Séminaire “Frontières et mouvements de la ville”, 20 mars 2014, EHESS

Le 20 mars se tiendra une nouvelle séance du séminaire “Frontières et mouvements de la ville. Ecritures, descriptions et transformations“, organisé par Michel Agier (EHESS), Alessia De Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette), Franck Mermier (CNRS) et Anne Raulin (Université Paris Ouest, Nanterre).

Cette séance intitulée “Révéler la ville : nouveaux modes ethnographiques” accueillera Barbara Morovitch, pour une communication sur le thème “Quelle graphie ? Représenter les graphies dans un quartier populaire : un défi transdiciplinaire”, ainsi que Nicolas Puig, sur le thème ” Le marché de Sabra à Beyrouth, récit d’une greffe urbaine” et Nicolas Blies et François Le Gall. Leur intervention s’intitule ” Zoolook : Photographie sonore et reconstruction musicale de la mixité linguistique en milieu urbain”

 

Présentation de la séance :

Barbara Morovich (Maître de conférences, École d’Architecture de Strasbourg/AMUP, chercheur associé LAA)
“Quelle « graphie » ? Représenter les parcours de vie dans un quartier populaire : un défi transdisciplinaire”

Quelle est la place de l’anthropologie dans un quartier populaire stigmatisé et à travers quelle(s) méthode(s) mener son terrain ? Ce choix est déterminé d’un posture revendiquée comme impliquée et de proximité maitrisée : il vise, après des observations et des enquêtes de terrain, à donner une lecture et une « graphie » alternative à celle de la déviance qui affecte les habitants. De cette attitude découlent plusieurs conséquences : le choix de l’engagement associatif comme moyen d’intégration de l’anthropologue dans un quartier ; le choix de la transdisciplinarité afin de participer à la mise en forme des modes de représentation qui s’adressent à des publics différents. Les représentations graphiques des parcours de vie des personnes interviewées à Hautepierre (Strasbourg) mettent en évidence une constante au sein d’événements biographiques les plus divers : leur mobilité apparaît comme un événement indéniable et fait de contrepoint à la perspective avancée par la rénovation urbaine de l’enclavement des habitants du quartier. Cette mobilité conduirait à concevoir Hautepierre non pas comme une enclave, mais comme un espace ouvert à des changements constants, en communication et en réseau avec d’autres territoires, français et étrangers. Dans cette communication, je vais relater plus particulièrement les étapes et le processus ayant amené à cette mise en forme et qui a vu la collaboration d’anthropologues, d’artistes et de graphistes.

 

Nicolas Puig (chercheur, IRD/URMIS)
“Le marché de Sabra à Beyrouth, récit d’une greffe urbaine”

Le quartier de Sabra à Beyrouth accueille un marché important regroupant bouchers et vendeurs de fruits et légumes palestiniens, syriens et libanais. Or depuis quelques années, tous les dimanches, jour de forte affluence, des bangladais arrivés en nombre au Liban (ils sont à présent plus de 40000), investissent ce marché avec leurs propres commerces constitués de légumes asiatiques, poissons de rivière, épices, produits de beauté, dvd, etc. Ils installent leurs étals de fortune devant les échoppes et les charrettes à bras des marchands locaux créant des cohabitations inédites dans un lieu déjà saturé, autant par la présence humaine que par les significations diverses.

Je propose de rendre compte de l’expérience relationnelle et sensorielle du marché. On s’intéressera à la fois aux micros-évènements par lesquels se met en place un ordre social spécifique au lieu, comme aux propriétés visuelle et sonores qui en forment la trame sensible Le récit de la greffe se présente sous une forme fragmentée, à l’image de la vie du marché faite de glissements entre des moments d’attention et d’engagement et d’autres de déprise, des « moments lents ». Il s’agit dès lors de réassembler les échantillons sociaux et sensibles (des « samples interactionnels ») prélevés sur le marché, pour esquisser différentes figures de la rencontre entre migrants bangladais et installés locaux.

 

Nicolas Blies et François Le Gall (Producteur/auteur, projet Zoolook Rewind/Forward)
“Zoolook : Photographie sonore et reconstruction musicale de la mixité linguistique en milieu urbain”

Au début des années 80, de nombreux artistes musiciens explorent les possibilités technologiques offertes par les sampleurs. Ces nouveaux instruments permettent de reproduire et de manipuler des échantillons audio de manière totalement innovante. Jean Michel Jarre, avec l’album ZOOLOOK, dans la mouvance d’artistes tels que Brian Eno, David Byrne ou encore Laurie Anderson, va profiter de

cette technologie pour explorer une démarche sonore unique : capturer les sons des langues du monde, les découper et réinventer un langage universel à travers la musique. Cette photographie sonore des identités culturelles et sa réinvention musicale sont le point de départ de la démarche que nous allons reproduire, 30 ans plus tard, dans le cadre de notre transmedia documentaire. L¹émergence des villes globales ces dernières années a favorisé un multiculturalisme urbain, avec de nouvelles problématiques et une mixité culturelle jamais vécue au sein d¹un espace aussi important.

Ainsi, pour obtenir une photographie sonore contemporaine, 4 artistes musiciens ont accepté de s’immerger dans 4 mégapoles (NY, Sao Paulo, Berlin et Lagos) à la quête des sons qui définissent l¹identité de cette ville et plus particulièrement des langues nouvelles (ou en renouveau) qui en émergent. Parfois complètement neuves, parfois renaissantes, elles témoignent d¹un aspect peu connu de nos sociétés : une mixité vertueuse et un remix culturel au coeur de notre quotidien. Enfin, ces enregistrements serviront à nourrir la créativité de milliers de musiciens à travers le monde dans le cadre d’une approche participative et collaborative. Recyclages linguistiques, emprunts culturels et identitaires, du Spanglish à New York au Kieszdeutsh à Berlin, ZOOLOOK est une démarche qui vise à faire du sampling une sorte d’empreinte culturelle humaine, photographie d’une Babel sonore urbaine et matériau brut d’un nouveau langage musical.

 

Date :
jeudi 20 mars 2014, 15h – 19h

Lieu :
EHESS, salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Organisation :
Michel Agier, Alessia De Biase et  Anne Raulin



Citer ce billet
Claire Vincent-Mory (2014, 20 mars). Séminaire “Frontières et mouvements de la ville”, 20 mars 2014, EHESS. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh7t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.