Appel à communications : « Foucault à présent/ Foucault au présent », Cultures et sociétés

Cultures et sociétés

Même mort, il reste vivant ; tel serait Michel Foucault, 30 ans après. Mais n’est-ce pas le cas de tous les grands penseurs ! En tous cas des archives aux publications posthumes, la bibliothèque Foucault ne cesse de s’agrandir au point de donner à voir un autre Foucault. On voudrait donc mettre Foucault à l’épreuve de l’éducatif, du travail social et de l’intervention sociale. Il s’agira de montrer comment à l’intérieur du champ social, on travaille avec Foucault, on pense avec Foucault et/ou comment on pense autrement avec lui. Exclusion, contrôle social, discipline, gouvernement social, gouvernement du social, biopolitique… sont autant de domaines à explorer.

Les articles seront rédigés pour un dossier dirigé par notre collègue strasbourgeois Jean Zoungrana dans le cadre de la revue Cultures & Sociétés.
Les propositions sont à envoyer à jean.zoungrana@yahoo.fr avant le 1er mai 2015.

Présentation

 ….
Cultures & Sociétés va fêter ses cinq premières années d’existence ; son vingtième opus est à l’impression. Une revue, comme toute entreprise humaine, a besoin de temps pour mûrir, évoluer, répondre aux attentes de son lectorat, affiner sa ligne éditoriale.
Dans l’esprit de l’oeuvre d’Armand Touati que nous essayons, modestement, de poursuivre, nous tenons, entre autres, à deux axes :
‐ Offrir un espace d’écriture, parfois pour la première fois, à de jeunes chercheurs, de jeunes
talents,
‐ Proposer, à nos lecteurs, un espace transdisciplinaire de réflexions et de débats. Nous savons aujourd’hui que notre lectorat est hétérogène ; nos abonnés ont toutefois pour point commun d’être en grande proximité, professionnellement ou plus affectivement, avec le champ du travail social. Face à la complexité du monde actuel, ils souhaitent des approches multiples, nouvelles, étayées, claires et rigoureuses. En ce sens, nous sommes une revue dite de « savoirs médians » c’est‐à‐dire à mi‐chemin entre la presse de vulgarisation (qui à trop simplifier élague l’essentiel) et la presse spécialisée (qui à trop préciser n’est plus qu’opacité). Nous faisons nôtre la devise de Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Modalités de soumission :

Sauf exception négociée un article ne devra pas dépasser 12 000 signes (notes et espaces compris).
Les notes de bas de page sont à éviter.
La bibliographie, en fin d’article, doit être succincte, francophone et accessible.
Un concept doit être expliqué.
L’article doit être compréhensible par un néophyte.
L’orthographe, la grammaire et la syntaxe doivent être respectées.
Les consignes de présentation doivent être suivies (voir ci-dessous).

Nous demandons instamment aux auteurs, universitaires ou non, de considérer cette ligne éditoriale à la fois comme une ligne de travail, une ligne de compagnonnage et une ligne de vie, et de laisser de côté, autant que faire se peut, les communes et complaisantes perspectives de « plan de carrière » et de « position institutionnelle ».
La Rédaction se réserve le droit de rejeter toute proposition de contribution qui s’écarterait de ces règles, ou de demander les modifications nécessaires.
Conseil de lecture : Jean Ferreux, De l’écrit universitaire au texte lisible. Petit essai sans prétention à l’usage non exclusif des docteurs, doctorants et autres chercheurs qui souhaitent trouver un lectorat élargi pour leurs travaux, Paris, Téraèdre, 2009, 68 pages, 7 euros.
 …
Consignes de présentation :
  • Les contributions sont dactylographiées en Times New Roman, corps 12, aligné à droite et à gauche. Les titres et sous-titres sont à mettre simplement en gras.
  • Les citations, dans le corps du texte, sont à mettre entre guillemets « en texte normal, pas en italiques ». La référence est « à l’anglo-saxonne » (Laplantine, 2007 : 12). Éviter, autant que faire se peut, les notes de bas de page qui doivent être réservées à des précisions qui alourdiraient le corps du texte.
  • Les notes bibliographiques sont à renvoyer en fin d’article. Leur rédaction est la suivante
    (normes APA) :
    -Nom de l’auteur, Prénom, année, Titre de l’ouvrage, Lieu d’édition, Maison d’édition « collection », [année de première édition].
    -Pour un article : Nom, Prénom, année, « Titre de l’article », Titre de la revue , Lieu d’édition, Maison d’édition, numéro.
    -Pour une contribution à un ouvrage collectif : Nom, Prénom, année, « Titre de la contribution » dans Nom, Prénom (dir.), Titre de l’ouvrage, Lieu d’édition, Maison d’édition « collection ».
  • Dans la bibliographie, comme dans le corps du texte, les noms d’auteur s’écrivent en minuscules. Ne pas utiliser de petites capitales. Indiquer les prénoms – et non pas seulement l’initiale – dans la bibliographie. Les éventuelles illustrations sont à adresser indépendamment du texte en format .pdf ou .jpeg.
  • Pour chaque rubrique, respecter l’indication du nombre maximal de signes (notes et espaces compris) : 12 000 signes pour une contribution au dossier du trimestre, un article dans les rubriques « Hors champ », «Initiatiques » ou « Échos du terrain ». Les recensions d’ouvrages ou de films, les comptes-rendus de manifestations culturelles ou scientifiques font au minimum 2 500 signes, au maximum 5 000 signes.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search