Soutenance de thèse : “Montaigne, Spinoza, Feuerbach : l’homme en question” par Raphaël Chappé, 6 décembre 2013, Paris Ouest

soutenance_theseRaphaël Chappé, doctorant au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée “Montaigne, Spinoza, Feuerbach : l’homme en question” sous la direction de Christian Lazzeri en vue de l’obtention d’un doctorat en philosophie (section CNU : 17 – Philosophie).

 

Date :
Vendredi 6 décembre 2013, à partir de 14h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment S, salle S3
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Composition du jury :

M. Christian Berner, Professeur des Universités, Université Lille 3, Pré-rapporteur
M. Frédéric Brahami, Professeur des Universités, Université de Franche-Comté, Pré-rapporteur
M. Stéphane Haber, Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Président du jury
M. Christian Lazzeri, Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Directeur de thèse
Mme Francine Markovits, Professeur des Universités (émérite), Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Examinatrice
M. Philippe Sabot, Professeur des Universités, Université Lille 3, Examinateur

.

Resumé de la thèse

Nous partons du contraste entre l’anti-humanisme théorique d’Althusser (contre notamment Feuerbach) et certaines analyses plus récentes de l’« aliénation » (notion qui fut contestée par Althusser, en tant qu’elle renverrait à « l’humanisme », réduit à la reconnaissance d’un sujet maître de soi). Pour éclairer les enjeux de cette tension, nous prenons pour objet d’étude trois auteurs qui se démarquent de ce paradigme « humaniste » dominant au sein de la modernité : Montaigne, Spinoza, Feuerbach. Cherchant à établir qu’ils forment une ligne historico-philosophique, nous montrons qu’entre leurs pensées il existe des voies de passage historiques et d’importantes analogies. Leur façon même de se détacher, respectivement, des doctrines de la « dignité », de la « distinction réelle » de Descartes ou des variantes du sujet de l’idéalisme allemand, autorise la comparaison. C’est toujours sur fond de séparation de la philosophie d’avec la théologie que ces pensées se composent, tout à la fois, d’une perspective anti-humaniste et d’un souci de constituer une anthropologie naturelle. Si l’homme demeure au centre du discours, il ne s’agit pas du sujet de « l’humanisme ». Le travail consistant à rendre l’homme naturel contribue, à chaque fois, à défaire ce dernier de ses prérogatives traditionnelles et à libérer un espace pour concevoir l’aliénation. Nous découvrons que ces auteurs, qui ont mis passions et sensibilité au centre de l’homme, satisfont à deux injonctions apparemment contradictoires : d’un côté, le test anti-humaniste et, de l’autre, la nécessité d’aller vers un concept de l’aliénation, dans la protohistoire duquel ils s’inscrivent.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.