Journée d’études, “Ce que Michel Foucault fait à la photographie”, 8 décembre 2014, ENSA de Dijon

Sans titre

 

Argumentaire

Trente ans après la mort de Michel Foucault, tandis que la publication des volumes inédits offre chaque année de nouvelles catégories de pensée et des pistes généalogiques encore à frayer, la boîte à outils que Foucault nous a léguée continue à être massivement utilisée dans toute une série de domaines. Si, dans la plupart des cas, notions et stratégies critiques empruntées à Foucault ont fait l’objet d’un état des lieux détaillé et méticuleux, dans les domaines des arts visuels, et plus en particulier de la photographie, une telle entreprise reste actuellement encore inachevée. Cette journée d’études se propose de tracer une cartographie capable de mettre en relation deux pistes de travail : – ce que, d’un côté, Foucault a dit à propos de la photographie et des rapports avec la peinture (comme dans ses écrits sur Gérard Fromanger et Duane Michals), mais aussi la manière dont on peut envisager certains de ses écrits comme participant d’une culture visuelle « photographique », comme par exemple Bernard Lamarche-Vadel (Bernard Lamarche-Vadel, Lewis Baltz, Editions de la Différence, Paris 1993, p. 21-25) a pu le souligner dans un ouvrage consacré à Lewis Baltz à propos de Surveiller et punir ; – et, de l’autre, les différentes manières d’utiliser sa pensée dont se sont servis de nombreux et importants photographes (Lewis Baltz, Allan Sekula, etc…) – ce qui, par ailleurs, dépasse bien ce que Foucault lui-même suggère à l’égard de la photographie. Ce qui peut articuler ces deux axes de problématisation est sans doute une idée de la photographie qui, avec ses procédés techniques de tirage ainsi que ses stratégies de sérialisation et de présentation des matériaux, soit en mesure de restituer une éthique du regard capable, en tant qu’attitude critique, d’habiter l’entre-deux de l’image et de la pensée afin d’atteindre un double objectif : celui de se débarrasser complètement de toute conception rassurante et neutre de la photographie fondée sur le privilège de sa fonction oculaire et, grâce aux virtualités spécifiques de tout acte de création photographique, celui de ne pas faire succomber notre regard à la force formatante de toutes les images politiques et commerciales qui assiègent notre présent.

 

Programme

9h15 : Accueil des participants Modération de la matinée par Christiane Vollaire

9h45 : Présentation par Manola Antonioli

10h00 : Orazio Irrera (Docteur en philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La photographie et l’attitude critique du regard

10h45 : Arno Gisinger (Photographe, Maître de conférence au département photographie de l’Université de Paris 8), Surveiller ou observer ? Foucault, Bentham et Barker

11h30 : Arianna Lodeserto (Docteur en philosophie, photographe), La photographie comme expérience politique du paysage. À propos d’Allan Sekula, Lewis Baltz et Jeff Wall

12h15 : Eugenia Vilela (Professeur de philosophie à l’Université de Porto), Le montage hétérotopique de l’Atlas Group Archive : images, histoire et politique (sous réserve)

13h00 : Déjeuner

14h30 : Pascal Beausse (Critique d’art, commissaire d’exposition, responsable des collections photographiques du CNAP), Savoir c’est pouvoir, une exposition sur le corps biopolitique à partir des collections du CNAP

15h15 : Philippe Bazin (Professeur à l’ENSA Dijon), Figures de la folie

16h00 : Pause

16h30 : Christiane Vollaire (Docteur en philosophie), La visibilité, pivot de la pensée foucaldienne

17h15 : Bruno Serralongue (Photographe, professeur à la Haute École d’Art et de Design, Genève), De l’engagement en photographie

18h00 : Fin de la journée d’études.

