Séminaire « Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui », 2e séance, 26 novembre 2014, Paris Ouest

Bandeau_seminaire_affects

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?

Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.
.

Lieu :
Mercredi 26 novembre 2014 de 16h à 19h30
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Raphaël Chappé  (Sophiapol /Académie de Créteil), Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano)

Contact :
raphael.chappe@gmail.com ; mgiargia@yahoo.com
.

 

Présentation de la 2e séance


Nicolas Rialland (Université Paris-Sorbonne, Paris IV) : « Mitleid et pitié : Mendelssohn vs. Rousseau »

On partira de l’examen de la fameuse sentence de Lessing dans sa lettre de novembre 1756 à Nicolai : « L’homme le plus compatissant (mitleidigste) est le meilleur des hommes, celui qui est le mieux disposé à toutes les vertus sociales, à toutes les formes de magnanimité. Ce qui nous rend plus compatissant nous rend ainsi meilleur et plus vertueux. » On examinera la manière dont Lessing se réapproprie ici les développements de Mendelssohn sur la pitié non seulement dans les Lettres sur les sentiments (1755) mais également dans la préface à sa traduction allemande du second discours (1756). L’enjeu est de dégager le jeu de reformulations et d’incompréhensions qui se déploie entre les trois auteurs (Lessing, Mendelssohn et Rousseau) et de préciser la fonction assignée par chacun à la pitié dans l’espace moral et politique.
.

Michèle Cohen-Halimi (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Archéologie de l’égoïsme et communauté »

Dans la Critique de la raison pratique (dans « Des mobiles de la raison pure pratique »), Kant entreprend une « archéologie » du Soi moral. Cette archéologie peut s’entendre conformément à la définition de Foucault : ne remontant vers aucune origine, comparant des faits de raison, œuvrant sur un plan d’immanence strictement rationnel, Kant archéologue livre l’idée d’une « histoire de ce qui rend nécessaire une certaine forme de pensée ». Il s’agit de reconstruire les événementialités rationnelles, qui séparent et articulent différentes conditions de possibilités d’émergence du Soi moral. Et ces événementialités, portées au jour dans l’écart du présent au passé, dessinent l’horizon d’un possible politique, celui d’une articulation forte entre morale et politique, telle que le « politique moral » déjà l’annonce. Cet exposé résume certains jalons d’un travail en cours et il annonce de façon programmatique l’horizon politique de ce travail centré par conséquent autour de deux pôles, l’archéologie du Soi moral, d’une part, et la politique du « politique moral », d’autre part.

 

Voir également la présentation de la 1ère séance (14 octobre 2014) avec Pierre Crétois et Charles Ramond.

.

.

Crédits : Doeti, Sketchbook | Catherine Mommsen Scott
Conception et réalisation : D. Mondout, Université Paris Ouest, Sophiapol

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search