Séminaire “De la recherche en philosophie et en sociologie : pratiques croisées”, 2nd semestre 2013-2014, Paris Ouest

bandeau pratiques croisées 2013-2014Ce séminaire de méthode en sociologie et philosophie entend créer un espace d’échange entre les doctorant-e-s de ces deux disciplines. Chaque séance s’organisera autour de deux communications – d’un-e doctorant-e en philosophie et d’un-e doctorant-e en sociologie – articulées ensemble autour d’une thématique, d’un objet d’étude, d’une théorie ou encore d’un auteur commun.

Ce séminaire poursuit donc un double objectif :

Il permet aux doctorant-e-s  du Sophiapol de présenter et de soumettre à la discussion leurs travaux de recherche en cours. De ce point de vue, sa fonction est au moins triple : entrer dans un dialogue critique conduit par un-e discutant-e, à savoir, un-e chercheur-se confirmé-e ; prolonger ce dialogue avec les doctorant-e-s et chercheur-se-s présent-e-s au séminaire ; orienter chacun-e vers une résolution possible de difficultés théoriques et méthodologiques particulières.

Il s’attache en outre à faire se rencontrer, autour d’un thème commun ou d’une problématique commune, des approches et démarches méthodologiques institutionnellement cantonnées dans deux disciplines différentes : la philosophie et la sociologie. Les intervenant-e-s présenteront ainsi des travaux portant sur un objet commun, mobilisant un même auteur, ou encore s’inscrivant dans un même axe ou sous-axe de recherche du laboratoire Sophiapol. Ce séminaire fait le pari d’un possible enrichissement mutuel des travaux en cours des jeunes chercheur-se-s des deux disciplines. Dans cette perspective, ce séminaire, parce qu’il consiste en un séminaire de méthodologie de la recherche, présente l’intérêt de mettre en évidence le processus réel du travail de recherche, et non son seul résultat. Il permettra ainsi d’éclairer les contraintes auxquelles ce processus est soumis, les embûches dont il est jonché, l’orientation qu’il acquiert progressivement, et la manière dont les choix qui déterminent cette orientation s’y opèrent. Il rend de ce fait possible un dialogue informé entre ces disciplines, grâce à cette mise au jour des spécificités des démarches méthodologiques et pratiques de recherche de chacune. Il permettra, enfin, de penser les conditions d’un travail de recherche réellement transdisciplinaire.

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire pour le premier semestre ainsi qu’une présentation pour chacune des séances.

Ce séminaire est organisé dans le cadre des activités du laboratoire Sophiapol.

Il est ouvert à tou-te-s et ne nécessite pas d’inscription préalable.
.

Date :
Un mercredi par mois.
Voir ci-dessous pour le détail des horaires

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment A, salle 305
Comment venir ?
par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contact :
Anne-Claire Collier 
Eva Debray
Pinar Karaoglu

Jérémy Lemarié

Lara Mahi

Claire Vincent-Mory
Axel Barenboïm

.
.

Programme des séances pour le second semestre 2013-2014

..
Mercredi 7 mai 2014 (14h00-16h00) : “Circulation des idées et savoirs situés”

Anne-Claire Collier (doctorante en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol)
La traduction postcoloniale dans les revues intellectuelles – 1997-2010

Mona Gérardin-Laverge (doctorante en philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PhiCo)
« Sorcières » contre « gynécologues » : critiques féministes des sciences et circulation des savoirs situés

Discutant : Stéphane Dufoix (Université Paris Ouest, Sophiapol)

.
Mercredi 21 mai 2014 (16h00-18h00) : “Le capitalisme à l’épreuve”
.
Martin Jochum (doctorant en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol)
La place sociale de l’argent dans les utopies contemporaines : à la recherche d’un réenchantement économique
.
Leonardo Da Hora (doctorant en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol)
La critique du capitalisme à l’épreuve de la diversité : pour une approche post-essentialiste
.
Discutant : André Orléan (CNRS, EHESS, Paris School of Economics)
.
.
Mercredi 25 juin 2014 (16h00-18h00) : “Le “naturel religieux” en question”
Attention la séance aura lieu au bâtiment D, salle D201b
.
Marie-Claire Willems (doctorante en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol)
Le religieux entre usages et significations. Trois types d’usages de “musulman” en France
.
Miryam Giargia (docteure en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol)
Le naturel religieux dans la philosophie de Hobbes
.
Discutant : Alain Caillé (Université Paris Ouest, Sophiapol)
.
.

