Congrès AFSP : « Pour une politique des émotions », 22-24 juin 2015, Aix-en-Provence

association française de scence politique

Dans différentes controverses académiques internationales en sciences sociales, on observe depuis une décennie une même tendance à la réévaluation de la place des émotions et des sentiments dans les travaux empiriques et dans les schémas explicatifs (en histoire avec l’hypothèse d’un affect turn mais aussi en géographie -l’émotivité de la vie socio-spatiale-, en philosophie -le désir dans la formation des idées et l’équipement politique des passions-, en neuroscience -les sources de la conscience et le libre arbitre-, en psychosociologie, en psychanalyse…). Coté science politique, Philippe Braud a exploré la voie sur les élections puis a progressivement élargi le spectre jusqu’à ses travaux récents sur la colère des foules et sur les engagements affectifs et moraux à long terme, impulsant des recherches fécondes sur des objets aussi divers que la démocratie, les violences, le pouvoir ou les identités (Sommier Crettiez 2012). La mise à l’épreuve des émotions fait dorénavant l’objet de recherches spécifiques dans le champ politique, à l’image par exemple des études menées sur les mobilisations collectives par Christophe Traïni et de George Marcus sur le citoyen sentimental, des travaux de sociologie sur la dimension passionnelle du pouvoir, des essais de psychologie sur les révoltes, des recherches historiographiques sur la violence des échanges en milieu parlementaire…

Cette effervescence questionne la façon dont les émotions influencent, orientent et parfois même structurent les comportements et les faits politiques. Au vu de la grande hétérogénéité de méthodes et de concepts mobilisés dans ces travaux, nous souhaitons ouvrir une « boite de dialogue » pour relier ces champs de connaissance spécialisés ou méconnus, pour dresser un bilan sur les différentes traditions intellectuelles en présence et pour engager un exercice prospectif sur de potentielles convergences et innovations intellectuelles. Trois pistes en constituent le fil rouge. La première, la socialisation politique des individus et les mobilisations collectives, concerne le repérage des empreintes émotives individuelles qui éclairent, a posteriori, des engagements forts dans l’action politique (qu’il s’agisse de traumatismes familiaux, d’épreuves personnelles, d’évènements marquants, de rencontres décisives, de contextes culturels saillants ou même de sentiers de dépendance aux institutions locales). La deuxième piste inscrit les passions exprimées dans la pratique du pouvoir et du leadership. Elle permet de revisiter différentes séquences qui marquent, par leur intensité émotive, le parcours et le métier des élites politiques. On pense aux ressorts personnalisés de l’éligibilité mais aussi à la dramaturgie des campagnes et des défaites électorales, aux affrontements et compromis dans les arènes politiques, aux pactes scellés au cœur des forums de politiques publiques. La troisième piste enfin porte sur l’action publique et la production des grands récits sur le bien commun. Elle concerne l’ensemble des pratiques discursives et narratives qui donnent aux émotions une place stratégique de réenchantement politique, que ce soit dans le champ plutôt sectoriel (et catégoriel) des mobilisations et des doctrines professionnelles, dans celui plus spatialisé (et identitaire) des stéréotypes territoriaux, ou encore dans celui plus idéologique (et emphatique) des discours sur la défense de l’intérêt général.

La focale des champs explorés se révèle résolument ouverte, embrassant des objets aussi divers que le personnel et les discours politiques, les controverses dans l’analyse des politiques publiques, la représentation et le comportement électoral. Elle s’intéresse également à différents moments politiques : la prise du pouvoir, la présentation de soi, les contestations, les alertes ou encore les scènes délibératives.
30 propositions ont été retenues, qui illustrent la diversité des angles d’attaque de la question, mais aussi l’intérêt que suscite la perspective d’une politique des émotions. Une dizaine de disciplines seront représentées, de la psychologie à la sociologie, en passant par l’histoire, l’anthropologie et, bien sûr, la science politique. Plusieurs pays seront représentés, selon une parité homme-femme parfaite, et avec deux tiers d’enseignants et chercheurs titulaires et un tiers de jeunes chercheurs, docteurs ou doctorants.
.

