Journée d’études “Le regard de l’autre. Durkheim en Allemagne”, 20 juin 2014, Centre Marc Bloch, Berlin

333632e3ad
Le champ de la sociologie classique se développe, en Europe, dans la période entre la fin de la guerre franco-prussienne et le début de la Première Guerre mondiale. A ce moment-là, la canonisation disciplinaire à laquelle on assiste en France et en Allemagne – tout en suivant des parcours culturellement et politiquement distingués – est inséparable des événements politiques qui définissent des rhétoriques et des narrations européennes, pouvant être symbolisées par :
  • La célébration de l’autre suivie à la paix de 1871. On peut à ce propos penser à l’importance de la culture allemande, de la « chose allemande », pour les élites françaises pendant la troisième République, décrite dans le texte de classique de Claude Digeon « La crise allemande de la pensée française »
  • ŸUne période d’incompréhensions et de tensions disciplinaires, mais également de circulation des savoirs sociologiques en Europe, à travers une intense activité déroulée autour de revues et de colloques internationaux, ainsi que par des échanges personnels entre les auteurs.
  • ŸLa stigmatisation de l’autre qui émerge dans les interventions des principaux sociologues pendant la Première Guerre mondiale (les deux exemples plus notoires sont les textes de Durkheim et de Simmel dédiés à la guerre).

Cette période d’histoire de la sociologie a souvent été caractérisée par des rencontres ratées et par une réception réductive de la culture sociologique de l’autre. On peut à ce propos penser au silence assourdissant autour de l’œuvre sociologique de Max Weber en France, ou au fait que pour les premières traductions de Durkheim en Allemagne il faudra attendre les années soixante. Néanmoins, cette période est paradigmatique, également parce-qu’elle semble se caractériser par une effective circulation de savoirs, et par un besoin de définition et de classement disciplinaire, dans un rapport de tension constitutive avec l’espace intellectuel de l’autre. La mise en valeur aussi bien que les contrastes qu’on peut apercevoir dans la réception du discours de Durkheim chez Ferdinand Tönnies, aussi bien que chez Georg Simmel, peuvent donc être lus comme des indicateurs de cette tension.

Bien que la période suivant la Première Guerre mondiale soit caractérisée par une prise de distance et une différenciation des langages disciplinaires, des figures majeures comme celle de Karl Mannheim et de Norbert Elias représentent pour certains aspects une présence active de la culture sociologique française en Allemagne.

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’Europe se retrouve dans un champ de ruines matérielles et culturelles. La guerre a produit une crise de crédibilité dans les sciences sociales et politiques. Le champ disciplinaire résulte fragmenté et à la recherche de l’unité que les nationalismes ont détruit. C’est à ce moment-là, que la sociologie s’impose sur la scène intellectuelle européenne, grâce à une opération qui investit tout son champ disciplinaire, puisant ses racines dans la culture américaine et son père intellectuel dans la personne de Talcott Parsons. L’opération de Parsons réunifie dans un même canon les contributions des pères fondateurs : Durkheim et Weber. L’impact de cette opération sur les contextes nationaux est important. Par la double canonisation de la discipline, on opère d’un côté, une réévaluation des contextes nationaux, mais de l’autre on propose un modèle  unitaire fondé sur l’intégration purement théorique de la sociologie française et allemande. C’est notamment l’intégration de la tradition positiviste et de la tradition idéaliste proposée dans la Structure de l’action sociale, qui définit désormais le domaine sociologique.

Si Durkheim et Weber avaient développé leurs œuvres sans, apparemment, une connaissance approfondie de la pensée de l’autre, leur union devient pourtant essentielle pour la création d’un patrimoine des sciences sociales européennes qui aspire à dépasser les divisions de la période de guerre.

Si, avant la Première Guerre mondiale, l’espace disciplinaire de la sociologie classique est caractérisé par des tensions et une ignorance relative face à l’autre tradition sociologique, le champ qui suit la Deuxième Guerre mondiale se développe par une canonisation réciproque, à travers laquelle l’autre devient un élément structurant de son propre discours. C’est dans la forme d’une ambivalence, plutôt que dans celle d’une tension, que l’opposition entre la sociologie française et la sociologie allemande semble désormais se développer.

