Séminaire “Droit et philosophie : approches croisées sur la norme juridique”, séance 4 “Le Sujet de droit en question dans la biopolitique contemporaine”, 24 juin 2015, Paris

Capture

Le droit et une partie de la philosophie ont pour objet l’analyse des normes et à ce titre semblent avoir vocation à se rencontrer. Pourtant, les approches philosophiques et juridiques restent très largement étrangères les unes aux autres et semblent se déployer dans deux univers distincts. Cela signifie-t-il que le langage du droit et celui de la philosophie entretiennent une relation d’incommunicabilité structurelle ?

La discussion entre philosophie et droit est néanmoins très actuelle. Si le droit suscite actuellement un engouement au sein des sciences sociales et humaines, les sciences juridiques, semblent avoir en partie  délaissé une pensée fondamentale de leur objet au profit d’une technicisation de la matière et de simples commentaires jurisprudentiels. Ce séminaire propose ainsi d’ouvrir aux juristes un espace réflexif sur leur objet d’étude, la norme juridique du point de vue de ses fondements et de ses méthodes d’interprétation. De son côté, la philosophie est de plus en plus sollicitée par d’autres disciplines qu’elle et porte à son tour un intérêt croissant à la question juridique. Seulement, c’est bien souvent en dépit d’une prise réelle sur la réalité normative.

Ce séminaire propose ainsi aux juristes et philosophes de se rencontrer autour de la norme juridique.

.
Date :
Mercredi 24 juin 2015, de 17h00 à 19h00

Lieu :
CERSA (au dernier étage du bâtiment)
10 rue Thénard
75005 Paris

Organisateurs :
Géraldine Aidan, CNRS, CERSA, UMR7106
Pierre Crétois, Univ. Tours, membre du Sophiapol, EA3932

.

Présentation de la 4ème séance

« Le Sujet de droit en question dans la biopolitique contemporaine »

Si le sujet de droit est une construction – et en cela ne correspond pas nécessairement à la personne naturelle – se rapportant au destinataire potentiel des normes juridiques, ses caractéristiques contemporaines peuvent être questionnées au regard de nouvelles formes de vie (biologique, génétique, psychique…) dont le droit tend à se saisir. Le déplacement de l’attention du politique et du juridique vers la vie naturelle de l’être humain (la santé, la sexualité, la naissance, la mort..), que Foucault en 1974 appelle « la biopolitique », viserait à la fois la discipline des corps et la régulation des populations. Comment s’inscrit alors ce sujet de droit contemporain dans la biopolitique aujourd’hui ? Quels «  droit des gouvernés » peuvent être mobilisés  comme  résistance possible aux nouvelles formes de biopolitique ? Comment s’articulent-ils aux « droits fondamentaux » ? Ces derniers apparaissent-ils comme une autre modalité d’inscription du pouvoir dans la « vie nue » et d’assujettissement des individus ?

En présence de :
Raphaelle Nollez-Goldbach, juriste chargée de recherche au CNRS, Centre de Théorie et Analyse du Droit (UMR CNRS 7074)
Luca Paltrinieri, Docteur de philosophie, directeur de programme au Collège International de Philosophie

Discutante :
Isabelle Aubert, MCF en philosophie Paris I

.

Prochaines séances à la rentrée :
Kelsen est-il spinoziste ?
Les droits sociaux
Marxisme et droit

.

.



Citer ce billet
Eva Debray (2015, 22 juin). Séminaire “Droit et philosophie : approches croisées sur la norme juridique”, séance 4 “Le Sujet de droit en question dans la biopolitique contemporaine”, 24 juin 2015, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhd5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.