Détail des séances

.
1. “Circulation des idées et savoirs situés”

Présentation des travaux d’Anne-Claire Collier

Ttitre de la thèse : “Le moment français du postcolonial. pour une sociologie historique d’un débat intellectuel”, sous la direction de Stéphane Dufoix.

Résumé de l’intervention :

L’apparition des études postcoloniales en France a donné lieu à de nombreuses publications dans les dernières années et a suscité des débats dans le monde académique et militant mettant en lien production de savoir et contexte politique. Celui-ci est caractérisé par la création des Indigènes de la République, les débats autour de la loi sur le caractère « positif » de la colonisation ou encore les révoltes dans les banlieues de l’automne 2005.

En partant des revues intellectuelles ayant publié un numéro thématique sur la question postcoloniale, cette communication cherche à montrer en quoi cette circulation peut être qualifié de traduction. Ce nouveau vocable permettra de mettre en avant des espaces sociaux différenciés. En étudiant à la fois le positionnement de chacune des revues et les trajectoires des porteurs des numéros thématiques, il s’agira de montrer que ces traductions sont situées socialement et s’inscrivent dans des configurations sociales particulières.

 .
Présentation des travaux de Mona Gérardin-Laverge

Titre de la thèse : “Philosophie du langage ordinaire et féminisme. Language is also a place of struggle” (Bell Hooks), sous la direction de Sandra Laugier.

Je commencerai par rappeler certaines critiques féministes qui ont été adressées aux prétentions à la neutralité et à l’universalité des savoirs, et qui ont permis de mettre en doute les savoirs dominants en critiquant leurs méthodes, leurs objets, leurs critères de validation et les lieux dans lesquels ils sont produits. J’expliquerai ensuite que cette critique se fonde sur l’idée que le savoir est toujours situé, c’est-à-dire qu’il est produit par une personne occupant une certaine position dans les rapports sociaux, donc un certain « point de vue » théorique. Après avoir détaillé un certain nombre de problèmes concrets que je peux rencontrer dans la recherche d’une production située de « savoirs » et d’outils philosophiques féministes, j’expliquerai en quoi ces problèmes sont liés à la question de la circulation des idées : si les savoirs sont situés, la traduction, l’effort de compréhension et la circulation des idées sont absolument nécessaires et, en même temps, très problématiques. Comment traduire l’expérience quotidienne de l’hétérosexisme, par exemple, en outils théoriques féministes ? Peut-on faire circuler certains savoirs militants à l’université sans les dépolitiser et leur faire perdre leur portée critique ? Après avoir discuté certains de ces problèmes, je proposerai de les repenser à partir de la situation d’enseignement : à partir d’un exemple d’exercice proposé à des étudiant.e.s en philosophie, je suggèrerai que reconnaitre que le savoir est situé nous conduit à changer nos pratiques d’enseignement, et que cela peut nous donner des pistes pour repenser la production et la circulation des savoirs.

.

2. “Le capitalisme à l’épreuve”
.
Présentation des travaux de Leonardo da Hora

Titre de la thèse : “Accumulation du capital, régulation, luttes : éléments d’une théorie sociale du capitalisme”, sous la direction de Stéphane Haber.

Cette thèse trouve son point de départ dans les questions suivantes : Quel est le propre du capitalisme en tant que phénomène social ? Quels en sont les aspects les plus essentiels du point de vue de la théorie sociale ?

