Séminaire “Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions”, 17 juin 2015 : M. Giargia et L. Delia, Paris Ouest.

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/203/files/2014/10/Bandeau_seminaire_affects.jpg

 

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le “domaine” de l’homme, désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des “passions”, des “affects”, des “sentiments”, de la “sensibilité”, ou encore des “émotions”, du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?

Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Date :
Mercredi 17 juin, de 14h30 à 17h30

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense
.
Organisation :
Raphaël Chappé  (Sophiapol /Académie de Créteil), Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano)
.
Contact :
raphael.chappe@u-paris10.fr ; mgiargia@yahoo.com
.

Présentation de la séance

Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano) : « La honte à l’âge moderne : construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique aux XVIIe et XVIIIe siècles ».

Si l’on évoque le débat moderne sur les passions, la particularité de la honte est qu’elle occupe tout simplement une place privilégiée. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, en effet, nombre d’auteurs en soulignent la fonction décisive dans la dimension morale et politique de l’existence humaine. Une présentation des thèses de Hobbes, Rousseau et Kant à ce propos, nous permettra dès lors d’esquisser une histoire conceptuelle de la honte à l’âge moderne. En soulignant des éléments de continuité marqués entre ces trois penseurs quant à leurs conceptions de la honte, notre travail visera également à montrer que ces trois conceptions constituent rien de moins que trois étapes fondamentales d’un même parcours théorique au sein de la réflexion moderne sur la construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique.
.

Luigi Delia (Collège International de Philosophie) : « Effrayer et punir : faut-il craindre la peine de mort ? »

Il est un postulat pénal que les défenseurs de la mort comme peine n’ont jamais cessé de partager : c’est la conviction que la prévention générale que doit assurer la peine de mort consiste à servir d’exemple et à détourner les autres de faire mal. Un tel postulat repose sur un double constat : d’une part, la mort est le comble des maux, pour la raison que la nature répugne à sa destruction ; d’autre part, la peur de mourir terrifie les criminels et intimide le public. C’est ainsi que la peur du gibet semble offrir au législateur l’arme pénale la plus puissante pour prévenir les crimes les plus graves. Mais la mort est-elle réellement un mal ? Et la crainte de mourir est-elle une passion naturelle et universelle, ou bien repose-t-elle sur le préjugé et l’ignorance ? Hostile à la peine de mort, le juriste toscan Cammillo Ciaramelli, dans la mouvance de Beccaria et des Lumières du pénal, déploie une argumentation morale mettant en cause la thèse selon laquelle la mort est une peine effrayante (Traité philosophique et politique de la peine de mort, Mantoue, 1789). Ses considérations invitent à réfléchir sur les rapports complexes que la peur entretient avec le droit de punir.

 

Voir également la présentation de la 1ère séance (14 octobre 2014) avec Pierre Crétois et Charles Ramond, la présentation de la 2e séance (26 novembre 2014) avec Nicolas Rialland et Michèle Cohen-Halimi et la présentation de la 3e séance (10 mars 2015) avec Delphine Antoine-Mahut et Francine Markovits-Pessel.

.

.

Crédits : Doeti, Sketchbook | Catherine Mommsen Scott
Conception et réalisation : D. Mondout, Université Paris Ouest, Sophiapol

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search