Colloque : “Tribulations philosophiques et politiques de l’intérêt général (1755-2013)”, 24 et 25 avril 2014, Grenoble

L’intérêt général peut apparaître comme un concept essentiel du républicanisme français, d’abord parce qu’à travers le concept de « volonté générale » il fait partie de l’univers du droit public, mais aussi, plus simplement, parce qu’il a la chose publique ou la chose commune comme objet.

Pourtant, ce serait une caricature de considérer que l’intérêt général (ou l’intérêt commun) est l’apanage du républicanisme, comme si seul un tel projet politique permettait de penser le commun. La question d’un intérêt sinon général (avec ce que le général contient d’unité exigée de manière potentiellement autoritaire par l’institution détentrice de l’autorité), du moins commun, a pu être déclinée y compris par des penseurs non-républicains que l’on associerait plus volontiers au libéralisme économique. Les libéraux écossais comme A. Smith placent un intérêt commun au point de convergence de l’interaction des intérêts particuliers : chacun y participe sans le savoir en travaillant pour lui-même. Certes, ce paradigme conduit à battre en brèche l’idéal moral du désintéressement et du dévouement à la chose publique en montrant que ces exigences sont exorbitantes autant qu’inutiles, puisque poursuivre son intérêt particulier suffit à œuvrer à l’intérêt général. Néanmoins,  il n’en reste pas moins que la conclusion est  qu’il existe bien, in fine, quelque chose comme un intérêt général et qu’il est même l’effet le plus pur de l’interaction des intérêts particuliers, qu’il faut laisser s’exercer en se gênant mutuellement le moins possible. La question demeure en suspens, de savoir dans quelle mesure il s’agit, à chaque fois, de la même notion d’intérêt.

A l’autre bout du spectre philosophico-politique, l’hypothèse communiste voit dans le commun (communauté des biens, collectivisation  des moyens de productions…) la réalisation réelle, concrète, de ce que d’aucuns placeraient dans la réalité plus impalpable de l’intérêt général. Dans cette hypothèse, ce que l’on nomme « intérêt général » dans le vocabulaire du « droit bourgeois » ne serait certes que l’intérêt déguisé de la classe possédante s’imposant à tous comme si il était effectivement général  (donc sur le mode de l’imposture et de la domination) ; mais il n’en demeure pas moins que quelque chose de réellement général ou commun (en l’occurrence l’intérêt du prolétariat, seule classe non dominatrice ni usurpatrice) pourrait tenir lieu d’idéal pour une société ordonnée autour de ce qui prendrait, là encore, la forme d’un intérêt ou d’un bien commun, quand bien même ces expressions disparaissent, dans cette tradition théorique, du vocabulaire.

Trois difficultés se posent alors. (a) L’intérêt général, s’il n’est pas un faux-semblant, émerge-t-il spontanément de l’interaction des individus ou doit-il être promu, garanti et assuré par une institution centrale comme l’Etat ? (b) L’intérêt général est-il un intérêt non-réductible à la somme des intérêts particuliers ou bien cette notion ne désigne-t-elle que l’état de compatibilité des intérêts particuliers ? (c) Recoupe cette question celle, beaucoup plus profonde encore, de savoir s’il existe ou non des intérêts non-individuels. En effet, répondre négativement à la question de savoir si l’intérêt général est réductible à la somme des intérêts particuliers implique deux conséquences : la première est (i) de savoir quelle est la nature de cet intérêt de corps ou de cet intérêt attribuable au collectif (Peut-on lui donner un contenu concret, objectivable, voire consensuel ?) ; (ii) de savoir si cet intérêt se greffe sur l’intérêt particulier (s’en sert pour opérer) ou s’il transforme l’intérêt particulier pour le rendre compatible avec ses exigences ou bien encore si, dans l’intérêt particulier lui-même, il n’y a pas déjà une place laissée à un « sens du commun » ou bien à un « altruisme » spontané qui permettrait de comprendre que l’on puisse spontanément, sinon se sacrifier, au moins faire primer de manière désintéressée le commun sur son intérêt le plus étroit.

Si, à  l’inverse, on peut montrer que l’intérêt général est une mystification, cela ne prouve pas que des intérêts communs non-généraux, comme les intérêts de classe dans la philosophie de Marx, n’existent pas. Ainsi, une philosophie sociale conflictuelle nie  l’existence d’un intérêt général mais promeut l’idée de plusieurs intérêts de classe rivaux. Les débats du XIXe siècle ouvrent en cela  un nouvel horizon à la  réflexion. Face à une philosophie sociale plutôt iréniste,  qui voit la réalisation de la justice comme celle d’un intérêt général synthétisant les intérêts divers qui animent les individus, ou qui peut même parfois concevoir l’idéal de justice indépendamment de la logique des intérêts, s’affirme une philosophie sociale plutôt conflictuelle qui considère que les intérêts sont immanquablement rivaux, qu’il est impossible de les faire converger dans un ensemble commun, et que cela est immanent à la dynamique sociale même. Un axe fondamental de ce colloque consistera dès lors à (re)faire l’histoire de la place du concept d’intérêt général dans le débat politico-philosophique depuis la deuxième moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, à examiner les raisons de sa promotion, autant que celles de sa condamnation. S’il y a peut-être un « âge d’or » de l’invocation de l’intérêt général, on peut dégager aussi des périodes plus sombres où celui-ci est décrié, condamné comme mystificateur, voire rejeté dans le passé définitivement révolu de la réflexion politique.