Aujourd’hui, abandonnés les espoirs d’une grande synthèse métathéorique promue par le structuro-fonctionnalisme – peu sensible à l’enracinement historique et à la contextualisation politique des théories –, le besoin d’interroger les raisons historiques et politiques de ce processus de canonisation réciproque de la sociologie franco-allemande nous semble urgent.

Premièrement, un nouveau processus de réappropriation critique est un cours depuis plusieurs années. Pensons par exemple dans le champ du durkheimisme, a’ l’importance de la réception critique de la dimension politique de la réflexion durkheimienne depuis les années ’80 (par Hans-Peter Müller), à son influence dans la théorie des systèmes chez Niklas Luhmann, à son importance dans la contexte de la théorie critique (chez Jürgen Habermas mais aussi chez Axel Honneth et Hans Joas), ou encore au fait que le premier recueil d’études critiques sur Durkheim a été édité en Allemagne en 2013 par Tanja Bogusz et Heike Delitz.

Deuxièmement, la tension politique dans laquelle s’est développée la sociologie classique – inclassable sans faire référence à la crise du libéralisme européen avant la première guerre mondiale, et sans un encadrement de la critique sociologique de l’économie politique – est, mutatis mutandis, également la nôtre.

L’objectif des ces deux journées est celui de reconstruire les modalités et les phases d’appropriation de la tradition sociologique de l’autre, dans leurs séquences historiques de 1870 jusqu’à nos jours. A’ ce propos, la réception de Durkheim en Allemagne et de Weber en France ont une valeur exemplaire pour reconstruire le rapport entre ces deux contextes de la sociologie européenne et jeter une lumière nouvelle sur les modalités concrètes de leur  canonisation réciproque.

La première des deux conférences prevues, consacrée à la réception allemande de Durkheim, se tiendra au Centre Marc Bloch le 20 Juin 2014. La deuxième, dédiée à la réception de Weber en France, est à prévoir pour 2015.

Journée d’étude organisée par Gregor Fitzi et Nicola Marcucci dans le cadre des activités du Centre Marc Bloch.
.

Date :
vendredi 20 juin 2014

Lieu :
Centre Marc Bloch
Salle Georg Simmel
Friedrichstraße 191
U-Bahn Stadtmitte
Berlin

 

Programme 

 

10h00-10h15 : Gregor Fitzi et Nicola Marcucci (EHESS-LIER, Centre Marc Bloch)
Ouverture des travaux et présentation de la journée
.

Durkheim : un classique allemand ?
.

10h15-11h15 : Nicola Marcucci (EHESS-LIER, Centre Marc Bloch)
Tönnies et Durkheim : signification théorique et effets politiques d’un accord divergent

11h15-11h30 : pause café

11h30-12h30 : Gregor Fitzi( Potsdam)
Simmel et Durkheim : l’impossibilité d’un dialogue

12h30-13h30 : Jean Terrier (Westfälische Wilhelm Universität Munster)
Norbert Elias et Emile Durkheim : entre réception minimale et proximité

 

Durkheim en Allemagne entre théorie de systèmes, religion et politique
.

16h00-17h00 : Eva Debray (Université Paris-Ouest, Laboratoire Sophiapol, CMB)
Durkheim et Luhmann : l’individu et la différenciation fonctionnelle des sociétés modernes

17h00-17h15 : pause Café

17h15-18h15 : Francesco Callegaro (EHESS-LIER)
La mise en langage du sacré. Durkheim, Habermas et les fondements de l’ordre moderne

18h15-19h15 : Hans-Peter Müller (SOWI-Humboldt Universität)
Politique(s) de Durkheim

.

.

 



Citer ce billet
Eva Debray (2014, 16 juin). Journée d’études “Le regard de l’autre. Durkheim en Allemagne”, 20 juin 2014, Centre Marc Bloch, Berlin. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh8x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.