Colloque international : Penser avec l’anthropologie, 6 et 7 mai 2014, Paris Ouest

présentation colloque

ATTENTION : CHANGEMENT DE SALLE – Le mardi 6 mai le colloque aura lieu dans l’ AMPHITHEATRE S1 au Bâtiment S de l’Université Paris Ouest.

 

 Ce colloque fait suite à un séminaire transdisciplinaire « Pratiques et ontologies » tenu à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense tout au long de l’année 2013-2014 organisé par le SOPHIAPOL et co-organisé par les laboratoires HARp (philosophie) et LESC (anthropologie). Ce séminaire avait pour but de présenter un certain nombre de travaux contemporains à la charnière de l’anthropologie et de la philosophie en lien avec le récent « tournant ontologique de l’anthropologie ». [Les podcasts du séminaire sont en ligne à cette adresse] Le colloque se présente ainsi à la fois comme une conclusion de cette année de recherche, et comme une ouverture de la problématique : le but est en effet de mettre en évidence la diversité – et parfois l’incompatibilité – des options théoriques souvent subsumées par l’expression « tournant ontologique ».
Organisation formelle : Notre but étant de mettre en évidence les débats théoriques à la fois internes et externes au « tournant ontologique de l’anthropologie », le colloque sera organisé sous la forme de 8 tables-rondes de 1h30 permettant chaque fois à des chercheurs de confronter leurs modèles théoriques autour d’une question précise.

Dates :
Mardi 6 mai et mercredi 7 mai 2014

Lieu :
Mardi 6 mai : Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Matin : Bâtiment S, Amphithéâtre S1
Après-midi : Bâtiment S, Amphithéâtre S1
Mercredi 7 mai :  Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, Salle des Conférences
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Pierre-Laurent Boulanger (Univ. Paris Ouest, Sophiapol)
Camille Chamois (Univ. Paris Ouest, Sophiapol)
Daphné Le Roux (Univ. Paris Ouest, Sophiapol)
Charlotte Loris-Rodionoff  (UCL Anthropology)
Avec le soutien de l’Université Paris Ouest Nanterre (Ecole Doctorale Connaissance, langage, modélisation (ED 139), laboratoire Sophiapol (EA 3932), Ecole Doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (ED 395), laboratoire du LESC (UMR 7186), et Histoire des arts et des représentations (EA 4414)).

Contact

Programme 

Mardi 6 mai :

Matinée 9h-12h30 (Amphithéâtre S1)

Table-ronde 1 : L’existence des êtres surnaturels (9h-10h30)

Grégory Delaplace (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Bruno Latour (Sciences Po, projet AIME)
Albert Piette (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Anne-Christine Taylor (LESC)

Argument : L’analyse des êtres ‘surnaturels’ – esprits, fantômes, dieux, etc. – pose des problèmes particuliers notamment en ce qui concerne le cadre épistémologique le plus approprié. On a en effet vu se développer des modèles centrés sur les contextes sociologiques dans lesquels ces êtres apparaissaient ; des modèles cosmologiques qui précisaient les caractères attribués à ces êtres ; des modèles phénoménologiques qui décrivaient leurs modalités d’apparition ; des modèles pragmatistes, etc. En suivant le fil de la notion de « croyance » et de ses diverses remises en question, nous voudrions évoquer les intérêts et les limites de ces différents modèles.
.

Table-ronde 2 : L’ontologie implicite des sciences humaines (11h-12h30)

Martin Holbraad (University College London)
Frédéric Keck (Musée du Quai Branly)
Patrice Maniglier (Paris Ouest Nanterre – HARp)
Frédéric Nef (EHESS)

Argument : Dans son article « Parts and Wholes: the individual and society », M. Strathern souligne qu’au cours du XXe siècle, la notion d’ « individu » a souvent été accusée d’obscurcir la compréhension des sociétés non-modernes, au lieu de l’éclairer. Cependant, c’est aujourd’hui la notion de « société » qui semble inadéquate et inefficace pour penser la spécificité de sociétés qui ne se structurent pas uniquement autour d’individus humains. Il semble alors nécessaire de reprendre l’analyse des paradigmes fondamentaux des sciences humaines – individualistes ou holistes – pour s’interroger sur leurs conditions d’émergence et les limites de leur extension. Cette table-ronde s’inscrit dans ce programme de recherche.

