Nouvelle publication : Patrick Cingolani, “Révolutions précaires” et Débat, 3 décembre 2014, Lieu-dit

Cingolani_web_omb

Argument

Depuis les années 1980, le mot « précaire » est teinté d’ambivalences. Il désigne en effet à la fois ceux qui subissent les nouveaux modes de fragmentation et de flexibilisation du travail et ceux qui développent des tactiques alternatives de vie et d’emploi. C’est cette double acception que ce livre tente d’analyser. Il faut en effet comprendre, d’une part, que l’expérience du travail non subordonné, notamment chez les travailleurs du savoir et de la culture, les plus touchés par ce phénomène, reconduit la dissymétrie et l’opacité d’un rapport social qui permet d’autant mieux de les exploiter… Et, d’autre part, reconnaître la part active, positive, de ces pratiques disruptives, dans une période où le processus de précarisation s’étend au-delà des classes populaires et touche les classes moyennes.
Sans nostalgie à l’égard du salariat, qui a institutionnalisé la subordination du travail, ce livre montre le potentiel libérateur de ces « révolutions précaires ». Il propose de repenser les luttes et le droit du travail à partir de la contestation des nouvelles formes de domination économique et de leurs puissances démultipliées d’exploitation. Il cherche ainsi à penser l’avenir de l’émancipation, c’est-à-dire à comprendre comment les luttes de cette « nouvelle plèbe » peuvent s’articuler à un mouvement ouvrier replié sur les figures spécifiques du travailleur industriel et du salariat ; à montrer quelles sont les conditions d’émergence de mobilisations à distance des organisations bureaucratiques antérieures ; à mettre au jour les configurations militantes et syndicales qui peuvent agréger les sociabilités et les solidarités propres à la « vie précaire » ; et à déployer les valeurs politiques portées par ces formes de collectifs en gestation, à la rencontre du socialisme des origines et d’une écologie générale appliquée à la vie quotidienne.

Patrick Cingolani enseigne la sociologie à l’université Paris 7-Denis Diderot. Dans une perspective proche de celles de Jacques Rancière, il a publié plusieurs ouvrages sur la pauvreté et le précariat, dont il est un spécialiste reconnu depuis de nombreuses années.

Sommaire

Introduction. Portrait du précaire en plébéien
Les précaires
La plèbe et les plébéines
Révolutions précaires
1. Précaires, précarité, précariat
Précaires, une brève histoire
Précaires, autonomie et nouvelles sensibilités
Les précaires des « industries culturelles »
2. Précariat et principe plébéien
L’ambivalence de l’autonomie parmi les travailleurs des « industries culturelles »
Flexibilité et précarité
En deçà et au-delà des classes moyennes
3. Subjectivités et mobilisations précaires
Nouvelles organisations et formes de vie précaires
Différences et convergences
4. Révolutions précaires et avenir de l’émancipation
Élargir les protections et les cadres de la prise de décision
Contre l’hubris capitaliste
Virtù plébéienne et responsabilité écologique
Conclusion
;

Informations pratiques

Révolutions précaires, essai sur l’avenir de l’émancipation
de Patrick Cingolani

Éditeur : La Découverte
Collection : L’horizon des possibles, dirigée par Laurent Jeanpierre et Christian Laval
Parution : novembre 2014
ISBN : 9782707181923
Nombre de pages : 164
Prix : 13 €

,

Événement

Le Lieu-Dit et les Éditions La Découverte vous invitent à un débat sur les devenirs politiques du précariat avec la participation d’Antonella Corsani et de Patrick Cingolani autour de son livre Révolutions précaires en présence des directeurs de collection, Laurent Jeanpierre et Christian Laval, le mercredi 3 décembre 2014, de 19 h à 20 h 30.

 

Le Lieu-Dit
6, rue du Sorbier
75020 Paris
Métro : Ménilmontant ou Pyrénées

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site des Éditions La Découverte ainsi que celui du Lieu-dit.



Citer ce billet
Camille Chamois (2014, 26 novembre). Nouvelle publication : Patrick Cingolani, “Révolutions précaires” et Débat, 3 décembre 2014, Lieu-dit. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhae

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.