Nouvelle publication : “Après Habermas. La Théorie critique n’a pas dit son dernier mot”, par Alexander Neumann

Dans son livre Après Marx, Jürgen Habermas a voulu reconstruire le matérialisme historique, afin de fonder une théorie sociale au xxe siècle. Il a cherché à transformer l’École de Francfort en une science de son temps. Au lieu d’une telle vision évolutive, consensuelle et universaliste, l’histoire a réservé des surprises. La crise capitaliste mondiale, le retour des mouvements, révolutions, espaces publics oppositionnels, ainsi que la résurgence des obsessions identitaires, sont des phénomènes qu’Habermas n’a pas prévus. Son modèle d’explication, qui devait assurer la base post-nationale d’une mondialisation démocratique, est en miettes. Après Habermas expérimente la même approche que celle qu’Habermas a appliquée au marxisme, en la poussant jusqu’au bout.

Le résultat est une renaissance de la Théorie critique initiale, née au milieu de l’entre-deux-guerres, dans une Europe en plein doute. Dans un triple saut, Après Habermas rend pensable une issue : comprendre les raisons des premières critiques du bureaucratico-capitalisme, retisser un dialogue entre le travail, le faire et l’action, et enfin conceptualiser les espaces publics oppositionnels. Dans cette lancée, Alexander Neumann pointe les apports des auteurs historiques vivants (Oskar Negt, Nancy Fraser, Axel Honneth) et saisit les correspondances franco-allemandes méconnues des penseurs français les plus connus (Bourdieu, Castoriadis, Foucault).

« L’étendue de ces travaux permet de penser qu’ils pourraient facilement engendrer un opus magnum » Oskar Negt.
.

Alexander Neumann, né à Düsseldorf en 1971, est un chercheur franco-allemand qui évolue entre les pensées critiques de l’Université Vincennes et l’École de Francfort. Chargé de recherche à l’Université de Rouen, puis à l’Institut für Sozialforschung de la Sarre, il est actuellement rattaché au Sophiapol Paris Ouest. Titulaire d’un doctorat à la Sorbonne (Paris 5) et d’une habilitation à diriger des recherches au CSU-CNRS (Paris 8), il est l’auteur de Kritische Arbeitssoziologie (Schmetterling Verlag, Stuttgart, 2011), Conscience de casse. La sociologie de l’École de Francfort (Burozoïques, Paris, 2010) et Le principe Hartz (à paraître).

.

Table des matières

.
Introduction : “Le plus grand penseur du xxe siècle”

I. La Théorie critique : son pur et fréquences
1. Le grondement wagnérien de la révolution conservatrice
2. L’accord de Michel Foucault
3. Ouverture : la recherche sociale
4. Dissonances d’Adorno (Durkheim, Weber, Marx, Freud)

II. Répéter, faire, agir
1. Personnalité minoritaire et minorités agissantes
2. Soumission du salariat, critique du travail, non-travail
3. Lorsque l’oikos danse à l’agora4. Agir communicationnel ou subjectivité rebelle (Eigensinn)

III. L’espace public oppositionel
1. L’espace public civil-bourgeois hier et aujourd’hui
2. L’espace public prolétarien (Negt et Kluge)
3. Une démocratie post-bourgeoise ? (Fraser)4. Honneth au-delà d’Habermas ?

Bilan et perspectives

Bibliographie
.
.

Informations techniques :
Après Habermas. La Théorie critique n’a pas dit son dernier mot, par Alexander Neumann
Editeur : Editions Delga
Référence : 978-2-915854-74-9
Prix : 18 euros
.

Retrouvez la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search