Après-midi 14h30-18h (Amphithéâtre S1)

Table-ronde 3 : Interagir avec les non-humains (14h30-16h)

Sophie Houdart (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Frédéric Keck (Musée du Quai Branly)
Bruno Latour (Sciences Po, Projet AIME)

Argument : L’intégration des « non-humains » (environnement, animaux, individus techniques, etc.) au sein des modèles sociaux est une des tendances ethnographiques lourdes des dernières années. Mais ce déplacement de la focale analytique a des conséquences importantes sur la définition de la subjectivité, de l’action ou de la politique. Cette table-ronde tentera de cerner les enjeux d’un tel déplacement en insistant sur ses gains heuristiques pour l’ethnographie ainsi qu’en proposant une analyse fine des types de « non-humains » mobilisés.
.

Table-ronde 4 : Au-delà de la représentation (16h30-18h)

Grégory Delaplace (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Philippe Descola (Collège de France)
Emmanuel de Vienne (Paris Ouest Nanterre – LESC)

Argument : Le but de cette table-ronde est de proposer un cadre conceptuel riche et multiple pour analyser les constituants de l’expérience humaine, au-delà d’une approche strictement représentationnelle ou symbolique du monde. L’enjeu est de montrer que l’homme n’est pas simplement un être « catégorisant », mais que ses rapports au donné (rapport émotif, intersubjectif, pratique, etc.) excèdent de beaucoup la catégorisation symbolique. Peut-on ainsi définir quelques pistes générales d’une telle anthropologie de l’être-au-monde ? Ce projet peut-il disposer d’une épistémologie unifiée ou est-il condamné à la fragmentation ?

 

Mercredi 7 mai :

Matinée 9h-12h30 (Salle des Conférences)

 

Table-ronde 5 : Point de vue et perspectivisme (9h-10h30)

Emmanuel Grimaud (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Guillaume Sibertin-Blanc (Université Toulouse II – Le Mirail)
Eduardo Viveiros de Castro (Musée national de Rio de Janeiro)

Argument : Cette table-ronde a pour but d’interroger les enjeux du concept de « point de vue » au sein des débats anthropologiques contemporains. Au-delà de l’horizon strictement ethnologique, cette notion introduit en effet des problèmes épistémologiques, politiques voire éthiques qui sont au cœur de ce qu’on appelle communément le « tournant ontologique » de l’anthropologie, mais qui établissent également des ponts notables – bien que problématiques – avec d’autres branches de la discipline.

Table-ronde 6 : Les catégories politiques et leur soubassement ontologique (11h-12h30)

Christophe Darmangeat (Paris Ouest Nanterre – Sophiapol)
Guillaume Sibertin-Blanc (Université Toulouse II – Le Mirail)
Martin Holbraad (University College London)

Argument : Il s’agira d’interroger les enjeux politiques de l’anthropologie, et notamment de mettre en évidence la manière dont l’anthropologie force à reconfigurer les concepts les plus fondamentaux de l’ontologie sociale. Nous tenterons donc, d’une part, de rappeler un certain nombre des problèmes classiques de la théorie politique – l’émergence de l’appareil d’Etat, le rôle social de la guerre, la spécificité des pratiques biopolitiques et biosécuritaires, etc. Et, d’autre part, nous insisterons sur les déplacements conceptuels que l’anthropologie contemporaine force à effectuer dans chacun de ces domaines.

