Séminaire « Histoire et affects », février-juin 2014, CIPH Paris

Capture d’écran 2010-12-05 à 18.05.03

Dans le cadre du Collège international de Philosophie, Claire Pagès organise un séminaire intitulé « Histoire et affects » qui s’inscrit dans la continuité du séminaire « Psychanalyse et théorie sociale » (2010-2013).

Dates et lieux :
Mercredi 12 février 2014 : Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris
Mercredi 26 mars 2014 : Salle Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mercredi 30 avril 2014 : Salle Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mercredi 18 juin 2014 : Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV

Pour les séances de séminaire se déroulant au Carré des sciences, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d’identité ou votre passeport, à l’exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.

.

Argumentaire :

Notre recherche concerne la façon dont les dimensions humaines du psychique et du social interfèrent entre elles. D’une part, nous nous demandons dans quelle mesure et comment la vie psychique, dans sa dimension individuelle, vient influencer, modifier, infléchir des mécanismes sociaux généraux, si bien qu’il faut en tenir compte et apprendre à les connaître si on veut comprendre certains phénomènes d’abord étiquetés comme phénomènes « sociaux ». D’autre part, nous soulevons le problème de savoir comment et jusqu’à quel point les changements socio-historiques ont une incidence sur la façon dont se déroule la vie psychique de l’individu. Sont-ils à même de modifier les destins psychiques de ses représentations gouvernés pour partie par ses mécanismes inconscients de défense ? Cela engage une réflexion sur la modification sociohistorique et la modification culturelle des processus psychiques. Qu’est-ce qui, dans la vie affective, obéit à des processus psychiques transhistoriques, qui opèrent comme des structures et qui confèrent aux sentiments une certaine universalité ? Et qu’est-ce qui, au sein des affects, est déterminé par un contexte historique ? C’est par cette interrogation que nous proposons de commencer cette année. La théorie éliassienne du processus de civilisation nous semble permettre, d’une part, d’affiner la position de ce problème et, d’autre part, de fournir des éléments de réponse précis. Aussi le séminaire se concentrera sur la façon dont Norbert Elias a analysé des phénomènes comme l’apparition de nouveaux types d’émotion, l’accroissement de la sensibilité, le refoulement croissant de l’expression des affects et émotions violents et spontanés, etc. Le caractère historique, non exactement des processus affectifs, mais des formes sociales de leur existence, implique alors par exemple pour Elias qu’il est injuste de « juger du comportement et de la sensibilité d’une personne qui a vécu à une époque antérieure comme si c’était un contemporain et [d’]ignorer qu’à son époque d’autres règles étaient en vigueur » (Mozart. Sociologie d’un génie).

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search