Séminaire Lasco/Sophiapol 2013-2014, 3e séance : Lucie Bony, 28 mars 2014, Université Paris Ouest

 

La troisième séance du séminaire de Socio-anthropologie du monde contemporain (2013-2014) accueillera Lucie Bony qui fera une communication intitulée : “De la prison, peut-on voir la ville ? Trajectoires et expériences de jeunes détenus originaires de quartiers populaires”.

Lucie Bony est doctorante en géographie et en sociologie, elle effectue sa thèse, financée par la Région Ile-de-France, sous la direction conjointe de Jean-Pierre Lévy au Centre de Recherche sur l’Habitat (Lavue) et de Philippe Combessie au Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Soφapol).

Date :
Vendredi 28 mars 2014, de 17h à 19h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Lasco / Sophiapol)

 

Présentation de la communication de Lucie Bony :

De la prison, peut-on voir la ville ?
Trajectoires et expériences de jeunes détenus originaires de quartiers populaires

Les relations entre la prison et la ville peuvent être appréhendées sous divers angles. On souligne généralement que le lieu prison fait l’objet d’une mise à distance symbolique et matérielle dans la ville. De plus, on remarque que malgré les tendances à la « normalisation » des conditions de détention, le milieu carcéral impose à la population détenue des conditions de vie généralement définies en opposition par rapport à celles de l’extérieur. On observe finalement une correspondance entre le déclassement symbolique des détenus, la marginalisation des lieux où ils sont enfermés et des conditions de vie qui leur sont imposées. En tant que lieu « anormal » dans la ville et milieu « hors norme », la prison crée une discontinuité dans l’espace urbain.

Dans le cadre de ma recherche doctorale, je souhaite remettre en question cette représentation de la prison comme corps étranger dans l’écosystème urbain, comme système hors-sol relativement extra-territorialisé. En cela mon analyse s’inscrit à la suite des travaux réalisés sur le continuum carcéral. Ceux-ci soulignent en effet l’existence d’une continuité, en ville et en prison, des formes pratiques du contrôle social (militarisation du maintien de l’ordre, prévention situationnelle etc.), des réseaux relationnels (interconnaissance par-delà les murs, gangs de rue reconstitués en prison etc.) ou encore des expériences biographiques des détenus (banalisation de l’incarcération, trajectoires d’enfermement, continuité des pratiques en détention etc.). A l’instar de Philippe Combessie qui distingue les « prisons des villes » et les « prisons des campagnes »([1]) en raison de l’influence de l’écosystème local sur la répartition des pouvoirs entre les différents corps professionnels participant à l’encadrement de la détention, je propose d’étudier une « prison de banlieue ». Il s’agit ainsi de montrer que l’environnement de la prison est déterminant pour comprendre ce qu’il se passe entre les murs. Si la « prison de banlieue » est souvent une prison « en » banlieue, c’est-à-dire localisée en périphérie d’une grande agglomération, elle est surtout « de » banlieue car elle est marquée par cet environnement. Il ne s’agit toutefois pas d’affirmer que le milieu carcéral ne serait que le simple reflet de son environnement, mais de montrer que des correspondances et des interactions existent entre ces milieux. Celles-ci ont été appréhendées d’une part sous l’angle des logiques du peuplement des établissements pénitentiaires et d’autre part sous l’angle des expériences vécues des détenus.

Une recherche qui repose sur deux types de données

Le volet statistique de cette recherche visait à analyser la distribution spatiale des derniers lieux de résidence des personnes incarcérées dans les établissements pénitentiaires de la région Ile-de-France. Je cherchais ainsi à repérer puis à qualifier les espaces infra-urbains participant spécifiquement au peuplement carcéral. Je disposais, pour ce faire, d’une base de données comprenant l’âge, le statut pénal, la nature de l’infraction, la nature de la peine, la nationalité, le niveau d’instruction, l’adresse d’origine des personnes détenues dans les établissements pénitentiaires franciliens. J’ai par ailleurs eu accès aux données du recensement à l’échelon de l’IRIS.