Après-midi 14h30-18h (Salle des Conférences)

 Table-ronde 7 : Philosophie, anthropologie et contre-anthropologie (14h30-16h)

Jean-Christophe Goddard (Université Toulouse II – Le Mirail)
Anne Sauvagnargues (Paris Ouest Nanterre – HARp)
Peter Skafish (McGill)

Argument : Sur la base d’exemples historiques, cette table-ronde espère montrer quels sont les intérêts et les limites éventuelles, pour les deux disciplines, du dialogue entre anthropologie et philosophie. Le dialogue n’a rien de nouveau : de Lévy-Bruhl à Descola, en passant par Lévi-Strauss ou Godelier, de nombreux anthropologues se sont explicitement situés à la frontière des deux domaines. Cependant, la spécificité du récent tournant ontologique de l’anthropologie consiste à mobiliser la philosophie – et surtout la métaphysique – pour en faire un outil de décolonisation dans une entreprise plus large de « contre-anthropologie ». On se propose alors de revenir sur cette dynamique sur la base d’exemples historiques.
.

Table-ronde 8 : « Décoloniser la pensée » (16h30-18h)

Eduardo Viveiros de Castro (Musée national de Rio de Janeiro)
Morten Axel Pedersen (University of Copenhagen)
Emmanuel de Vienne (Paris Ouest Nanterre – LESC)

Argument : Cette table ronde a pour ambition de s’interroger sur les rapports ambigus entre les dimensions épistémologique et politique de l’anthropologique, entre le « savoir » et le « pouvoir » inhérents à la discipline. Dans cette perspective, on voudrait interroger la particularité du récent tournant ontologique de l’anthropologie qui s’est donné pour objectif de ne plus réifier l’ « autre ». On suivra alors la piste d’une approche dite « décoloniale » ou « décolonisatrice » de l’anthropologie pour en cerner les intérêts et les limites éventuelles.

 —

_

Program in English

Description:

Theme: This conference is a continuation of the trans-disciplinary seminar « Practices and Ontologies » that was held at the university Paris Ouest Nanterre La Défense throughout the academic year 2013-2014 – organised by SOPHIAPOL and co-organised by HARp and LESC (research centres in philosophy and anthropology respectively). This seminar aims to present a selection of contemporary philosophical and anthropological works linked to the “ontological turn in anthropology”. The forthcoming conference will be both a conclusion to this research seminar as well as an opening through which to address the questions that emerged out of it. It aims to highlight the diversity and, at times, the incompatibility of the theoretical options subsumed by the expression « ontological turn ».
Organisation: Our aim is to highlight the theoretical debates both internal and external to the “ontological turn”. The conference is organised in 8 round tables of 1 hour 30 allowing the researchers to confront and question their theoretical models around specific themes.

 

Program

Tuesday 6th of May:

Morning 9h-12h30 (Salle des Conférences)

Round table 1: The Existence of Supernatural Beings (9h-10h30)

Grégory Delaplace (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Bruno Latour (Sciences Po)
Albert Piette (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Anne-Christine Taylor (LESC)

Abstract: The analysis of the ‘supernatural’ beings – spirits, ghosts, gods, etc. – poses specific problems especially regarding the question of the most appropriate epistemological framework to express them. Indeed, there are a wide range of models aiming to analyse these beings: some models focus on the sociological contexts in which these beings appear; while cosmological models aim to define the characteristics of such beings; and phenomenological ones describe their modalities of appearance. Drawing on the notion of « belief » and the questions it raises, we would like to highlight the interests and limits of these different paradigms.

Round table 2: The Implicit Ontology of Social Sciences (11h-12h30)

Martin Holbraad (University College London)
Frédéric Keck (Musée du Quai Branly)
Patrice Maniglier (Paris Ouest Nanterre – HARp)
Frédéric Nef (EHESS)

Abstract: In her article “Parts and Wholes: the individual and society”, M. Strathern underlines that throughout the twentieth century, the notion of “individual” has often been accused of obscuring the understanding of non-modern societies, instead of highlighting it. However, it is nowadays the notion of “society” that seems inadequate and ineffective to think the specificity of societies that are not structured around human individuals. It seems therefore necessary to re-analyse the fundamental paradigms of the social sciences – individualism and holism – in order to question their conditions of emergence and the limits of their extension.

Afternoon 14h30-18h (Espace Reverdy)

Round table 3 : Interacting with non-humans (14h30-16h)

Sophie Houdart (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Frédéric Keck (Musée du Quai Branly)
Bruno Latour (Sciences Po)

Abstract: The interaction of “non-humans” (environment, animals, technical individuals) within social models is one of the major ethnographic trends of the last years. Yet, this shift of the analytical focal has major consequences for the definition of concepts such as subjectivity, action, or politics. This round table aims to define what is at stake in this shift, underlining its heuristic profits for ethnography as well as proposing a detailed analysis of these types of “non-humans”.

