Journée d’études “Frontières et mouvements de la ville. Écritures, descriptions et transformations”, jeudi 21 mai 2015, EHESS

harbour-city-186998_1280

Écrire la ville : parce qu’elle se transforme, pour qu’elle se transforme. Cette perspective engage à considérer les rapports entre les écritures de la ville, dans leurs variétés (transcriptions d’enquête, enregistrements audio, expressions littéraires, représentations cartographiques, filmiques, etc.) et ses métamorphoses lentes ou brutales. Quelles sont les nouvelles manières d’observer et de décrire les événements urbains en situation ? Quels vocabulaires sont à l’œuvre pour dire l’unité et la diversité de la ville, sa forme et ses pratiques ? Le fait d’écrire et de décrire une ville a-t-il une répercussion ou, au moins, laisse-t-il une trace dans sa transformation ? L’objectif de ce séminaire est de poursuivre la comparaison internationale en anthropologie urbaine en y incluant ces langages propres aux différentes métropoles et les moyens d’en rendre compte.

Date et lieu :
Jeudi 21 mai 2015 de 9h à 13h et de 15h à 19h
EHESS, 96 bd Raspail 75006 Paris
Salle M. & D. Lombard

Organisation : Michel Agier (EHESS), Alessia De Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de La Villette), Franck Mermier (CNRS) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU).

Programme

9h-13h : « Une anthropologie de Paris est-elle possible ? »

Anne Monjaret (Ethnologue et sociologue, directrice de recherche au CNRS : IIAC-LAHIC). Elle a notamment organisé et introduit le dossier « Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes », Ethnologie française, n°3, 2012. Elle présentera l’exposé « Montmartre, une capitale dans Paris » après avoir dit quelques mots sur le projet d’une anthropologie de Paris.

Emmanuelle Lallement (Ethnologue, maître de conférences-HDR au CELSA/Université Paris-Sorbonne). Elle a récemment publié (avec Sophie Chevallier et Sophie Corbillé), Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, éditions Belin, 2013. Elle évoquera le Paris des étrangers qui y résident par intermittence.

Thierry Paquot (Professeur des universités, Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil Val de Marne). Il réagira aux deux exposés précédents et parlera du changement d’une ville dans ses représentations comme dans ses configurations (Paris-métropole, Grand Paris, etc.).

15h-19h : « Ville et cinéma »

François Laplantine (CREA, Université Lyon 2 Lumière), « Penser en images ». Le cinéma ou l’invention de la pensée de la séquence. Les notions de dispositif cinématographique et de hors-champ. La variation et la transformation du rapport à la ville à travers trois dispositifs différents : à Nice avec Jean Vigo, dans la cour du Louvre à Paris avec Jean Rouch et Raymond Depardon.

Anne Raulin (Sophiapol, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « La destruction urbaine et ses témoins : de G.W. Sebald à Wim Wenders ».
Dans ses conférences de 1997 sur la destruction aérienne des villes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale, Sebald s’interroge sur le déni de leur statut de victimes par les populations et sur le mutisme des écrivains à ce sujet. Dans son film de 1987, Les ailes du désir (Himmel über Berlin), Wenders réussit à donner forme mythologique à la destruction et à la division de Berlin, en pariant sur le pouvoir de cicatrisation des images.

Cette présentation viendra clore le cycle du séminaire sur « Écritures, descriptions, transformations » en traitant de la transformation urbaine lorsqu’elle est le résultat d’une catastrophe.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search