Dans tous les cas se pose la question du rôle et du statut du politique comme condition de la constitution et de la promotion de l’intérêt général. L’Etat social français s’est largement construit sur le principe selon lequel une institution centrale pouvait être dépositaire de l’intérêt général et, à ce titre, mettre en place des politiques sociales visant à rectifier les déséquilibres engendrés par l’interaction spontanée des individus. Il est particulièrement intéressant de revenir sur la manière dont l’intérêt général a permis de légitimer à la fois souveraineté populaire et égalisation des conditions en se donnant pour but d’assurer, en France, le ralliement des socialistes (y compris marxistes) et des républicains sous sa bannière, bien que certains libéraux aient pu arguer, contre cette synthèse, que, ce faisant, l’Etat compromettait les équilibres économiques au détriment de tous et au prix d’un empiètement grave sur les libertés individuelles.

Dans un cadre théorique qui est, on le voit, complexe, l’existence en France d’une pensée de l’Etat comme garant de l’intérêt général, l’importance des services publics et de l’imposition que beaucoup critiquent et considèrent comme une originalité française à promouvoir ou à bannir, semblent plaider dans le sens d’une spécificité voire d’une exceptionnalité française issue, sans doute, de la radicalité révolutionnaire, d’une histoire spécifique des mouvements ouvriers et, plus généralement, du socialisme. C’est également ce qu’il s’agira de mettre en question à la suite d’un colloque organisé en 2011 sur « la république sociale, une exception française ? ».

Enfin, y a-t-il encore sens aujourd’hui à parler d’intérêt général dans un contexte où les sociétés complexes semblent éclatées en une multiplicité parcellaire de réseaux ? L’intérêt général est-il mort, tué par le pluralisme de la post-modernité, ou à réinventer ?

.
Colloque organisé avec le soutien du Laboratoire Philosophie, Langage, Cognition de l’Université Pierre Mendès-France (EA 3699), du département de philosophie de l’Université Pierre Mendès-France, du Centre de Philosophie Juridique et Politique de l’Université de Cergy-Pontoise (EA 2530), de la Fondation Jean-Jaurès, de la municipalité de Grenoble et de Grenoble-Alpes Métropole.
.

Date :
24 et 25 avril 2014

Lieu :
Université Pierre Mendès-France
Amphithéâtre MSH-Alpes
1221 av. centrale
38400 Saint Martin d’Hères
Tram B : arrêt “bibliothèques universitaires”

Contacts :

Programme :

Jeudi 24 avril

10h00 : Accueil des participants. Introduction par Pierre Crétois, Édouard Jourdain et Stéphanie Roza
.

Intérêt général et services publics
.

10h30-11h00 : Thomas Boccon-Gibod (Sophiapol, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Le droit républicain classique : service public et représentation nationale

11h00-11h30 : Cédric Rio (Université Paris 8) : Environnement commun et coopération entre les générations

11h30-12h00 : Pierre-André Juven (Centre de sociologie de l’innovation) : L’intérêt général se mesure-t-il ? L’arrêt de la convergence tarifaire entre hôpitaux publics et cliniques privées

12h00-12h30 : discussion

12h30-14h00 : pause déjeuner

Conceptions contemporaines, conceptions critiques de l’intérêt général
.

14h00-14h25 : Nicolas Piqué (ENS Lyon) : La chair du social. Éléments pour une critique de l’intérêt général

14h25-14h50 : Sébastien Bauvet (Université Paris 8) : Production sécuritaire symbolique et substantialisation de l’intérêt général

14h50-15h15 : Isabelle Aubert (Maison des Sciences de l’Homme) : La formulation de l’intérêt général inclut-elle tout le monde ?

15h15-15h45 : discussion

15h45-16h00 : pause

16h00-16h25 : Enzo Lesourt (Université Pierre Mendès-France) : Élargissement du bien public ou mort de la société, Une écologie politique républicaine est-elle possible ?

16h25-16h50 : Thierry Ménissier (Université Pierre Mendès-France) : Les dilemmes du commun et du général

16h50-17h15 : Charles Girard (Université Paris IV) : La définition problématique du bien commun dans les démocraties contemporaines

17h15-17h45 : discussion

 

Vendredi 25 avril

 

Aux origines du débat : rousseauisme et libéralisme
.

9h30-9h55 : Florence Perrin (EHESS, Lycée A. Boulloche) : La formulation libérale de l’intérêt général à partir des droits et intérêts particuliers

9h55-10h20 : Théophile Pénigaud (ENS Lyon) : Intérêt commun ou intérêt général ? De l’enjeu d’une décision terminologique chez Rousseau

10h20-10h55 : Pierre Crétois (Université François Rabelais) : Repenser l’intérêt général par l’intérêt commun, de Lemercier de la Rivière aux solidaristes

10h55-11h20 : discussion

11h20-11h35 : pause

11h35-12h30 : Grande Conférence – André Tosel (Université de Nice) : Intérêt général et bien(s) commun(s). Pour une critique de la raison procédurale

12h30-14h15 : pause déjeuner

Intérêt général ou intérêt de classe au XIXe siècle
.

14h25-14h50 : Gilles Jacoud (Université de Saint-Etienne) : Économie politique et nouvelle organisation industrielle. La priorité à l’intérêt général dans l’analyse des Saint-Simoniens

14h50-15h15 : Édouard Jourdain (IHEJ) : Intérêt général, intérêt individuel et raison collective : Proudhon

15h15-15h40 : discussion

 15h40-16h00 : pause

16h00-16h25 : Emmanuel Jousse (Sciences-po Paris) : L’État et l’intérêt général chez Lassalle

16h25-16h50 : Stéphanie Roza (Université Pierre Mendès-France) : Intérêt général, intérêt de classe et intérêt humain chez Marx

16h50-17h15 : Jean-Christophe Angaut (ENS Lyon) : Critique des parlements et critique de l’intérêt général dans la Théologie politique de Mazzini de Bakounine

17h15-18h30 : discussion générale

.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search