 

Informations pratiques

Organisation
Cette journée d’études a été organisée à l’initiative d’Orazio Irrera, Manola Antonioli et Philippe Bazin. Manola Antonioli est Docteur en philosophie et sciences sociales de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, chercheuse associée au Centre de recherche sur l’art, la philosophie et l’esthétique (EA 3459) du département de philosophie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Professeur à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon ainsi qu’à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Inscription
Pour assister à la journée d’études, inscriptions en ligne avant le 4 décembre à l’adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/1gFiIc3unreMajxri67cby_ztNsa5Jn83qxsAX-p8BEI/viewform

Accès
ENSA Dijon Art & Design
École Nationale Supérieure d’Art
3 rue Michelet
21000 Dijon
France Dijon dispose d’un accès direct par TGV depuis Paris (1h40), Lyon (2h) et de nombreuses autres villes en France, en Suisse, en Allemagne et en Italie. L’école est située en plein centre ville, à côté de la cathédrale Saint-Bénigne et du Musée archéologique, à 9 min à pied de la gare SNCF. Les arrêts de bus et tram les plus proches sont Bossuet, Darcy et Gare SNCF, le parking Condorcet est à 2 min à pied de l’école.

Contact
Estelle Desreux, responsable communication
estelle.desreux@ensa-dijon.fr
03 80 30 23 80
www.ensa-dijon.fr
www.facebook.com/ENSADijon

 

Description des interventions

Orazio Irrera, La photographie et l’attitude critique du regard

On partira des écrits consacrés à Gérard Fromanger (1975) et à Duane Michals (1982) où la photographie fait l’objet – bien qu’occasionnellement – des analyses foucaldiennes, pour montrer comment ces réflexions s’inscrivent dans la problématisation plus générale du pouvoir, de la discipline et de la norme. Le pouvoir s’exerce en effet, même à travers des dispositifs visuels comme celui de la photographie, en donnant lieu à « une lourde éthique du regard » dont, d’après Foucault, il faudrait aujourd’hui se débarrasser. En ce sens, nous chercherons comment les remarques de Foucault sur la photographie laissent apparaître, même en filigrane, une attitude critique du regard visant à un double régime de transformation. D’une part, dans le sillage de la critique des sciences humaines entamée dans les années 1960, on s’arrêtera sur la transformation des images en signes, qui porte à la dissolution du modèle de représentation et d’objectivation encodé par un regard normatif, impersonnel et anonyme – ce qui a été déjà questionné par certaines perspectives critiques sur la photographie au sein des Visual Studies et de la Visual anthropology se réclamant de Foucault. D’autre part, on s’arrêtera sur un deuxième régime de transformation : celui qui porte sur le rapport entre regard et subjectivation. Dans ce cadre, il est question de se dérober à un régime visuel de vérité, en découvrant (et par là même, en contestant) les limites de notre expérience visuelle. L’invention, même par le biais de la photographie, de pratiques perceptives qui font des images une plateforme, vise à transformer les capacités visuelles des individus, dans un travail d’auto-élaboration éthique et politique.
Orazio Irrera, Docteur en philosophie, est chercheur associé auprès du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Il est co-directeur de la revue materiali foucaultiani. Il co-anime le séminaire Race et colonialisme. Sur les épistémologies de la décolonisation (Collège international de philosophie / Université Paris-Est Créteil).

Arno Gisinger, Surveiller ou observer ? Foucault, Bentham et Barker

Dans son ouvrage Surveiller et punir, publié en 1975, Michel Foucault livre une analyse magistrale d’un nouveau dispositif carcéral propre aux sociétés modernes : le célèbre panoptique est inventé à la fin du XVIIIe siècle par le philosophe et architecte britannique Jeremy Bentham (1748 – 1832). Presque au même moment, Robert Barker (1739 – 1806) fait breveter son invention du panorama, un autre dispositif dans lequel l’observateur est placé au centre d’une toile peinte circulaire, présentée dans un bâtiment de forme cylindrique. La conférence questionnera, à travers des analyses théoriques et photographiques, la complémentarité de ces deux formes qui placent le spectateur moderne au croisement entre observation et surveillance.
Arno Gisinger est maître de conférences à l’université Paris 8. Il développe depuis les années 1990 une pratique artistique qui lie photographie et historiographie et travaille sur la représentation du passé en questionnant le statut des images dans nos sociétés contemporaines. Expositions actuelles : Nouvelles Histoires de Fantômes (avec Georges Didi-Huberman) au Palais de Tokyo et Invent arisiert au Centre Georges Pompidou (Un Nouveau Festival). Principales publications : L’Ordinaire de l’oubli (2001), Konstellation Benjamin (2009) ou Topoï (2013). www.arnogisinger.com

