Colloque « État social, propriété publique et biens communs », 27-28 mai 2014, Paris Ouest

Bandeau_colloque_etat_socia_72l

Depuis Platon et Aristote au moins, le problème du commun et du propre constitue un lieu vif de la réflexion sociale et politique. Cependant, dans la société libérale moderne, dans laquelle la liberté individuelle est fortement liée à la capacité d’appropriation, la communauté des biens est devenue presque impensable, et intrinsèquement illégitime. Or, paradoxalement en un sens, s’est articulé dans le même temps le thème de la propriété publique.

De fait, celle-ci se donne souvent, pour ses défenseurs comme aussi pour certains critiques du régime économique libéral, comme un moyen efficace de lutte contre les déséquilibres sociaux induits par le marché. Mais elle a pourtant aussi, et d’emblée, fait l’objet du soupçon selon lequel elle ne servirait en réalité que de soutien, ou au mieux de paravent à la logique individualiste d’appropriation. Elle serait alors vouée à l’échec, faute de s’attaquer radicalement à la cause même du mal : le primat de l’appropriation individuelle, source perpétuelle d’inégalités en contradiction flagrante avec l’idéal démocratique dont elle se réclame pourtant.

La question du statut de la propriété publique constitue donc une porte d’entrée stratégique pour comprendre les modes de mise en œuvre de la démocratie réelle dans les Etats modernes. Elle invite, en particulier, à confronter la notion de propriété publique à celles, aujourd’hui en vogue, de propriété commune et de biens communs, lesquelles évoquent un fondement radicalement égalitaire des relations sociales, qui se situerait en-deçà des institutions politiques, et notamment étatiques. On peut ainsi se demander ce que peuvent être concrètement les biens communs, et comment ils ont été ou sont encore pensables dans un cadre juridique fortement marqué par la notion de propriété. Quelles sont les voies d’institutionnalisation du commun ? Et peut-on considérer que, historiquement, l’Etat républicain en France en ait été une forme à un degré ou à un autre ?

Il convient ainsi d’éclairer le présent à la lumière des controverses au cours desquelles se sont dessinées les institutions modernes depuis la fin du XIX siècle, lorsque les pensées socialiste, républicaine et radicale, en particulier, ont tenté de jeter les bases de l’Etat social. A travers ces questions apparaît l’enjeu de la justification de l’impôt et de ses multiples formes, ainsi que, plus fondamentalement encore, la possibilité de conjuguer l’idéal d’une démocratie radicale et les contraintes liées à l’institutionnalisation de la vie commune.

Dates :
27 et 28 mai 2014

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Amphithéâtre S2
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Thomas Boccon-Gibod
Pierre Crétois
Nikolaos Maroupas

Avec le soutien du Sophiapol, de l’ED 139 et de la Fondation Jean Jaurès.

 

Programme

.

JOUR 1 – MARDI 27 MAI 2014

9h00 : Ouverture du colloque par M. Jean-François Balaudé, Président de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
9h15 : introduction du colloque par Thomas Boccon-Gibod et Pierre Crétois (Sophiapol)

9h30-12h45 : La propriété publique face à la propriété privée

9h30-10h : Philippe Chanial (Université de Caen) : « La propriété sociale contre l’État ? Formes et raisons de la socialisation dans la tradition du socialisme associationniste »
10h-10h30 : Caroline Tixier (Université Paris II) : « Naissance de l’État-association : la théorie du quasi-contrat social chez Léon Bourgeois »

10h30-11h : discussion

11h-11h15 : pause

11h15-11h45 : Carlos Herrera (Université Cergy-Pontoise) : « État social, propriété publique, droits sociaux »
11h45-12h15 : Judith Rochfeld (Université Paris I) : « Les modèles du droit privé pour construire des communs »

12h15-12h45 : discussion

14h00-17h30 : Philosophie du commun

14h00-14h30 : Serge Audier (Université Paris IV) : « Du solidarisme au “commun” contemporain, et retour »
14h30h-15h00 : Pierre Crétois (Université de Tours) : « Une lecture du livre de Pierre Dardot et Christian Laval, Commun, essai sur la révolution au XXIe siècle »

15h00-15h30 : discussion

15h30-16h : pause

16h-16h30 : Nikolaos Maroupas (Université Paris Ouest) : « Du monisme au pluralisme chez les socialistes : le cas de la propriété »

16h30-17h00 : Fabrizo Carlino (Université Paris IV, Uni. del Salento) : « Pour une critique de l’ontologie post-opéraiste du commun : à propos des origines althussériennes du dépassement de la distinction entre public et privé »

17h00-17h30 : discussion

 

JOUR 2 – MERCREDI 28 MAI 2014

9h30-12h15 : Philosophie contemporaine des biens communs

9h00-9h30 : Fabien Tarrit (Université de Reims-Champagne-Ardennes) : « État social, propriété commune et propriété de soi »
9h30-10h00 : Gildas Renou (Université de Strasbourg) : « Quelle garantie collective des biens communs ? »

10h00-10h30 : discussion

10h30-10h45 : pause

10h45-11h15 : Daniela Mone (Uni-Napoli) : « Le rôle des collectivités locales dans la gestion des biens publics entendus comme biens communs »
11h15-11h45 : Rémi Baudoui (Université de Genève) : « L’urbanisme, propriété publique et bien commun »

11h45-12h15 : discussion

14h-18h Economie publique et économie du commun

14h-14h30 : Bernard Friot (Université Paris Ouest) : « Cotisation sociale et impôt »
14h30-15h : Emmanuel D’Hombres (Université Catholique de Lyon) : « La production de “propriété sociale” : des services publics de l’État à l’économie sociale et solidaire »

15h-15h30 : discussion

15h30-16h00 : pause

16h00-16h30 : Pierre Bauby (Fondation Jean-Jaurès) et Mihaela M. Similie (Paris VIII) : « De la conception européenne des « services d’intérêt général » à la création d’un statut d’entreprise publique européenne »
16h30-17h00 : Jacques Fournier (Conseil d’État) : « Économie des besoins et gestion publique »

17h00-17h30 : discussion générale

 

Podcasts

podcast-et-vidéos-cuicui-rdÉcoutez et/ou téléchargez les enregistrements des conférences du colloque

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.