Nouvelle publication : Revue Philosophie n°122, “Concepts essentiellement contestés”

Editions Minuit

Revue Philosophie n°122 Été 2014
“Concepts essentiellement contestés”

 

Argumentaire

Dans un article célèbre, « Essentially contested Concepts » (1956), le philosophe Walter Bryce Gallie se propose d’élargir notre compréhension habituelle des concepts, de leur statut, de leur sens, de leurs usages et de leurs transformations historiques en se focalisant sur l’existence de concepts – par exemple, ceux d’« œuvre d’art », de « démocratie », de « justice sociale » ou de « tradition chrétienne » – ayant pour propriété spécifique d’impliquer structurellement des conflits interminables concernant les modalités légitimes de leur utilisation. Loin de ne voir dans la persistance de tels conflits que l’indice d’une simple confusion sémantique ou le symptôme de l’immixtion de composantes irrationnelles (affectives, idéologiques…) dans l’interprétation de ces concepts, Gallie estime qu’il est possible de rendre raison des modalités de leur constitution et de leur évolution, moyennant la prise en compte de leur complexité interne, de leur dimension simultanément descriptive et normative, de leur structure « ouverte » et de leur ancrage dans des traditions historiques relativement homogènes d’utilisation et d’application.
Il est dès lors légitime de considérer cette conflictualité interprétative non comme un obstacle à la compréhension du sens de ces concepts, mais comme la voie privilégiée de l’explicitation de leur spécificité sémantique et pragmatique : les concepts essentiellement contestés ne sauraient faire l’objet d’une pure analyse a priori de leurs composantes (supposément invariables et univoques) ; ils ne peuvent accéder à l’intelligibilité que moyennant une analyse a posteriori de l’historicité polémique de leurs usages. L’analyse logique ou grammaticale du langage peut ainsi trouver, dans une philosophie critique de l’histoire qui soit en prise avec l’évolution concrète des pratiques langagières, un complément opportun en vue de mettre au jour les conditions d’explicitation – et de contestation – du sens de nos concepts et de leurs usages « appropriés ».
Le présent dossier a pour vocation de présenter les axes majeurs de cette hypothèse théorique, qui a joué durant plus d’un demi-siècle un rôle essentiel dans des domaines tels que la philosophie du droit, la philosophie politique ou l’esthétique philosophique. Une présentation générale de la démarche de W. B. Gallie, ainsi qu’une traduction de son article de référence sur les concepts essentiellement contestés trouvent leur prolongement dans trois études visant à évaluer la légitimité, la fécondité et l’actualité de cette hypothèse, principalement dans les domaines de la politique et de la religion.

O. Tinland

Présentation

Olivier Tinland
Présentation du numéro

Walter Bryce Gallie
Les concepts essentiellement contestés

Nestor Capdevila
Les concepts essentiellement contestés et la critique interne : le christianisme et la démocratie comme idées dominantes

Marc-Antoine Dilhac
Une théorie de la justice essentiellement contestée : Rawls à l’épreuve de Gallie

Jean-Fabien Spitz
Les concepts politiques chez Ronald Dworkin : des concepts interprétatifs et nécessairement contestés

Notes de lecture

 

Fiche technique

Revue Philosophie 2014/3 (n°122)
Éditeur : Éditions de Minuit
10 €
ISBN : 9782707323934

Retrouvez la présentation de ce numéro sur le site de l’éditeur et la version numérique sur le portail cairn.



Citer ce billet
Daphné Le Roux (2014, 23 mai). Nouvelle publication : Revue Philosophie n°122, “Concepts essentiellement contestés” Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh8q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.