On peut concevoir le capitalisme comme une organisation économique mue par la tendance à l’auto-reproduction élargie. L’impératif d’accumulation du capital est à la base de tout ce système social. Sans cette accumulation incessante (A-M-A’), les idées mêmes de capitalisme et de capital n’ont aucun sens. De fait, cet aspect essentiellement dynamique et expansionniste du capitalisme nous permet de comprendre pourquoi des phénomènes tels que les crises, l’expansion mondialisée et l’innovation technique constante sont constitutifs de cette forme de société. A ce titre, les contributions de Marx et d’auteurs qui se réclament de la tradition marxiste (Lenin, Rosa Luxemburg, D. Harvey, I. Wallerstein) sont importantes pour saisir la dynamique du capital compris comme force gigantesque, incessante et, en quelque sorte, aveugle.

Néanmoins, le vingtième siècle nous a montré que le capitalisme n’est pas régi seulement par une logique d’expansion aveugle. Sans cela, il se serait écroulé au moment de la première grande crise. Comment expliquer sa capacité de résilience face aux crises, sa capacité d’adaptation et de restructuration ? En effet, il faut admettre que les sorties des crises sont autant constitutives du capitalisme que les crises elles-mêmes. C’est ici qu’interviennent des traditions de pensée qui ont réfléchi de manière systématique sur ce « paradoxe ». On songe en particulier à l’Ecole de la Régulation, qui se réclame d’ailleurs, à certains égards, de Marx.

Selon M. Aglietta, le fondateur de cette école, pour diriger une force productive ordonnée, c’est-à-dire qui soit capable de préserver la force de travail qu’il utilise, le capitalisme doit lui-même être enserré dans des structures qui le contraignent. Celles-ci ne sont pas le fruit de la raison des capitalistes, ni le résultat spontané de la concurrence. Ces structures proviennent de la création d’institutions sociales, légitimées par des valeurs collectives qui donnent leur cohésion aux sociétés. Il s’agit là du produit d’interactions sociales qui prennent des formes diverses : des conflits quelquefois violents, des débats qui ont lieu sur le terrain politique, des associations qui permettent à des groupements de salariés de constituer une force collective, des dispositifs législatifs qui instituent et mettent en forme des droits sociaux. C’est ainsi que des notions comme celles de « régulation », et de « luttes » ou de « conflits » méritent d’être abordées, si l’on envisage de saisir la dynamique du capitalisme d’une manière plus large.

Cette thèse s’attache à produire un travail de confrontation théorique entre le marxisme et l’Ecole de la Régulation, tout en essayant de faire ressortir les concepts les plus essentiels d’une théorie sociale du capitalisme. On s’interrogera aussi sur les conditions sous lesquelles une conciliation de ces deux courants serait envisageable.

Mots-clefs : marxisme, régulation, théorie critique, capitalisme.

.
Présentation des travaux de Martin Jochum

Titre de la thèse : “La place de la monnaie au sein de certaines utopies littéraires”, sous la direction de Christian Laval

L’idée centrale de ce travail est d’étudier la place sociale de l’argent au sein des utopies contemporaines. Le but est d’observer le lien entre monnaie et lien social dans un cadre particulier. Outre un ensemble d’œuvres antérieures au XXème siècle dont les auteurs ont parfois bâti les fondements des grandes utopies contemporaines, nous nous intéressons de plus près aux pratiques expérimentales d’un « mieux vivre ». Cette vision particulière de l’utopie s’accompagne d’un regard spécifique sur des pratiques qui visent implicitement ou explicitement à une autre utilisation de l’outil monétaire, parfois même comme finalité de l’utopie. On choisira de mettre l’accent sur les expérimentations au sein du monde occidental, au cœur des pays développés, car il s’agit du terrain dans lequel le capitalisme est le plus anciennement – et sans doute le plus fortement – ancré dans les pratiques sociales quotidiennes. Avec l’optique de créer, lorsque cela semble pertinent, des passerelles entre anciennes théories et nouvelles pratiques, on choisira des expérimentations utopiques diverses. Il s’agit d’abord de sélectionner des expériences dont la finalité est explicitement tournée vers un autre regard sur l’argent : certaines pratiques visent à redonner un sens proprement social à l’outil monétaire (c’est notamment le cas des systèmes d’échange local, de plus en plus nombreux en France), tandis que d’autres sont vouées à s’en passer autant que possible par des procédés économiques inédits. C’est notamment le cas de l’expérience de Marinaleda, ville d’Andalousie située dans la province de Séville, et de la Finca Somonte, ferme autonome à 50 kilomètres de là. Par ailleurs, le concept de monnaie locale s’inscrit explicitement dans une démarche de remise en cause de la valeur accordée traditionnellement à l’argent.

