Nouvelle publication : La théorie sociale de George Herbert Mead. Etudes critiques et traductions inédites, par Alexis Cukier et Eva Debray (dir.)

.
De la psychologie sociale aux Théories critiques de J. Habermas et A. Honneth, en passant par l’interactionnisme symbolique ou la sociologie pragmatiste héritière de l’école de Chicago, l’œuvre de G. H. Mead (1863-1931) constitue une source majeure de la théorie sociale. Cet ouvrage invite à la (re)découvrir.

Tout en examinant les sources de la pensée de Mead et en discutant ses concepts fondamentaux, il propose de mettre en lumière le potentiel critique et créateur des perspectives qu’elle ouvre pour la théorie sociale. Il montre comment ses développements consacrés au self, à l’Autrui généralisé, à l’interaction, au contrôle social, etc., ainsi que son traitement des problèmes liés, notamment, à la conscience de soi, à la communication, à la reconnaissance ou aux institutions peuvent être mis en dialogue et en confrontation avec les analyses de A. Smith, G. W. F. Hegel, W. James, G. Simmel, J. Dewey, R. E. Park, E. Goffman, H. Blumer, A. Schütz, H. Garfinkel, J. Habermas, A. Honneth ou encore R. Collins. Il propose des traductions inédites de textes de G. H. Mead qui permettent de saisir le processus d’élaboration et la richesse de sa psychologie sociale.

À la fois introduction, examen critique et mise en perspective de la pensée de Mead, ce livre s’adresse aux philosophes, sociologues et psychologues, étudiants ou chercheurs, intéressés par l’auteur et, plus généralement, par la théorie sociale d’hier et d’aujourd’hui.

Retrouvez des recensions de l’ouvrage sur les sites de la revue Emulations. Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales et de la revue Lectures.

.
Directeurs d’ouvrage :

Alexis Cukier est doctorant en philosophie à l’Université Paris-Ouest Nanterre, membre du laboratoire Sophiapol et ATER à l’université de Poitiers. Ses recherches portent sur la philosophie sociale, les théories critiques du travail, du néolibéralisme et de la démocratie, et leurs fondements psychologiques et sociologiques. Il a dirigé avec Patricia Attigui la publication des Paradoxes de l’empathie. Philosophie, psychanalyse et sciences sociales (CNRS Éditions, Paris, 2011), avec Fabien Delmotte et Cécile Lavergne, celle d’Émancipation. Les métamorphoses de la critique sociale (Éditions du Croquant, Brignais, 2013), et avec Vincent Chanson et Frédéric Monferrand, La réification. Histoire et actualité d’un concept critique (La dispute, Paris, 2014).

Eva Debray est doctorante en philosophie politique et épistémologie des sciences sociales au laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et rattachée au Centre Marc Bloch, boursière de la Fondation d’études de la chambre des députés de Berlin. Elle travaille, sous la direction de Christian Lazzeri et de Patrick Watier, sur les phénomènes d’auto-organisation dans le champ social et politique. Elle prépare avec Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung un ouvrage sur Spinoza et les sciences sociales, Les Passions du social, aux éditions Amsterdam (à paraître).

.

Table des matières

.
Introduction

par Alexis Cukier et Eva Debray

En quel sens peut-on parler d’une « théorie sociale » chez Mead ?
Quels termes pour qualifier la théorie sociale de Mead ?
De quelques interprétations de la théorie sociale de Mead
Présentation du parcours de l’ouvrage
.
.

Première partie
Aux sources de la théorie sociale de Mead
.

I. Le self dans la psychologie sociale de G. H. Mead. Filiation et descendance
par Céline Bonicco-Donato

Le self pragmatiste de Mead et l’héritage de la philosophie écossaise
La radicalisation sociologique du self meadien dans l’interactionnisme d’Erving Goffman
Conclusion

II. De l’âme au soi
par Hans Joas
traduit de l’allemand par Alexis Cukier et Eva Debray

De l’âme au soi: un développement scientifique
Les difficultés à penser le caractère sacré de la personne
La question de l’immortalité : rendre compte de la possibilité de l’expérience religieuse

III. Dewey et Mead hégéliens
par Emmanuel Renault

Le pragmatisme hégélien de Dewey
La période hégélienne de Mead
Ce qui reste hégélien chez Mead

IV. La fabrique de L’esprit, le soi et la société : aux origines de la psychologie sociale de George Herbert Mead
par Daniel R. Huebner

Elaborer des projets posthumes pour assurer un héritage
La « documentation de psychologie sociale »
Des notes de cours d’étudiants, retrouvées et réélaborées
La transcription « verbatim » de 1928
Fabriquer « L’esprit, le soi et la société »
Conclusion

Deuxième partie
Les concepts de la théorie sociale de Mead en discussion
.

