Séminaire “Accumulation primitive”, 6ème séance, Jean-Louis Rocca, 15 juin 2015, Paris

Bandeau_accumulation_negative
 Depuis que la crise a éclaté en 2008, le capitalisme tente de retrouver une vitalité non en corrigeant les tendances qui ont conduit à la récession mondiale, mais en les poursuivant, en les accélérant jusqu’à leur plein achèvement. Tout s’est passé comme si le sauvetage du système financier et la crise de la dette publique qui en a résulté avaient élargi les bases du régime financiarisé d’accumulation du capital, en sorte que les contradictions que ce mode de production a révélées à travers la crise trouvent aujourd’hui une aire d’expression bien plus ample qu’avant 2007. Sans doute l’ampleur et les formes typiques de la crise ont en quelque sorte forcé les sciences sociales à précipiter leur retour à Marx. Mais les mutations profondes qui s’opèrent depuis lors dans les sociétés appellent moins un retour qu’un renouveau du marxisme. Le séminaire de recherche vise ainsi à offrir un espace de communication à des travaux qui analysent au prisme du concept d’accumulation primitive les modes contemporains de développement du capitalisme à l’échelle mondiale.
.
Date :
Lundi 15 juin de 18h à 20h

Lieu :
ENS
(Salle 236)
29 rue d’Ulm
75005 Paris
Plan d’accès

Organisation :
Davide Gallo Lassere
Laurent Baronian

.

Présentation de la séance

Jean-Louis Rocca : “Du capitalisme d’État au capitalisme de fonctionnaires : la trajectoire de l’accumulation en Chine populaire”

Le “miracle” chinois est le produit d’un ensemble de phénomènes et d’actions qui sont tous en liens avec les notions d’accumulation ou d’expropriation mais dans des champs variés de la réalité sociale. Le “capitalisme” d’État qui s’impose de 1949 à 1979, a vu une classe dirigeante s’approprier l’ensemble des ressources économiques au profit d’un système d’accumulation particulier. Contrairement à ce que l’on affirme souvent ce système n’est pas antinomique à celui qui s’impose depuis les années 1990 après une courte phase transition (les années 1980). On pourrait même dire que le prépare. Si la marchandisation du travail, des terres et du capital marque une rupture, les phénomènes d’expropriation et d’accumulation n’ont pas fondamentalement changé. La classe dirigeante reste à peu près la même, les expropriés (ouvriers dans les unités de travail, paysans) ne sont pas exclus mais ré-intégrés dans des processus nouveaux (nouvelle industrialisation basée sur l’exploitation du travail paysan, émergence d’une classe moyenne). Autrement dit, la violence de l’accumulation se double d’une vision globale du social.

Jean-Louis Rocca, La mise au travail capitaliste dans la Chine des réformes, Karthala, 2006

Jean-Louis Rocca, Une sociologie de la Chine, La découverte, 2010.

Emile Frenkiel et Jean-Louis Rocca, Une Chine en mouvement, PUF, 2014.

.

.



Citer ce billet
Marion Forest (2015, 10 juin). Séminaire “Accumulation primitive”, 6ème séance, Jean-Louis Rocca, 15 juin 2015, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhd2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.