’une réunion que leur enfièvrement simultané par quelque idée nouvelle, à la mode, pour quelque étoile filante qui leur a lui, leur sympathie réciproque peut être très vive et très exclusive, leur vanité comme très susceptible et très dangereuse ; mais c’est un feu de paille. Leur sympathie mutuelle ne devient de la solidarité profonde, capable de tous les dévouements et de toutes les injustices, leur vanité ne devient de l’orgueil aux puissantes racines, qu’à partir du jour où, à force de se répéter, de devenir périodique et habituelle, la réunion s’est transformée en association (c’est le cas de beaucoup de congrès, de beaucoup de réunions de salons, de beaucoup de cafés littéraires, de beaucoup de clubs) et a engendré une tradition, une coutume. […] S’il y a deux grandes espèces d’imitation à distinguer, l’imitation des nouveautés, caractère des temps de crise, et l’imitation des vétustés, propre aux sociétés assises – la mode et la coutume – il semble que je devrais ici distinguer, avant tout, deux grandes catégories d’esprit de corps : ceux qui naissent de groupements formés sous l’empire d’engouements passagers et ceux qu’alimente, dans des groupements durables, parfois séculaires et héréditaires, le respect des choses du passé. […] Mais, si réelle que soit cette distinction, elle ne doit pas faire perdre de vue cette vérité qu’en réalité, les deux sortes d’esprit de corps distinguées sont deux phases dont la première aboutit inévitablement à la seconde si les circonstances le lui permettent. Elle y aspire toujours, en tout cas ».

Gabriel Tarde, L’esprit de groupe, 1900, pp. 4-5.

 

Dans la constellation des travaux scientifiques de Gabriel Tarde (1843-1904), les thèmes du collectif, du groupe et de sa dimension sociale ont connu des évolutions significatives. On constate notamment un important glissement : on passe d’une vision psycho-criminologique de la foule à une perspective micro-sociologique du groupe.

« L’esprit de groupe » est l’une des dernières analyses présentées par Tarde sur ces questions. Il s’agit d’une conférence qu’il a présentée le 6 novembre 1899 au Collège libre des sciences sociales (Paris). L’année suivante, alors qu’il obtient la chaire de Philosophie Morale au Collège de France, cette conférence est publiée par son ami Alexandre Lacassagne (médecin et anthropologue) dans les Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique. Ce texte propose l’application de son système théorique aux dynamiques de tout groupe social – et pas uniquement au cas de ce qu’il dénomme la « foule criminelle ». Tarde y analyse la naissance de l’esprit de groupe, puis les processus et les phases de son évolution. Il développe notamment son propos à partir de l’exemple du « compagnonnage ».

Mon intervention se déroulera entre trois parties.

 


1 réponse

  1. Saliba Jacques dit :

    C’est stimulant et intéressant surtout sur les différentes formes de lien collectif . La question de la foule a beaucoup été interrogée par les sciences humaines ( Lebon, Freud, Moscovici …). Il me semble important de prolonger la réflexion dans le contexte actuel .
    Au vendredi 25 septembre !
    Jacques Saliba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search