Séminaire “Politiques de Foucault”, 5e séance : Judith Revel, 29 mars 2014, Paris Ouest

Bandeau_seminaire_politiques_foucault_2

La prochaine séance du séminaire “Politiques de Foucault” accueillera Judith Revel. Elle interviendra sur le thème “Réversibilité et asymétrie : Foucault, l’analytique des pouvoirs et les modes de subjectivation”.

Présentation de la séance  :

“Si Foucault a tenté une analytique des pouvoirs – c’est-à-dire une enquête sur la manière dont se sont définis et articulés une série de rapports visant à agir sur l’action libre des hommes en fonction d’un certain nombre d’impératifs et d’enjeux, de partages et de nécessités historiquement déterminés -, il semble avoir très tôt inclus dans son travail l’idée que ces rapports non seulement traversent les sujets mais qu’ils les constituent. De l’analytique des pouvoirs à l’histoire des modes de subjectivation telle que Foucault la formule à la fin des années 1970, il y aurait donc non pas un changement de cap, une sorte de “reflux” du politique, un repli, mais bien le déploiement d’une réversibilité essentielle : le thème des pouvoirs et celui de la subjectivation seraient en réalité la doublure l’un de l’autre, et c’est cette auto-implication réciproque qui représenterait de fait la spécificité des analyses foucaldiennes. Mais s’il en est ainsi, quelle place pour les résistances ? Et si l’on repousse l’hypothèse d’une possible soustraction aux rapports de pouvoir (ce que Foucault semble faire très clairement : “la marge est un mythe. La parole du dehors est en rêve que l’on ne cesse de reconduire…”), comment creuser de l’intérieur des mailles du pouvoir l’espace d’une véritable pratique de la liberté ? En somme : comment arracher la subjectivation à ce qu’elle est toujours aussi – la construction de nous-mêmes comme objets de pratiques et de discours ? Et comment faire valoir une production de subjectivité qui soit autre chose qu’une simple fabrique de l’homme aliéné ?”

Judith Revel est maître de conférences (HDR) à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du « Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne » (EA 3562), et du Centre Michel Foucault. Après avoir beaucoup travaillé sur Michel Foucault – auquel elle a consacré de nombreux travaux et dont elle a dirigé l’édition italienne des Dits et Ecrits (Feltrinelli, 1996-1998), ses travaux portent actuellement sur la philosophie après 1945, en particulier en France et en Italie, et sur la manière dont, au croisement de la pensée politique, de l’historiographie et de l’esthétique, une certaine pratique de la philosophie a tenté de problématiser tout à la fois sa propre situation historique et la possibilité d’intervenir au cœur du présent. Ses derniers ouvrages parus sont : Michel Foucault. Une pensée du discontinu (Mille et une nuits/Fayard, 2010), et, avec F. Brugère, G. le Blanc, M. Gaille, M. Foessel et P. Zaoui, Dictionnaire politique à l’usage des gouvernés (Bayard, 2012). Paraîtront prochainement : Une controverse philosophique. Foucault, Derrida, et « l’affaire Descartes » (Paris, Bayard, 2014 – à paraître), ainsi que Foucault avec Merleau-Ponty. Ontologie politique, présentisme et histoire (Paris, Vrin, coll. « Philosophie du présent », 2014 – à paraître).

Date :

Samedi 29 mars 2014, 10h-12h

Lieu :

Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité d’organisation :

Philippe Combessie
Stéphane Dufoix
Stéphane Haber
Christian Laval
Christian Lazzeri
Emmanuel Renault
(Université Paris Ouest, Sophiapol)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.