Le volet ethnographique de cette recherche a dans un premier temps été réalisé à la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine (de décembre 2010 à juin 2011). Après une première phase de prise de repère au sein de l’établissement et d’observation des différents services de la prison (unités d’habitation, atelier, secteurs médical et d’activités socio-éducative, parloirs), il a été possible d’observer régulièrement les interactions dans les espaces communs (promenade, coursives, bureaux du personnel) mais aussi d’observer l’organisation et l’aménagement des cellules (vingt d’entre elles ont ainsi pu être photographiées). Des entretiens, parfois répétés, ont été réalisés avec 38 hommes détenus majeurs. Ils visaient à recueillir leurs rapports à l’espace résidentiel pendant leur séjour en prison et avant leur incarcération. J’ai par ailleurs cherché à retracer les grandes lignes de leur histoire de vie et à recueillir des informations sur leur famille et leurs proches. S’agissant d’analyser des trajectoires, j’ai tenté, dans un second temps, de suivre, après leur libération, quelques-unes des personnes rencontrées en détention. Celles-ci ont ainsi invitées à me recontacter par téléphone après leur libération. Quatre personnes ont ainsi pu être revues. Ces entretiens ont été l’occasion, sur la base du contenu des entretiens réalisés en détention, de saisir les modalités de leur sortie de prison, d’interroger l’évolution de leurs différentes lignes biographiques et de leur situation résidentielle suite au séjour en prison. Pour faire face à cette attrition, j’ai cherché à rencontrer d’autres personnes ayant connu une expérience carcérale (directement ou par l’intermédiaire d’un éducateur de rue ou de militants). Ces entretiens ont globalement été réalisés en présence de membres de leur entourage et s’apparentaient ainsi à des entretiens collectifs : les membres de ces groupes d’interconnaissance étaient invités non seulement à répondre à mes questions mais aussi à réagir sur les discours tenus par les uns et les autres.

Cette communication suivra le plan de rédaction de la thèse

Il s’agira dans un premier temps de présenter les logiques de peuplement des établissements pénitentiaires franciliens. S’il n’est plus à démontrer que les personnes incarcérées font l’objet d’une sélection sociale et pénale, je souhaitais en interroger la dimension spatiale. Par une analyse statistique des adresses d’origine des personnes écrouées dans les établissements pénitentiaires franciliens au 1er avril 2012, j’ai montré qu’une majorité de détenus résidaient dans des communes et des quartiers populaires avant leur incarcération. Les zones urbaines ayant un fort taux d’incarcération (nombre de détenus rapporté à la population résidente) forment ainsi l’« aire de recrutement » de la population carcérale, dont on souhaite interroger les conséquences sur le fonctionnement des établissements et le vécu des détenus.

J’aborderai dans un second temps les conclusions tirées de l’analyse des récits des expériences résidentielles des personnes détenues originaires de ces quartiers à fort taux d’incarcération.

J’en présenterai tout d’abord les trajectoires résidentielles et la façon dont le séjour en prison s’y inscrit. On remarquera que celles-ci sont plus ou moins marquées par des séjours en institution (prison mais aussi foyer, internat, CER, etc.) et que la prison faisait souvent partie de l’espace vécu de ces personnes avant même leur première incarcération.

On s’arrêtera ensuite sur leur expérience de l’enfermement, en analysant leur rapport à la cellule, aux espaces collectifs et à l’extérieur pendant leur séjour en prison. Il s’agira de s’interroger sur les modalités d’importation-reproduction en détention de pratiques propres à leur expérience urbaine pré-carcérale. Je conclurai cet exposé en analysant les discours tenus par ces détenus, depuis la prison, sur leurs quartiers d’origine. Ces discours, qui soulignent l’existence d’une continuité des rapports sociaux par-delà les murs, minimisent la contrainte et l’épreuve que représente le séjour en prison tout en présentant les conditions de vie à l’extérieur comme étant particulièrement contraignantes et éprouvantes. Autrement dit, les détenus décrivent une expérience « détotalisée » de la prison et attribuent à leur quartier d’origine un caractère « total » habituellement appliqué à l’univers carcéral.

 

 

Voir aussi :

Le programme des activités du Lasco/Sophiapol :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search