Séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination III”, 4e séance : Alice Le Goff, 10 février 2014, Paris Ouest

bandeau2_seminaire_domination_2013_2014

La prochaine séance du séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination”, qui  se  poursuit  pour  cette  troisième  année,  accueillera Alice Le Goff (MCF Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, membre du Cerlis). Elle donnera une conférence intitulée “Anthropologie dynamique et anthropologie politique”.

Pour une présentation des recherches d’Alice Le Goff : http://recherche.parisdescartes.fr/CERLIS/Equipe/Membres-statutaires/Le-Goff-Alice

Date :
Lundi 10 février 2014, 14h – 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment A, salle 304
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité d’organisation :
Vincent Bourdeau (UFC Besançon, Logiques de l’agir)
Marie Garrau (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Katia Genel (Université Paris 1, CHSPM)
Stéphane Haber (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Christian Lazzeri (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Alice Le Goff (Université Paris Descartes, CERLIS)

 

Présentation de l’intervention:

Cette intervention s’insère dans le cadre du séminaire ” Les conceptions contemporaines de la domination”, séminaire de philosophie sociale et d’anthropologie du Laboratoire Sophiapol, consacré cette année à une exploration de l’apport de l’anthropologie à la réflexion sur les formes de hiérarchie sociale. Il s’agira dans le cadre de la séance du 10 février (14h-16h), de revenir sur le projet d’une anthropologie dite “dynamique”, notamment associé en France aux travaux de Roger Bastide et de Georges Balandier.

En rupture avec le fonctionnalisme, à distance du structuralisme et dans un rapport polémique avec une anthropologie jugée trop conservatrice et “déshistoricisée”, les défenseurs d’une anthropologie dynamique ont eu pour but de réintégrer l’histoire, de dépasser la dichotomie des sociétés traditionnelles et des sociétés modernes et d’accorder une importance centrale aux processus de crise qui permettent d’appréhender les systèmes sociaux “en mouvement”.

On étudiera la façon dont le développement du courant dynamiste a été nourri par le souci de se donner des outils pour mieux étudier les sociétés en voie de décolonisation. On analysera ensuite la façon dont le courant dynamiste a contribué à la construction d’une anthropologie proprement politique, sous l’influence, entre autres, des travaux de Max Gluckman et de l’école de Manchester mais aussi dans le sillage des travaux d’Edmund Leach.

Puis on fera le point sur l’apport et les limites de la perspective dynamiste dès lors qu’il s’agit d’analyser les phénomènes politiques (analyses des formes de hiérarchie sociale, des rapports de pouvoir et des formes de contestation sociale, étude des rapports entre politique et sacré etc.).

 

Retrouvez la présentation et le calendrier du séminaire 2013-2014 “Les conceptions contemporaines de la domination III : l’apport de l’anthropologie”.

 

Voir aussi :
Les programmes du séminaire d’équipe Sophiapol:

– 2012-2013 Les conceptions contemporaines de la domination II (2e année)
– 2011-2012 Les conceptions contemporaines de la domination (1ère année)
– 2010-2011 Pour une épistémologie du capitalisme
– 2009-2010 La construction sociale des identités
– 2008-2009 Identités, conflits, mobilisations

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.