Séminaire Lasco/Sophiapol 2015, 2e séance : Alain Giami, 25 mars 2015, Paris Ouest

Alain Giami


La deuxième séance du séminaire 2015 du
GDR Lasco accueillera Alain Giami (Directeur de recherches, Inserm – CESP – U 1018 : Le Kremlin Bicêtre) pour une communication intitulée :

« Scripts et scénarios culturels de la sexualité : les évolutions des « paraphilies » dans les classifications internationales (DSM-5 et CIM 10)« .

Date :
Mercredi 25 mars 2015, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle 237 (2e étage du bâtiment T)
Comment venir ?
par le train (depuis la gare Saint Lazare) ou le RER (ligne A), station “Nanterre Université”

Organisation :
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/GDR Lasco)

 

Présentation de la communication proposée par Alain Giami

Les classifications internationales des maladies et leur désignation (inclusion, exclusion, définitions, modifications) font l’objet de nombreuses études dans le champ de recherche désigné comme « Science & technology studies » (Bowker & Leigh Star, 1999 ; Young, 1995) et dans la philosophie des sciences (Demazeux, 2013). Mais les études sur les classifications des troubles sexuels et des troubles de l’identité de genre sont moins développées alors que de nombreux débats et controverses se déroulent au sein des communautés professionnelles et d’usagers concernées autour de ces questions. Ces débats ont commencé à se développer depuis ces dernières années du fait de la mise en route des processus de révision du DSM-IVr / DSM-5 (American Psychiatric Association, 1994) et de la CIM 9/10 de l’OMS. On se trouve ainsi dans une situation exceptionnelle dans la mesure où l’on peut observer en direct grâce aux nombreuses publications (Zucker, 2013) et à des contacts noués avec les protagonistes de ces révisions les changements en cours dans les deux principales classifications internationales. La comparaison entre les processus de révision de ces deux classifications et les propositions qu’elles élaborent permet de mieux saisir les enjeux liés à ces évolutions et les influences non-médicales qu’elles subissent.

L’American Psychiatric Association est une organisation professionnelle nord-américaine regroupant plus de 10 000 psychiatres et tirant profit de la publication et de la vente du « Manuel ». L’OMS est une organisation internationale dépendante de l’Organisation des nations unies (ONU) et dont les décisions importantes sont soumises au vote de l’Assemblée Générale des États membres. Dans chacune de ces deux classifications, les « troubles sexuels et les troubles de l’identité de genre » occupent un sous-chapitre spécifique à l’intéreur des troubles mentaux. Cette catégorie large englobe quatre types de « troubles » : les dysfonctions sexuelles, les paraphilies, les problèmes liés à l’orientation sexuelle et les troubles de l’identité de genre.

Dans le cadre du processus de révision, chacune de ces classifications dispose de différentes solutions qui sont censées être guidées par le souci de « l’utilité clinique » et de la « validité scientifique » (First et al., 2004 ; Reed, 2010). Ces solutions peuvent consister tout d’abord dans le maintien du statu quo et le choix de ne rien modifier, mais ce choix n’a été retenu dans aucune des catégories. Tout d’abord, l’OMS est en train de parachever l’exclusion pure et simple de toute référence à l’orientation sexuelle et à l’homosexualité (Cochran et al., 2014) en particulier dans la poursuite du travail entrepris lors de l’exclusion de l’homosexualité du DSM3 en 1973 (Bayer, 1981). C’est sur ce modèle que tente de s’aligner une partie de ceux qui souhaitent « démédicaliser » le transsexualisme (Giami, 2011, 2012). Concernant cette catégorie, il est proposé d’en modifier le nom et l’OMS hésite encore à la déplacer dans une section spécifique ne relevant pas des troubles mentaux, en créant notamment une section de « troubles liés à la santé sexuelle ». Par ailleurs, dans le cas du transsexualisme, des institutions internationales ont considéré que le fait même d’obliger les personnes à obtenir un diagnostic de troubles de l’identité de genre afin de pouvoir bénéficier des traitements constituait une atteinte aux droits humains de ces personnes (Commissioner for Human Rights, 2009).

