Appel à communications : “Discours, mots et politique : les enjeux de l’analyse textuelle en Science politique”, CoSPoF, Lausanne 5-7 février 2015

Logo-cospof-mauve-300x135

Argumentaire

Parlés, écrits ou retranscrits, les mots sont et font notre quotidien. Ils constituent en effet un matériau empirique de tout premier ordre pour de nombreuses disciplines, en ce compris la science politique. Source usuelle longtemps consignée à l’état papier, l’informatisation des données textuelles bouscule pourtant les regards que nous portons sur le langage puisqu’il est devenu aussi fréquent de les compter.

Si les analyses du discours apparaissent en Europe et aux Etats-Unis à la fin des années 1960 autour principalement des disciplines comme la linguistique, la sociologie, la philosophie ou l’histoire et qu’elles semblent aujourd’hui aller de soi, elles ne font toutefois pas partie d’un champ homogène. Il nous semble donc intéressant, dans le cadre de cette ST, de voir ce qu’apporte l’« analyse du discours » à la science politique et en quoi elle la renouvelle.

A l’origine de l’analyse du discours, le « discours » se comprenait comme un ensemble d’unités textuelles tandis que l’« analyse » était entendue comme une décomposition du discours. De manière synthétique, il est possible d’identifier trois grands courants travaillant à l’émergence de ce que nous appellons aujourd’hui l’« analyse du discours » dans nos recherches en science politique : le courant français, le courant anglo-saxon et le courant allemand (Angermüller, 2013). Le premier courant est nourri par la critique du structuralisme, du cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (1962) et par le pragmatisme qui lui succède et se concentre autour des travaux de Michel Pécheux (1969), Jean Dubois (1969) et Michel Foucault (1969). Le deuxième courant est marqué par les travaux de John L. Austin et la théorie de l’acte de langage (1982) tandis que le troisième influencera l’analyse du discours au travers des travaux de Jürgen Habermas autour de la théorie de l’agir communicationnel (1981). Le tournant des années 1990 et la relecture de Foucault (1969) apportent un renouveau à l’analyse du discours en science politique, plus particulièrement, autour des travaux sur les enjeux définitionnels d’un problème public ou d’une politique publique (Stone, 1988 ; Majone, 1989 ; Fischer, Forester, 1993 ; Baumgartner, Jones, 1993 ; Zittoun, 2013). Le discours n’est alors plus considéré comme une simple variable explicative parmi d’autres mais comme la variable explicative permettant de comprendre comment les acteurs conçoivent le monde, ce sur quoi ils prennent position et comment ils intérargissent entre eux (Durnova, Zittoun, 2013). Le développement de l’étude de l’argumentation dans le discours, le « tournant argumentatif » (Fischer, Forester, 1993 ; Fischer, Gottweis, 2012) et la sociologie argumentative (Chateauraynaud, 2011) travaillent, notamment, au renouvellement de nos recherches sur les discours politiques et sur les politiques publiques en tenant, à présent, compte de leurs changements de trajectoires argumentatives, de leurs bifurcations et de leurs évolutions définitionnelles.

Par ailleurs, l’utilisation de corpus volumineux tend aujourd’hui à se généraliser en science politique, que ce soit au travers de l’étude des programmes électoraux, des discours de campagne, des discours d’un chef d’État, etc. L’objectif de cette section thématique est donc de réunir les chercheurs en science politique et, plus généralement, en sciences sociales,travaillant sur l’étude de ces grands corpus de textes afin de discuter de leurs recherches et de leurs résultats, tant sur le plan théorique qu’empirique. Volontairement, cependant, nous ne souhaitons pas restreindre cette section thématique à l’analyse des discours politiques, entendu comme la production d’un texte issu des professionnels de la politique. Toutes les analyses du discours politique seront reçues par cette section thématique, considérant le discours comme politique tant en fonction de sa source qu’en fontion de son contenu, de sa portée ou de ses effets. Les contributions à ce ST chercheront, par le biais d’analyse empirique originale, à répondre à ces questions et à revenir sur cette méthodologie.

Deux axes de discussions sont proposés pour cette ST :
Axe 1 : Renouveler les recherches en science politique par les analyses du discours, de contenu et des arguments.
Axe 2 : Potentiel et limite des outils de traitement informatisés des discours politiques.

 

Responsables de la section thématique :
Clément Jadot
Grégory Piet
Anne-Claire Collier

Langues du colloque :
français

Modalités de soumission :
La date limite pour le dépôt des propositions de communication est fixée au 30 septembre 2014. Les propositions doivent par ailleurs être déposées sur le site du congrès : https://www3.unil.ch/cospof15-registration/?target=submission.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search