Dates :
Du lundi 22 au mercredi 24 juin 2015

Lieu :
Informations bientôt disponibles sur le site du Congrès AFSP 2015.

Comité d’organisation :
Alain Faure (UMR Pacte, IEP Grenoble)
Emmanuel Négrier (UMR Cepel, Université de Montpellier)

 

Programme

 

MARDI 23 JUIN 2015

 

9h-9h10 : Contexte, enjeux et défis (Alain Faure & Emmanuel Négrier)

9h10-10h30 : Axe 1. Mobilisations (2 discutants)

Mathilde Arrigoni (CERSA CERI), « L’interdépendance entre carrières militante et professionnelle ».
Consuelo Biskupovic (EHESS), « Expertise et amour dans la défense de la nature ».
Amélie Blom (CEIAS), « Le militantisme islamique au Pakistan, une expérience émotionnelle ».
Crystal Cordell (EHESS), « Passions viriles, émotions féminines ».
Juliette Fontaine (CESSP), « Les instituteurs en Résistance ».
Johana Gonzalez (Centre Durkheim), « Les guerilleros des FARC ».
Coline Salaris (Centre Durkheim), « Les victimes du Distilbène ».
Alice Simon (CEPEL), « La socialisation enfantine ».
Christophe Traïni (CHERPA), « Le prosélytisme des protecteurs des animaux ».
Jean-Yves Trépos (2L2S), « Les sensibilités des quartiers sensibles ».

10h30-11h50 : Axe 2. Action publique (2 discutants)

Janine Barbot (CERMES3), « Au tribunal ».
Véronique Dassié (IDEMEC), « La tempête de 1999 ».
Florence Delmotte (FRS, Heidi Mercenier – St Louis, Virginie Van Ingelgom – FRS), « Sentiment d’appartenance et indifférence à l’Europe ».
Nicolas Fischer (CESDIP), « La Cimade dans les centres de rétention administrative ».
Renaud Hourcade (CURAPP), « Le mémorial de l’esclavage à Nantes ».
Fabienne Martin-Juchat (GRESEC, Thierry Ménissier – PLC), « La marchandisation des affects ».
Thierry Paulmier (Paris Est), « L’homo emoticus ».
Olivier Rozenberg (CEE), « Expériences parlementaires ».
Laurent Smagghe (Sorbonne), « Les larmes du Prince ».
Gérôme Truc (EHESS), « Les ressorts affectifs du 11 septembre européen ».

11h50-12h00 : première esquisse de synthèse

 

MERCREDI 24 JUIN 2015

 

14h00-15h20 : Axe 3. Leadership (2 discutants)

Marc Abélès (LAIOS), « La peur de la mort politique ».
Clément Arambourou (Centre Durkheim), « Une ressource masculine ».
Carole Bachelot (Université Lorraine), « Au sommet des partis ».
Rudy Bessard (Centre Montesquieu), « Les imaginaires polynésiens ».
Marie Brossier (CIRAM), « Le fils préféré? ».
Laurent Godmer (Université Paris Est), « Une campagne municipale ».
Jordi Gomez (Paris 2), « L’identité catalane ».
Thibault Jeandemange (Triangle), « La musique marketing ».
Maurice Olive (CHERPA), « Des maires contre une réforme ».

15h20-15h40 : Premier bilan avec les 6 discutants

15h40-17h00 : Axe 4. Table ronde prospective

Avec la participation de Marc Abélès (LAIOS), Paul Bacot (Triangle), Laurent Bègue (MSH), Damien Boquet (TELEME), Philippe Braud (CEVIPOF), Xavier Crettiez (CESDIP), Sarah Gensburger (ISP), George E. Marcus (Williams), Jean-Louis Marie (Triangle), Christophe Traïni (CHERPA), Yves Schemeil (PACTE) et Sophie Wahnich (IIAC).

.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search