Séminaire « Questions de résistance : histoire, théorie et pratique », 2e séance, 10 mars 2014, Paris Ouest

Bandeau_resistance_2014

 

Présentation:
Nous nous proposons lors de ce séminaire d’interroger le concept de résistance, avec une attention toute particulière pour son histoire moderne. Comme nous souhaitons le montrer, l’analyse comparative des nombreuses définitions offertes à ce concept entre le XVIe et la première moitié du XIXe siècle, contribueront à apporter des éléments décisifs de compréhension et de définition de la modernité, et ce tant du point de vue de son émergence que de ses évolutions successives jusqu’à la contemporanéité.
Pour ce faire, la perspective de recherche envisagée ici sera celle d’une interdisciplinarité qui, tout en portant un regard sur les déclinaisons de nature proprement politique de ce concept, prendra également en considération ses définitions issues d’autres domaines de recherche tels que la métaphysique, la philosophie naturelle, la morale, l’esthétique, l’architecture, l’histoire ou, encore, la littérature.

 

Séance du lundi 10 mars 2014 (14h30-18h30)
Christopher Hamel (FRS-FNRS  – Centre de Théorie Politique (ULB)
Le droit de résistance républicain. Le cas de John Milton
Raphaël Chappé (Université Paris Ouest, Sophiapol/Académie de Créteil)
Penser le droit de résistance : une confrontation La Boétie / Spinoza

Modération: Miryam Giargia

 

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Miryam Giargia (Université Paris Ouest, Sophiapol/Università degli Studi di Milano), Elisa Reato (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Contact : Miryam Giargia

Programme du séminaire :
Vous pouvez consulter sur Le carnet de Sophiapol l’ensemble du programme de ce séminaire, avec tous les rendez-vous de l’année.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.