Cycle de conférences : “Psychanalyse et transferts culturels” : Olivier Douville, 4 mars 2014, Maison de l’Amérique Latine

11-18-cycle-psy-hybride

Dans le cadre du cycle de conférences “Psychanalyse et transferts culturels”, Olivier Douville interviendra sur le thème de « Trajets de la psychanalyse  en Chine ».

Date :
Mardi 4 mars 2014, 21h

Entrée libre dans la limite des places disponibles – inscription souhaitée d.kamienny@gmail.com

Lieu :
Maison de l’Amérique Latine
217 bd Saint Germain
75007 Paris
Plan d’accès

Organisation et contacts :
Diana Kamienny Boczkowski (Psychiatre-Psychanalyste, Paris)
psychanalyse@transferts-culturels.com

.

Présentation

TRAJETS DE LA PSYCHANALYSE EN CHINE, Olivier Douville

La psychanalyse a-t-elle, comme la philosophie, quelque chose à gagner (du côté de ce qui la fonde) ou à perdre (du côté de ses illusions) à passer par la Chine ? C’est probable. C’est, en tout cas, un pari qui fut tenté au double risque parfois qu’un tel passage n’entraîne  notre bonne vielle psychanalyse à la française, dans la dilution,  où à l’inverse à s’attendre à l’y retrouver toute intacte comme si elle était déjà attendue en l’état.  De cette interrogation, il est juste d’attendre des retours sur notre propre rapport à la psychanalyse, en tant que théorie de l’énonciation, plus encore en tant que pensée du sujet et théorie de l’acte.

D’un autre côté la modernité chinoise crée une nouvelle dynamique dans le rapport du sujet à sa souffrance psychique qui le pousse sinon à déserter les consultations traditionnelles dévolues au  soin des blessures de l’âme [1], du moins à les compléter par des demandes d’écoute dans des lieux où émergent la singularité d’une demande. La Chine consomme de grandes variations de dispositifs psychothérapeutiques. Les cures psychanalytiques sont rares, souvent elles se font par skype, et la psychanalyse n’est pas encore entrée dans les centres étatiques de soins psychiatriques [2]. La place de l’adresse à  un écoutant « psy » dans la société chinoise actuelle, provient du fait qu’un accentuation tout à fait nouvelle se porte sur le possible espoir que le facteur « psy » soit pris en compte dans la  reconnaissance des difficultés d’ajustement du sujet aux idéaux anciens et aux contraintes modernes. La prise en compte d’un sujet habité sinon par un conflit psychologique du moins par une densité psychologique en souffrance provient de la déritualisation du monde et d’une ouverture des subjectivités à ce que l’avenir peut avoir de peu programmable et d’inédit. L’autonomie subie plus que désirée de l’individu va de pair avec une élévation du niveau économique et l’apparition d’une classe « moyenne » où se répand ce sentiment d’une autonomie individuelle.

[1] les temples taoïstes qu soignent les dépressions et les angoisses dans des rituels de purifications collectives accueillent de plus en plus de demandes de soin que ce soit en Chine Populaire ou à Taïwan.

[2] au grand regret de certains éminents psychiatres chinois dont mon ami le Professeur Meng, à Canton, qui me fit l’amitié de m’inviter dans son service psychiatrique, surpeuplé, il était heureux de recruter quelques psychologies habiles à faire passer le teste du Rorschach, dans la tradition phénoménologique, ce qui constituait pour lui une porte d’entrée pour la pensée phénoménologique et psychanalytique.

Discutants :
Carina Basualdo, Maitre de conférences, Université Paris X . Psychanalyste, Paris, Ecole Lacanienne de psychanalyse et Xu Dan, Groupe psychanalytique-Chengdu, Chine.

.

Voir aussi :

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search