Séminaire “L’entreprise comme institution et rationalité II” : Osvaldo Lopez-Ruiz, 3 juin 2015,Paris

Ciph

Nous poursuivrons cette année le travail de l’année dernière sur la notion de rationalité d’entreprise tout en adoptant une approche plus historique. Comme Hélène Vérin l’a montré, l’apparition de la figure de l’entrepreneur vers le milieu du XVIIIe siècle est liée à une subversion de l’ordre des corporations et des métiers de l’Ancien Régime qui annonce l’entrée en scène du capitalisme. La mutation sémantique des mots d’« entreprise » et d’« entrepreneur » témoigne de leur association à l’univers du risque et de l’incertitude qui caractérise le monde économique au moment même où le mot d’« économie » quitte le domaine de l’administration domestique pour indiquer la sphère élargie des échanges et de la circulation commerciale. En même temps, le domaine « économique » de l’administration domestique commence à être associé à la sphère du « maniement » des hommes et des animaux. C’est là qu’il faut trouver les origines d’une rationalité gestionnaire qui migrera ensuite dans le domaine industriel.

L’entrecroisement historique de ces deux logiques a fait de l’entreprise elle-même une sorte de point aveugle de la gouvernementalité libérale. C’est bien cette invisibilité de l’entreprise dans la théorie économique qui a permis paradoxalement son extension indéfinie à tous les domaines de l’activité humaine. Dans une optique généalogique, il ne s’agit pas simplement de faire l’histoire de l’entreprise, mais de provoquer une interférence entre passé et présent et de renforcer ainsi l’apport critique que la philosophie peut apporter à une réflexion sur l’entreprise. C’est pour cette raison que, comme l’année dernière, nous écouterons également des sociologues et des philosophes pour réfléchir sur les rationalités empiriques qui président à l’organisation du travail dans l’entreprise contemporaine. D’autre part, nous nous intéresserons cette année plus particulièrement aux alternatives émergentes par rapport aux formes classiques de l’entreprise (approches institutionnalistes, entrepreneuriat collectif, entreprise autogérée).

Partenaires : Collège International de Philosophie, LabTop-CRESPPA (UMR 7217, Université de Paris 8 Saint-Denis, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, CNRS) et le programme ANR PhilCenTrav.

Organisateur et directeur de programme : Luca Paltrinieri

Horaire :
Les séances ont lieu de 18h30-20h30

Lieu :
Ministère de la Recherche
salle Germaine Tillion (JA05)
Carré des Sciences
1 rue Descartes, 75005 Paris (entrée par le 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève).

Informations pratiques :
ATTENTION, pour ce séminaire au Ministère de la Recherche, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d’identité ou votre passeport, à l’exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.

.

Programme :

.
Mercredi 4 mars : Introduction : Luca Paltrinieri (CIPh)
Histoire des concepts, des rationalités, des pratiques : quelle généalogie pour l’entreprise ?

Mercredi 18 mars : Luca Paltrinieri
L’avenir sans destin : naissance de l’entrepreneur

Mercredi 25 mars : Stéphane Haber (Sophiapol, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
La forme entreprise dans les théories sociales critiques

Mercredi 8 avril : Antonella Corsani (ISST – Université Paris 1)
Coopaname : une entreprise politique en devenir

Mercredi 15 avril : Luca Paltrinieri
Travail, atelier, entreprise : de Smith à Marx

Mercredi 6 mai : Martin Giraudeau (LSE London School of Economics)
Le business plan incliné. Sur la mécanique du capitalisme
(La séance portera sur l’influence de la mécanique newtonienne sur les pratiques d’affaires au 18ème siècle, notamment à partir du cas des projets d’entreprises de la famille Dupont de Nemours)

Mercredi 20 mai : Isabelle Bruno (CERAPS, CNRS/Université Lille II)
Le management d’entreprise comme « technologie bavarde » : enquête dans les archives de Xerox

Mercredi 3 juin (la séance en espagnol / une traduction consécutive) : Osvaldo Lopéz-Ruiz (INCIHUSA-CONICET, Mendoza)
L’ethos entrepreneurial et la diffusion de la forme entreprise dans la société contemporaine
Chercheur en sociologie et professeur à l’Université de Mendoza, actuellement fellow à l’Institut de Hautes Etudes Internationales de Gèneve, Osvaldo Lopez- Ruiz travaille depuis des nombreuses année sur l’éthique entreprenariale inscrite dans un double processus d'”humanisation” du capital et de “capitalisation” de l’homme. Son travail de terrain, conduit auprès de cadres des grandes entreprises multinationales au Brésil, a donné lieu à un livre, Os executivos das transnacionais e o espirito do capitalismo. Capital humano e empreendedorismo como valores sociais (Rio de Janeiro, Azougue Editorial, 2007) où il examine la diffusion de la notion de “capital humain” du point de vue des pratiques de subjectivation des travailleurs et des consommateurs.

.

.

 



Citer ce billet
Marion Forest (2015, 29 mai). Séminaire “L’entreprise comme institution et rationalité II” : Osvaldo Lopez-Ruiz, 3 juin 2015,Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhcw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.