Arianna Lodeserto, La photographie comme expérience politique du paysage. À propos d’Allan Sekula, Lewis Baltz et Jeff Wall

Les rares et éblouissants écrits de Michel Foucault au sujet de la photographie résultent seulement d’une passion. Pourtant, en ayant contribué à définir le rôle du visible dans la constitution de plusieurs savoirs (le pouvoir-savoir psychiatrique, pénitentiaire, médical, judiciaire-identitaire), ainsi que le rôle du savoir dans la reconfiguration des arts visuels (les visibilités, autant que la discursivité, n’étant pas des formes a priori de notre sensibilité), ses analyses se révèlent à plusieurs reprises utiles pour esquisser des (petites) histoires raisonnées de la photographie, où pour essayer de sortir de certaines impasses théoriques récurrentes dans le maigre débat contemporain. Sa passion pour l’image nous aide à comprendre que l’acte photographie bénéficie, parfois, d’une folie généreuse et émancipée : lorsqu’il accueille « une force qui crée de l’histoire », il peut devenir politique. « Espace profond et étroit entre le roman et le film », entre ce qu’on peut voir et ce qu’on ne peut pas voir, la photographie incarne « une forme d’actualité », interrogeant toujours à nouveau la peau de nos masques. On va donc mettre en dialogue la pensée foucaldienne avec les réflexions visuelles sur le paysage et sur la « sousarchitecture » effectuées par certains photographes, en s’arrêtant en particulier sur l’oeuvre de Lewis Baltz et de Jeff Wall, mais aussi sur la récente exposition Utopia for sale?, hommage à Allan Sekula réalisé au printemps 2014 au Musée Maxxi de Rome.
Arianna Lodeserto, née en Italie, a vécu et travaillé à Rome et à Paris. Lauréate de plusieurs concours internationaux dédiés aux jeunes photographes (tel que Fotografia Europea, Visioni Urbane, Urban Photo, PUF, Hystrio International Award), elle a participé à une trentaine d’expositions collectives à Rome, Milan, Londres, Paris, Reggio Emilia, Pistoia et San Miniato. Outre qu’à des tentatives de photographie du paysage (architectonique et social), elle s’applique au montage audio et au paysage sonore. Docteur en philosophie, en 2011 elle a soutenu la thèse L’image et l’archive. Archéologie du présent dans l’oeuvre de Walter Benjamin et Michel Foucault (Università del Salento et Université Paris-Sorbonne), pour continuer ensuite ses recherches à l’Università de La Sapienza. Elle a écrit sur Foucault et l’iconographie photographique de la folie, sur Foucault et l’urbanisme et sur la photographie des hétérotopies et du tiers paysage. www.ariannalodeserto.com

Eugenia Vilela, Le montage hétérotopique de l’Atlas Group Archive : images, histoire et politique

Dès l’intérieur d’une articulation interne à l’oeuvre de Foucault entre la politique et l’esthétique, on considérera le dessin de formes par lesquelles dans le présent, la pensée s’enracine à des déplacements infinis qui donnent origine à des formes singulières d’archive. Sous un geste foucaldien d’inversion critique de la notion d’histoire et de temporalité historique, la fiction du présent constitue un mode de pensée l’impensé de l’histoire selon une expérience des images par laquelle l’histoire, la mémoire et la politique se renvoient dans une désarticulation de signes. À partir de ce foyer de problématisation foucaldien on se focalisera sur le travail de l’artiste libanais Walid Raad qui, entre 1989 et 2004, a créé le projet The Atlas Group en construisant – face au vécu d’une situation de violence extrême : la guerre civile libanaise (1975- 1990) – l’archive des décalages de l’expérience de guerre dans l’histoire contemporaine du Liban. Dans The Atlas Group les images de l’histoire sont un montage hétérotopique. L’archive se constitue contre elle-même.
Eugenia Vilela est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), Docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des oeuvres collectives, les livres Du corps équivoque (1998) et Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

