Séminaire “Politiques de Foucault”, 6e séance : Luca Paltrinieri, 17 mai 2014, Paris Ouest

 

Bandeau_seminaire_politiques_foucault_2

La prochaine séance du séminaire “Politiques de Foucault” accueillera Luca Paltrinieri. Il interviendra sur le thème “’Ou la population ou les classes’ : l’archéologie foucaldienne du débat Marx-Malthus”.

Présentation de la séance  :

“Malthus a mis clairement au centre de la réflexion de l’économie politique moderne la question bio-économique de la population. La sienne est une réponse à l’optimisme des Lumières quant aux régulations possibles du rapport entre population et ressources : à la perfectibilité de la nature humaine de Godwin et Condorcet, Malthus oppose l’obstacle de la loi naturelle de population prescrivant le conflit entre croissance géométrique de la population et croissance arithmétique des subsistances. Par le concept de « surpopulation relative », Marx et Engels ont montré en revanche qu’il n’y a pas de loi naturelle qui règle les rapports entre démographie et économie : la loi de population n’est pas une constante qui fait entrer en contradiction deux progressions naturelles, elle est le produit variable de conditions historiques et notamment, dans le capitalisme, de la surexploitation de la force de travail. Ainsi, derrière la « loi naturelle de la population » se cachent des rapports de classe et, selon les mots de Marx « la population est une abstraction si je néglige les classes dont elle se compose ».

Nous partirons de cette critique marxienne de Malthus pour montrer que la perspective de la gouvernementalité foucaldienne en représente quelque part l’archéologie. Se concentrant sur les théories prémalthusiennes, Foucault tente en effet de gagner un autre point de vue sur la question : ni simple « nature », ni artefact idéologique, la population des Lumières est un ensemble de comportements intotalisables, étrange sujet/objet dont la nature politique la situe pourtant en radicale discontinuité par rapport aux théories de la souveraineté. Son émergence manifeste l’avènement d’un régime gouvernemental où la question du pouvoir ne peut plus être posée dans les termes classique de l’obéissance/désobéissance individuelle, mais impose de repenser les conditions même de (re)production d’une collectivité humaine.

Membre du Collège International de Philosophie, Luca Paltrinieri est directeur du programme De la gestion à l’autogestion. Une généalogie politique de l’entreprise.

 

Date :
Samedi 17 mai 2014, 10h-12h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 04 (rez-de-chaussée)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité d’organisation :
Philippe Combessie
Stéphane Dufoix
Stéphane Haber
Christian Laval
Christian Lazzeri
Emmanuel Renault

 

 

 

Attention : changement de date pour la séance du mois de juin, elle se déroulera la jeudi 12 juin au matin.

 


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.