Nouvelle publication : « La tyrannie de la valeur », dirigé par Eric Martin et Maxime Ouellet

Couv_tyrannie_valeur_omb

La crise économique de 2008 a suscité un « renouveau » du discours critique sur le capitalisme. Mais pour les auteurs de La tyrannie de la valeur, cela n’a pas pour autant donné lieu à un approfondissement de la théorie critique, si bien que la crise actuelle du capitalisme s’accompagne d’une crise de l’anticapitalisme, prenant la forme d’une carence théorique. L’essentiel de ce discours critique, comme celui des mouvements de type Occupy, demeure superficiel en se limitant à une approche subjectiviste dénonçant l’élite du « 1% » et des « vilains » banquiers. En privilégiant une analyse purement subjectiviste du système, cette critique fait l’impasse sur les causes systémiques de la crise et se voit incapable d’appréhender le cœur de la bête capitaliste. D’où ses solutions à la sauce néokeynésienne, qui ne sont pas à la hauteur de la tâche critique urgente et vitale qui s’impose aux peuples que le capital écrase.
Le grand mérite du courant dit de la « critique de la valeur » (Wertkritik) est d’effectuer un retour au texte de Marx afin d’en dégager une critique substantielle et de retrouver, par-delà le Marx économiciste et subjectiviste, le Marx philosophe et sociologue. Le capitalisme est ainsi abordé comme un « fait social total », et de sa critique ressort la nécessité d’instituer d’autres formes de médiations sociales et d’autres institutions que celles qui consolident la domination fétichiste du travail, de la marchandise, de la valeur sur la vie, la société, la nature. Le sujet du capital n’est dès lors plus identifié à la bourgeoisie ou au prolétariat eux-mêmes, mais plutôt au processus de valorisation capitaliste que bourgeois et prolétaires entretiennent mutuellement, sans toutefois en tirer les mêmes avantages.
La tâche prioritaire de la théorie critique est donc double : d’abord comprendre de manière critique les médiations fétichisées du capitalisme, puis penser ce que pourraient être des médiations non aliénées. C’est à ce projet que La tyrannie de la valeur entend contribuer afin d’approfondir et de renouveler le discours de la théorie critique.
.

Auteurs

Éric Martin est docteur en pensée politique et professeur au département de philosophie du Collège Édouard-Montpetit (Montréal). Il est chercheur-associé de L’institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), du Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) de l’Université d’Ottawa et membre du Collectif SOCIÉTÉ. Il a participé à l’ouvrage Les racines de la liberté (Nota Bene, 2014).

Maxime Ouellet est professeur à l’École des médias de l’UQAM. Tous deux ont coécrit Université inc. Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir (Lux, 2011).

Avec des textes d’Yves-Marie Abraham (HEC Montréal), Marie-Pierre Boucher (UQAM – Université du Québec à Montréal), Pierre Dardot (Université Paris Ouest, Nanterre), Jean-François Filion (UQAM), Franck Fischbach (Université de Strasbourg), Anselm Jappe (École d’art de Tours), Gilles Labelle (Université d’Ottawa), Louis Marion et Jacques Mascotto (UQAM).
.

Informations techniques

La tyrannie de la valeur. Débats pour le renouvellement de la théorie critique
Direction : Éric Martin et Maxime Ouellet
Éditeur : Écosociété
Collection : « Théorie »
ISBN : 978-2-89719-153-5
Pages : 276
Prix : 19 €
Date de parution : 8 septembre 2014

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search