Pascal Beausse, Savoir c’est pouvoir Une exposition sur le corps biopolitique à partir des collections du CNAP

L’actualité de la biopolitique dans les pratiques artistiques actuelles sera abordée ici à partir d’une exposition intitulée Savoir c’est pouvoir, que j’ai présentée du 5 juin au 28 juillet 2013 à Madrid au Real Jardin Botanico dans le cadre de PHotoEspaña. À travers des représentations photographiques d’individus appartenant à la grande communauté des subalternes, résistant à l’aliénation, en processus d’émancipation, il s’agira d’envisager le corps comme lieu originaire de l’utopie.
Pascal Beausse est responsable des collections photographiques du Centre national des arts plastiques. Critique d’art et commissaire d’exposition, il est également professeur invité à la Haute école d’art et de design (HEAD) de Genève et chercheur dans le programme Curatorial/ Knowledge à Goldsmiths, University of London. Membre du comité de rédaction de la revue Critique d’art, Pascal Beausse a publié des essais, des articles et des interviews portant notamment sur les travaux de Maria Thereza Alves, Jimmie Durham, Cécile Hartmann, David Lamelas, Teresa Margolles, Allan Sekula, Bruno Serralongue, Wang Du… Parmi ses récentes expositions figurent : La Cabane (Palais de Tokyo, Paris, 2006) ; Welcome to Heterotopia!! (Echigo- Tsumari Art Triennial, Tokamachi, 2006) ; Same Same but Different (Tina B, Prague, 2006) ; Void Has No Exit (Creative Union Hiroshima, 2008) ; The Clearing (International Triennale of Contemporary Art, Prague, 2008) ; Hiroshima Art Document (Hiroshima, 2010) ; Número Tres (La Virreina – Centre de la imatge, Barcelona, 2012) ; Savoir c’est pouvoir (PHotoEspaña, Madrid, 2013) ; La mer secrète (Onomichi City Museum of Art, 2013) ; Supernature (Kyoto Art Center, 2014).

Philippe Bazin, Figures de la folie

Dans Histoire de la folie à l’âge classique, Michel Foucault propose dans son chapitre Figures de la folie une sorte de classement des maladies qui font « figure » pour les médecins et la population de la première époque classique. Les déments, les maniaques et mélancoliques, les hystériques et hypochondriaques, tous hébergent leur maladie dans un corps perçu dans sa continuité, une maladie diffuse à tous les organes sans distinction. Michel Foucault décrit les grands systèmes institutionnels qui émergent depuis les léproseries du Moyen Âge au fur et à mesure où cette terrible maladie tend à disparaître progressivement pour accueillir ces nouvelles populations. Durant l’année 1990, la série Faces, Aliénés a été réalisée dans un lieu qui est l’héritier des grands asiles, conçu comme un véritable camp de concentration. Le travail photographique a « pris » les nombreuses figures ensevelies dans les 27 pavillons visités, évitant tout cadre nosographique ou descriptif, faisant au contraire émerger les présences de ce avec quoi chacun tentait là de faire face au monde. Philippe Bazin a consacré plus de vingt ans à la réalisation du projet La Radicalisation du monde, qui prend en compte les relations que nous entretenons avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent souvent notre existence. Il travaille depuis une dizaine d’années à des projets photographiques qui interrogent les conditions citoyennes de la circulation des hommes dans un monde globalisé, ainsi que les possibilités de réconciliations au regard de ce que divers pays proposent. Son dernier projet publié, Le Milieu de nulle part, a été réalisé en collaboration avec Christiane Vollaire en Pologne dans 18 centres d’accueil ouverts et fermés pour demandeurs d’asile.
Philippe Bazin est Professeur/plasticien en photographie à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon en France depuis septembre 2014, et HDR Arts plastiques. Il mène une recherche sur les récents développements des photographies documentaires critiques.