Round table 4 : Beyond Representation (16h30-18h)

Grégory Delaplace (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Philippe Descola (Collège de France)
Emmanuel de Vienne (Paris Ouest Nanterre – LESC)

Abstract: This round table aims to offer a rich conceptual framework to analyse the components of the human experience, going beyond a strictly representational or symbolic approach of the world. Its goal is to show that the human being is not only a “categorising” being, but that its relations to the given (emotional, inter-subjective and practical relations) largely exceed symbolic categorisation. Can one define the general directions of such an anthropology of being-in-the-world? Can this project have a unified epistemology or is this epistemology condemned to fragmentation?

 

Wednesday 7th of May:

Morning 9h-12h30 (Salle des Conférences)

 

Round table 5 : Point of view and perspectivism (9h-10h30)

Emmanuel Grimaud (Paris Ouest Nanterre – LESC)
Guillaume Sibertin-Blanc (Université Toulouse II – Le Mirail)
Eduardo Viveiros de Castro (Musée national de Rio de Janeiro)

Abstract: This round table questions the aims of the concept of “view point” within the contemporary anthropological debates. Indeed, beyond the purely ethnographic horizon, this notion introduces epistemological, political and even ethical challenges that are at the heart of what is named the “ontological turn” of anthropology. But this concept also allows important bridging – even if problematic – with other anthropological trends.

Round table 6 : The Political Categories and their Ontological Foundation (11h-12h30)

Christophe Darmangeat (Paris Ouest Nanterre – Sophiapol)
Guillaume Sibertin-Blanc (Université Toulouse II – Le Mirail)
Martin Holbraad (University College London)

Abstract: This round table questions the political aims of anthropology, and highlights the way in which anthropology forces one to rethink the most fundamental concepts of social ontology. Its attempt, on the one hand, is to restate some of the classical problems of political theory – the emergence of the state apparatus, the social role of war, the specificity of biopolitical and biosecuritarian (?) practices-; and, on the other hand, to insist on the conceptual shifts that contemporary anthropology produces in each of these fields.

Afternoon 14h30-18h (Salle des Conférences)

 Round table 7 : Philosophy, Anthropology and Counter-Anthropology (14h30-16h)

Jean-Christophe Goddard (Université Toulouse II – Le Mirail)
Anne Sauvagnargues (Paris Ouest Nanterre – HARp)
Peter Skafish (McGill)

Abstract: On the basis of historical examples, this round table hopes to show the interests and potential limits, for anthropology and philosophy, of a dialogue between the two disciplines. This dialogue is not new: from Lévy-Bruhl to Descola, passing through Lévi-Strauss or Godelier, many anthropologists explicitly position themselves in-between the two fields. However, the specificity of the ontological turn in anthropology consists in mobilising philosophy – and particularly metaphysics – to make it a decolonising tool in the wider project of “counter-anthropology”. This round table will return to this dynamic through the analysis of historical examples.

Round table 8 : « Decolonising Thought» (16h30-18h)

Eduardo Viveiros de Castro (Musée national de Rio de Janeiro)
Morten Axel Pedersen (University of Copenhagen)
Emmanuel de Vienne (Paris Ouest Nanterre – LESC)

Abstract: This round table will question the ambiguous relations between the epistemological and political ambitions of anthropology, between the “knowledge” and “power” inherent to the discipline. In this perspective, we would like to interrogate the specificity of the ontological turn in anthropology that fixes as one of its goals the de-reification of the “other”. The round table will explore the “de-colonial” or “decolonising” approach of anthropology in order to understand its interests and eventual limits.

 

Télécharger

 

  • Les affiches

Affiche mini   Télécharger l’affiche

Affiche mini 2  Télécharger l’affiche

Affiche mini 3  Télécharger l’affiche

 

  • Le programme

GetAttachment    Télécharger le programme

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.