I. Les implications sociologiques de la pensée de George Herbert Mead
par Herbert Blumer
traduit de l’anglais par Eva Debray avec la collaboration de Daniel Cefaï

Le soi
L’acte
L’interaction sociale
Les objets
L’action conjointe

II. À propos de « Les implications sociologiques de la pensée de George Herbert Mead » de H. Blumer : la question du déterminisme social
par Eva Debray

La démarche de H. Blumer dans l’article
L’« élément de spontanéité » dans la conduite humaine : la distinction meadienne entre comportement réflexe et conduite intelligente
La question du déterminisme social

III. Le concept de société chez G. H. Mead
par Jean-François Côté

L’apport de Mead en sociologie : la société, au-delà des individus et des institutions
L’évolution de la société chez Mead : la dialectique entre individus, institutions et société
L’homologie structurale entre le soi et la société : la société-l’esprit-le soi
L’originalité théorique du concept de société chez Mead : les dynamiques internationales
Conclusion

IV. Pragmatisme et phénoménologie: la réception de la psychologie sociale de G. H. Mead par A. Schütz
par Laurent Perreau

Remarque préliminaire : deux obstacles à la comparaison entre Mead et Schütz
Une intersubjectivité pratique
L’inscription pratique du soi et du soi social
Le statut de la signification
Conclusion

V. Pragmatisme et ethnométhodologie. Deux voies pour un externalisme social
par Louis Quéré

La vulnérabilité de Mead
L’« internalisme » externaliste de Mead
« Prendre le rôle de l’autre » requiert-il l’imagination ?
Le sens du « normal » comme perspective commune
Le primat du social chez Mead
Pour conclure
.
.

Troisième partie
La théorie sociale à l’épreuve de Mead
.

I. L’expérience perceptive de l’espace urbain : un usage de Mead
par Olivier Gaudin

L’expérience urbaine à la lumière du concept meadien de perception
Schèmes perceptifs et écologie urbaine
Conclusion

II. Le Mead de Habermas. Ce que veut dire une intersubjectivité intacte
par Estelle Ferrarese

Les prémisses : individuation et conscience de soi, des effets de l’expérience de l’autre
La reconnaissance réciproque
L’adoption idéale de rôle. La reconnaissance au cœur du point de vue moral
Conclusion

III. Violence en situation dans le pragmatisme de Mead : coopération, normativité et contrôle social
par Cécile Lavergne

La violence : conduite impulsive et ajustée
Les violences collectives en situation : émergence de formes paradoxales de contrôle social
Conclusion : projet d’une philosophie sociale de la violence

IV. George Herbert Mead, Axel Honneth et la question du contrôle social : pour une critique sociale pragmatiste
par Alexis Cukier

La reconnaissance, le soi et le contrôle social : un examen critique de la lecture de la théorie sociale de Mead par Axel Honneth
Les formes, variations et effets du contrôle social : pour une critique sociale pragmatiste
Conclusion

V. Public, socialisation et politisation : Mead et Dewey
par Daniel Cefaï

De la prise de conscience du trouble à la politisation d’une situation problématique
Transformation des attitudes, des habitudes et des croyances : épreuves de Soi
La structure ternaire du public : Autrui généralisé, communication et coopération
Changement de perspective, association et socialisation
Pluralité et conflictualité des groupes et des cadres de référence
L’émergence d’idéaux, d’imageries et de symboles : le travail de l’imagination
Une écologie matérielle du processus de publicisation
Epreuves normatives : la société comme ordre moral

 

Quatrième partie
Traductions inédites de textes de Mead
(précédées d’une présentation)

.

“À propos d’une nouvelle critique de l’hégélianisme : est-elle valable ?”
traduit et présenté par Antoine Muller

“Conscience sociale et conscience de la signification”
traduit et présenté par Alexis Cukier

“La contribution de Cooley à la pensée sociale américaine”
traduit et présenté par Louis Quéré

“La chose physique”
traduit et présenté par Louis Quéré

.

Les auteurs

Bibliographie

Bibliographie des œuvres publiées de George Herbert Mead
Textes de George Herbert Mead traduits en français
Textes cités dans cet ouvrage

Index rerum

Index nominum

 

Informations techniques :
La théorie sociale de George Herbert Mead. Etudes critiques et traductions inédites, sous la direction d’Alexis Cukier et Eva Debray
Editions Le Bord de l’eau
Collection “La Bibliothèque du MAUSS” dirigée par Alain Caillé & Philippe Chanial
Format : 13 x 20
490 pages
ISBN : 978-2-35687-2388
25 € TTC
.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Communiqué de presse de l’éditeur
.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.