Nouvelle parution : “La sociologie malgré tout. Autres fragments d’une sociologie générale”, par Alain Caillé

La sociologie malgré tout

Si c’est “malgré tout” qu’il faut défendre la sociologie, c’est malgré ce qu’elle est devenue. Bien loin de ses grandes espérances initiales et des splendeurs que nous ont léguées les Durkheim, Weber, Simmel, Mead, Elias, Mauss, etc. Ce que l’on appelle sociologie s’est peu à peu recroquevillé jusqu’à apparaître comme la « science (ou la pseudo science) des restes », la science de ce dont ne parlent ni les philosophes, ni les économistes, ni les historiens, ni les anthropologues, ni les théoriciens de la littérature, etc. Éclatée en de multiples chapelles théoriques ou idéologiques, privée de colonne vertébrale paradigmatique et institutionnelle, elle ne croit plus pouvoir trouver son unité que dans une référence de plus en plus incantatoire au « terrain » et à l’empirisme, et dans ses querelles infinies sur ce qui fait la bonne méthode ou le bon terrain.

La sociologie classique, celle qu’il nous faut faire revivre et actualiser, se présentait tout autrement. Elle revendiquait hautement une approche empirique de la réalité et le souci d’établir des faits, elle aussi, mais elle n’imaginait pas que ce puisse être accompli hors-théorie et sans enjeux normatifs, c’est-à-dire éthiques et politiques… Dit autrement, elle se vivait comme le lieu et le moment généraliste de la science sociale générale. C’est cette sociologie là, autrement dit la science sociale générale, qui nous fait désormais défaut et qu’on appelle ici à renaître de ses cendres.

Alain Caillé est professeur de sociologie émérite, au laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

.

Table des matières

Introduction

Point d’étape
I. La situation actuelle de la sociologie
II. L’effet méta-disciplinaire du global-turn
III. Une sociologie générale est-elle pensable ?

L’aspiration anti-utilitariste de la sociologie classique
IV. Le long XIXe siècle entre utilitarisme et anti-utilitarisme
V. L’utilitarisme et la naissance des sciences sociales
VI. La sociologie comme moment anti-utilitariste de la science sociale
VII. De Marx à Mauss (sans passer par de Maistre ou Maurras)
VIII. Un Weber Maussien, un Mauss wébérien ? (par Alain Caillé et Philippe Chanial)
VIII (bis). Post-scriptum : Mauss et Weber. Esquisse d’une comparaison systématique
IX. Sociologie et/ou philosophie politique. Réflexions à partir de l’œuvre de Claude Lefort

Considérations méthodologiques intermédiaires
X. De quelques exigences minimales de la connaissance dans les sciences humaines et sociales
XI. Jugements de fait, jugements de raison et jugements de valeur
XII. Engagement sociologique et démarche idéaliste-typique

Sociologie et paradigme du don
XIII. Une introduction à l’Essai sur le don à l’usage des Chinois
XIV. Une introduction au paradigme du don à l’usage des psychanalystes (notamment lacaniens)
XV. Société et/ou société civile
XVI. Reconnaissance et sociologie

Conclusion
Sortir du capitalisme et/ou du marxisme ?

Bibliographie

Annexes
I. Vers une économie politique institutionnaliste. Un quasi-manifeste
II. Abrégé du Manifeste convivialiste. Déclaration d’interdépendance

.

Informations techniques :
La sociologie malgré tout. Autres fragments d’une sociologie générale, par Alain Caillé
Presses Universitaires de Paris Ouest
Collection Philosophie et sciences sociales
372 pages
Date de parution 2015
isbn : 978-2-84016-213-1
Prix : 23€

Retrouvez l’annonce de publication sur le site de l’éditeur

.

Présentation de la collection “Philosophie et sciences sociales”

Le laboratoire Sophiapol (Sociologie, philosophie et anthropologie politiques) de l’université Paris Ouest Nanterre est une unité de recherche dans laquelle travaillent des chercheurs certes issus de disciplines différentes mais dont la grande majorité des travaux convergent sur un point : la nécessaire alliance entre la conceptualisation et l’empirie, entre le domaine théorique et le terrain. Forts de cette conviction, le laboratoire engage un dialogue interdisciplinaire dans laquelle seront publiés des ouvrages à titre individuel, des ouvrages collectifs, des thèses de doctorat en sociologie ou en philosophie. Le point commun des travaux concernés par la collection est la question de l’articulation entre philosophie et sciences sociales au sens large et/ou la recherche sur des thèmes pouvant intéresser les deux disciplines.

Christian Laval, Professeur de sociologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense (Sophiapol) et Émilie Hache, Maître de conférences en sociologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense (Sophiapol) en sont les directeurs.

Comité scientifique :
Philippe Combessie (PR Sociologie), Stéphane Dufoix (MCF Sociologie), Stéphane Haber (PR Philosophie), Emilie Hache (MCF Philosophie), Christian Laval (PR Philosophie) et Christian Lazzeri (PR Philosophie).

Les prochains titres à paraître sont Bourdieu et les disciplines, Philippe Combessie, Stéphane Dufoix, Christian Laval et Christian Lazzeri (dir.) et Sujet, corps, émancipation. Sur l’évolution d’Axel Honneth par Marco Angella.

.

.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.