Christiane Vollaire, La visibilité, pivot de la pensée foucaldienne

Du chapitre « l’invisible visible » dans La Naissance de la clinique, où « le regard, à lui seul, domine tout le champ du savoir possible », au dispositif du panoptisme dans Surveiller et punir, la pensée de Foucault articule l’effet épistémique de ce « triomphe du regard que sera l’autopsie », aux usages politiques de la discipline des corps, qui ouvriront, dans La Volonté de savoir, à la toute-puissance du contrôle biopolitique. À tous les moments de son oeuvre, à tous les niveaux de sa réflexion, le régime de visibilité est au coeur du rapport savoir – pouvoir, faisant voler en éclat la possibilité d’une innocence du regard pour en mettre au jour l’ambivalence, autant que les usages violents. Une telle interrogation politique, sur le dispositif optique comme processus de désesthétisation, ne peut qu’engager à questionner l’intention photographique elle-même.
Christiane Vollaire, Docteur en philosophie, Professeur de philosophie à Vitry-sur-Seine, membre du Comité de rédaction des revues Pratiques, Chimères et Outis, intervenante au Collège International de Philosophie, collaboratrice régulière des revues Lignes et Transeuropéennes, membre du réseau Terra, a publié de nombreux articles en philosophie politique, esthétique et philosophie de la médecine, ainsi que plusieurs essais sur des artistes contemporains. Ouvrages parus : – Humanitaire, le coeur de la guerre, éd. L’Insulaire, Paris, mars 2007 – Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin), éd. Créaphis, octobre 2012.

Bruno Serralongue, De l’engagement en photographie

« … et je ne dis donc pas les choses parce que je les pense, je les dis plutôt dans une fin d’autodestruction pour ne plus les penser, pour être bien sûr que désormais hors de moi elles vont vivre une vie ou mourir une mort où je n’aurai pas à me reconnaître. » À partir de cette phrase prononcée par Michel Foucault à l’occasion d’un entretien télévisé en 1971 nous nous interrogerons sur l’engagement en photographie. Cette notion, nous l’adresserons aussi bien au sujet photographié, qu’au spectateur qui reçoit la photographie que bien sûr, au photographe lui même.
Né en 1968 à Châtellerault, Bruno Serralongue vit et travaille à Paris. Après des études à la Villa Arson de Nice et à l’école nationale de la photographie d’Arles et une maîtrise d’histoire de l’art, Bruno Serralongue construit, depuis le milieu des années 1990, son oeuvre autour des diverses problématiques de la photographie, en particulier de son histoire, de son usage et de son statut. Mettant en doute l’objectivité de ce médium, il pose comme fondamentale la responsabilité du photographe dans la véracité des images produites. Il s’intéresse au pouvoir informatif de l’image, à son utilisation et à son impact dans notre quotidien. Il s’interroge également sur la position du photographe par rapport aux images qu’il produit. À travers un alliage subtil de photographies et de textes, c’est donc une vision sociologique et politique que Bruno Serralongue nous propose. Depuis 1996 ses photographies sont exposées régulièrement en France et à l’étranger et ont été acquises par de nombreuses collections publiques parmi lesquelles le Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, La Tate Modern à Londres, le Fotomuseum de Winterthur, le Musée National d’Art Moderne, le Centre Pompidou et la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration à Paris. Depuis 2004, il enseigne à la Haute École d’Art et de Design, Genève.

 



Citer ce billet
Camille Chamois (2014, 21 novembre). Journée d’études, “Ce que Michel Foucault fait à la photographie”, 8 décembre 2014, ENSA de Dijon. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.