Les controverses qui se déroulent actuellement concernant les paraphilies (considérées comme des troubles de la préférence sexuelle) présentent l’intérêt d’articuler des dimensions médicales et cliniques mais aussi des dimensions pénales, juridiques et morales dans la redéfinition même de ces troubles mentaux. Les débats actuels oscillent entre des positions qui consistent (1) à exclure définitivement toutes les paraphilies du registre de la pathologie mentale ; (2) à opérer une sélection parmi la liste ; (3) à apporter une nouvelle distinction entre les conduites elles-mêmes et le retentissement subjectif ou le malaise ressenti par l’individu (« paraphilic disorder »). L’existence de ces catégories très disparates portant sur des conduites pouvant susciter du dégout, du mépris ou du rire et qui sont souvent considérées comme des délits ou même des crimes (la pédophilie) pose la question du lien entre la psychiatrie et l’ordre social. Enfin, les débats qui entourent la redéfinition des dysfonctions sexuelles consistent dans une tentative de segmentation des différents types de « problèmes » ou « difficultés » sexuelles pouvant être traitées à l’aide du counseling psychologique en les opposant aux « vraies » dysfonctions justiciables de traitements médicaux ou psychiatriques. L’analyse de ces controverses fait apparaître que la définition des catégories nosographiques et leur inclusion ou exclusion des classifications reste très fortement influencée par des critères non-médicaux tels que le fait de préserver l’accès aux soins et aux systèmes d’assurance maladie, d’apporter une alternative médicale et psychopathologique à des comportements déviants souvent traités comme des crimes ou des délits, de répondre à l’influence de l’industrie pharmaceutique  qui élabore de nouveaux médicaments, et last but not least la préservation ou la promotion des Droits humains.

La présentation vise à décrire les différentes solutions qui ont été apportées à chacune de ces quatre catégories, dans une dynamique de « médicalisation / dé-médicalisation » de la sexualité (Tiefer, 1996) et d’évaluer les différentes influences sociales, culturelles, politiques et médicales qui président à la redéfinition des catégories nosographiques. Au-delà de ces analyses, c’est la question des normes sociales de la sexualité opposant la santé sexuelle (Giami, 2002) aux différentes formes de déviances sexuelles médicales ou pénales.

 

Références bibliographiques :

American Psychiatric Association. (1994). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. (4th edition). Washington D.C.

Bayer, R. (1981). Homosexuality and American Psychiatry. The Politics of Diagnosis. New York: Basic Books.

Bowker, G., & Leigh Star, S. (1999). Sorting things out. Classification and its consequences. Cambridge, Massachussets: MIT Press.

Cochran, S., Drescher, J., Kismödi, E., Giami, A., García-Moreno, C., & Reed, G. (2014). Declassification of disease categories related to sexual orientation: Rationale and evidence from the Working Group on Sexual Disorders and Sexual Health. The Bulletin of the World Health Organization, In press.

Commissioner for Human Rights. (2009). Issue Paper on Gender Identity and Human Rights. In C. d. l’Europe (Ed.). Strasbourg: Conseil de l’Europe.

Demazeux, S. (2013). Qu’est ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie. Paris: Ithaque.

First, M. B., Pincus, H. A., Levine, J. B., Williams, J., Ustun, B., & Peele, R. (2004). Clinical Utility as a Criterion for Revising Psychiatric Diagnoses. American Journal of Psychiatry, 161, 946–954.

Giami, A. (2002). Sexual health: the emergence, development, and diversity of a concept. Annual Review of Sex Research, 13, 1-35.

Giami, A. (2011). Identifier et classifier les trans : entre psychiatrie, épidémiologie et associations d’usagers. L’Information Psychiatrique, 87, 269-277. doi: 10.1684/ipe.2011.0769

Giami, A. (2012). Médicalisation et dépathologisation des identités trans : le poids des facteurs sociaux et économiques (Commentaire). Sciences Sociales et Santé, 30(3), 59-69.

Reed, G. (2010). Toward ICD-11: Improving the Clinical Utility of WHO’s International Classification of Mental Disorders. Professional Psychology: Research and Practice, 41(6), 457-464.

Tiefer, L. (1996). The medicalization of sexuality : conceptual, normative and professional issues. Annual Review of Sex Research(7), 252-282.

Young, A. (1995). The harmony of illusions: inventing post-traumatic stress disorder. Princeton: Princeton University Press.

Zucker, K. (2013). DSM-5: Call for Commentaries on Gender Dysphoria, Sexual Dysfunctions, and Paraphilic Disorders. Archives of  Sexual  Behavior, 42(5), 669-674.

.

.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search