Table ronde : « Représenter la révolution, révolutionner la représentation. Autour du spectacle ‘Le Capital et son Singe’ « , Grenoble, MC2, samedi 29 novembre 2014, 14h30-18h

Capital_Singe

Table Ronde : « Représenter la révolution, révolutionner la représentation. Autour du spectacle Le capital et son Singe », Grenoble, MC2, samedi 29 novembre 2014, 14h30-18h.

Animé par Thomas Boccon-Gibod (Sophiapol/Pacte)

Ouverture : Thomas Boccon-Gibod (Sophiapol, Nanterre/Pacte, Grenoble)

Le Capital et son Singe : Arthur Igual, comédien (Le Singe)

Représenter la révolution

Olivier Ihl (IEP de Grenoble), « Insurrection et représentation : le cas de 1848 »

Christian Laval (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Capital et Révolution »

Révolutionner la représentation

Armelle Talbot (Université Paris 7 – Denis Diderot), « Éclats  d’histoire : la représentation à l’épreuve de la conjoncture révolutionnaire »

Bérénice Hamidi-Kim (Université Lumière-Lyon 2) : « Politiques du théâtre en France à l’ère néolibérale »

Présentation de la table ronde :

Le spectacle proposé cette saison par Sylvain Creuzevault se réclame du Capital de Karl Marx ; mais, récusant par avance tout didactisme académique, il ne se veut rien d’autre que « de la comédie, pure et dure ». Une intention tranchée mais qui paraît, de fait, prolonger la veine sarcastique qui parcourt le grand œuvre de Marx, tout irrigué de références à Shakespeare, et parfois qualifié de un grand récit épique de notre modernité. Comme si, au fond, la thèse marxienne de la nécessité de la révolution ne pouvait être rendue sensible que par une mise en scène du monde si saisissante qu’elle bouleverse nos propres représentations du réel. Dans ce spectacle foisonnant et inclassable, c’est ainsi, d’abord, par une révolution dans la représentation (théâtrale) que semble être représentée la Révolution.
Si alors la politique la plus radicale peut être convoquée au théâtre, c’est donc surtout, semble-t-il, du fait de la souveraineté de l’imaginaire, seul capable de brouiller et de bouleverser radicalement nos représentations du monde. Nous serions alors rappelés à sa puissance mystérieuse, au cœur de nos pensées et de nos actes : avec la représentation théâtrale, c’est la représentation de nous-mêmes, et son versant le plus institué, la représentation politique, qui sont directement mises en jeu et en crise.
Qui sommes-nous, et quel est ce temps qui est le nôtre ? Cette première question soulevée par le spectacle nous invite à un diagnostic de nous-mêmes, en tant qu’individus et en tant que collectifs. Mais c’est encore à une autre question, encore plus vertigineuse peut-être, que renvoient concrètement, sur la scène du spectacle, les différents acteurs de la révolution de 1848 : comment accomplir notre liberté ?
La crise de la représentation n’est donc pas seulement théâtrale ; elle est bien, également, politique. Ainsi, le spectacle fait écho à l’exigence contemporaine de participation civique et de renouvellement institutionnel des processus de décision publique. Mais il peut encore évoquer, par-delà les personnes et les citoyens, celle de la représentation des êtres incapables de faire valoir par eux-mêmes leur dignité et leur valeur : animaux, végétaux, et au sens large, la nature elle-même, plus que jamais objet de l’exploitation capitaliste.
En un mot, la question n’est pas seulement celle de la dimension politique du théâtre, mais aussi celle de la dimension théâtrale de la politique, à travers l’imaginaire du quotidien, et les utopies nécessaires à l’invention de l’avenir.

Informations complémentaires :

Lien vers la pièce « Le Capital et son Singe« .
Lien vers l’article du Sophiapol relatif à la pièce « Le Capital et son Singe »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search