Parallèlement, et dans un souci de ne pas nous focaliser uniquement sur ce qui peut être qualifié d’utopies économiques, nous élargissons nos recherches à des essais dont la finalité ne tourne pas spécifiquement autour de pratiques monétaires. Nous étudions par exemple le mouvement AAO (« Aktionsanalytische Organisation », une « organisation d’analyse actionnelle »). Crée dans les années 1970 par Otto Muehl, ce mouvement communautaire s’inscrit dans la vague d’expérimentations collectives qui a suivi la période de Mai 68. Fondées sur l’absence de propriété privée, les communautés AAO qui furent créées aux quatre coins de l’Europe visaient à un développement de soi et à des pratiques sociales en dehors des règles traditionnelles de la famille.

Le cadre théorique général ne s’éloigne jamais des analyses traditionnelles de l’argent : Simmel sert d’appui pour défendre la dépersonnalisation des rapports sociaux provoquée par l’argent ; Zelizer est plutôt utilisée dans le but d’avancer l’idée d’une possible réappropriation du sens social accordé à l’argent.

Mots-clefs : argent, utopies, lien social, valeur.

.

.
2. “Le “naturel religieux” en question

Présentation des travaux de Marie-Claire Willems

Sa thèse porte sur les usages de « musulman » en français et les processus de catégorisation qui sous-tendent ces mêmes usages. Elle travaille sous la direction de Stéphane Dufoix.

Cette communication propose de présenter mon travail de thèse « Ce que « musulman » veut dire aujourd’hui en France ». En partant du constat premier qu’est l’exacerbation polysémique du terme « musulman », il s’agit de se demander à quels moments et auprès de quels interlocuteurs les définitions données au mot « musulman » changent-elles. Via l’analyse de deux variables que sont l’entrée dans l’appartenance à « musulman » et sa sortie, nous constaterons une forte dynamique entre des revendications sur base ethnoracisée et de nouvelles formes d’islamité contemporaine analysées à l’aune du concept de « muslimité ». Nous découvrirons ainsi trois types d’usages de « musulman » en France.
.

Présentation des travaux de Miryam Giargia

Sa thèse porte sur la fonction de l’analogie dans la philosophie de Hobbes, ainsi que sur la réception des conceptions hobbesiennes concernant l’analogie dans le débat successif, tant moderne que contemporain. Elle travaille sous la direction de Ch. Lazzeri. Elle est déjà titulaire en Italie d’une première thèse de doctorat (2005), portant sur Rousseau et le républicanisme anglais (sous la direction de G. Lanaro, R. Bodei et M. Viroli).

Lors de mon intervention, je souhaiterais considérer le concept de naturel religieux élaboré par Thomas Hobbes. Mon hypothèse, qui tient directement à mes recherches doctorales sur la fonction de l’analogie dans la philosophie hobbesienne, s’articule autour de l’idée selon laquelle le naturel religieux, pour Hobbes, constitue proprement un enjeu philosophique. J’entends ainsi montrer que, chez ce dernier, la reconnaissance de l’existence d’une religion naturelle commune à tous les hommes a des conséquences décisives tant d’un point de vue anthropologique, pratique, qu’épistémologique.

 

 

 

 .

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.