Soutenance de thèse : “L’art et la schize du sujet. Plasticités contemporaines” par Florian Gaité, 13 décembre 2013, Université Paris Ouest

soutenance_these

Florian Gaité, doctorant au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée “L’art et la schize du sujet. Plasticités contemporaines” sous la direction de Catherine Malabou en vue de l’obtention d’un doctorat en philosophie (section CNU : 17 – Philosophie).

Date :
Vendredi 13 décembre 2013, à partir de 9h30

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B – Salle Paul Ricoeur (B016)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Composition du jury :

M. Howard CAYGILL, Professeur (Kingston University, Londres) – rapporteur
Mme Catherine GRENIER,  Professeur (Université Paris I) et conservatrice nationale (Centre Georges Pompidou) – rapporteur
Mme Catherine MALABOU, MCF HDR (Université Paris Ouest, Nanterre) – directrice de thèse
Mme Baldine SAINT-GIRONS, Professeur (Université Paris Ouest, Nanterre) – présidente de jury

 

Résumé de la thèse :

La sociologie clinique (Ehrenberg, Gauchet), la psychanalyse lacanienne (Melman, Kristeva, Lebrun) et la philosophie française (Lyotard, Deleuze, Guattari, Stiegler, Malabou) s’accordent à penser les mutations de l’économie libidinale du sujet face aux forces répressives du macro-système capitaliste et aux injonctions de l’idéologie néolibérale. À partir d’une réflexion sur la psychopathologie sociale, leur constat commun établit l’émergence d’un sujet confronté à des processus de dépersonnalisation (perte de l’unité identitaire), de déréalisation (coupure avec le monde) et de désaffection  (incapacité à exprimer ou ressentir des émotions). Cette figure du sujet contemporain, que nous conceptualisons sous le terme de “schizé”, constitue le fil directeur d’une réflexion sur les formes d’indifférence, d’ennui ou d’immobilisme qui semblent toucher autant le public que les plasticiens. D’emblée pourtant, ces réactions ne seront pas envisagées comme des défauts de l’expérience contemporaine, mais comme de nouvelles modalités esthétiques. Sous les traits du “schizo”, de “l’épuisé” et du “traumatisé”, le sujet de l’art manifeste en effet un changement de plasticité que nous interrogeons à deux niveaux : au sens de formation de soi (la plasticité du sujet) et à celui de mise en forme d’œuvres (la plasticité de l’art). En articulant notre propos aux métamorphoses de ce concept, ce travail cherche à valoriser le potentiel herméneutique d’un terme esthétique au croisement des neurosciences et de la psychanalyse, et à suivre les déplacements formels d’une esthétique marquée par les affections collectives. Nous partons d’une problématique à double entrée : quel art peut produire un sujet troublé dans sa plasticité ? Peut-on expliquer l’indifférence du public contemporain à partir de ces modèles psychopathologiques ? Au travers des notions de “sublimation destructrice” ou de “déconcertement”, le présent travail se désolidarise d’une vision strictement médicale pour emprunter les contours d’une réflexion matérialiste et réaliste, centrée sur la question des rythmes schizotypiques de la culture, et sur celle de la négativité affectivo-cognitive de l’expérience artistique contemporaine.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.