Séminaire “De la recherche en philosophie et en sociologie : pratiques croisées”, 1er semestre 2013-2014, Paris Ouest

bandeau pratiques croisées 2013-2014

Ce séminaire de méthode en sociologie et philosophie entend créer un espace d’échange entre les doctorant-e-s de ces deux disciplines. Chaque séance s’organisera autour de deux communications – d’un-e doctorant-e en philosophie et d’un-e doctorant-e en sociologie – articulées ensemble autour d’une thématique, d’un objet d’étude, d’une théorie ou encore d’un auteur commun.

Ce séminaire poursuit donc un double objectif :

Il permet aux doctorant-e-s  du Sophiapol de présenter et de soumettre à la discussion leurs travaux de recherche en cours. De ce point de vue, sa fonction est au moins triple : entrer dans un dialogue critique conduit par un-e discutant-e, à savoir, un-e chercheur-se confirmé-e ; prolonger ce dialogue avec les doctorant-e-s et chercheur-se-s présent-e-s au séminaire ; orienter chacun-e vers une résolution possible de difficultés théoriques et méthodologiques particulières.

Il s’attache en outre à faire se rencontrer, autour d’un thème commun ou d’une problématique commune, des approches et démarches méthodologiques institutionnellement cantonnées dans deux disciplines différentes : la philosophie et la sociologie. Les intervenant-e-s présenteront ainsi des travaux portant sur un objet commun, mobilisant un même auteur, ou encore s’inscrivant dans un même axe ou sous-axe de recherche du laboratoire Sophiapol. Ce séminaire fait le pari d’un possible enrichissement mutuel des travaux en cours des jeunes chercheur-se-s des deux disciplines. Dans cette perspective, ce séminaire, parce qu’il consiste en un séminaire de méthodologie de la recherche, présente l’intérêt de mettre en évidence le processus réel du travail de recherche, et non son seul résultat. Il permettra ainsi d’éclairer les contraintes auxquelles ce processus est soumis, les embûches dont il est jonché, l’orientation qu’il acquiert progressivement, et la manière dont les choix qui déterminent cette orientation s’y opèrent. Il rend de ce fait possible un dialogue informé entre ces disciplines, grâce à cette mise au jour des spécificités des démarches méthodologiques et pratiques de recherche de chacune. Il permettra, enfin, de penser les conditions d’un travail de recherche réellement transdisciplinaire.

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire pour le premier semestre ainsi qu’une présentation pour chacune des séances.

Ce séminaire est organisé dans le cadre des activités du laboratoire Sophiapol.

Il est ouvert à tou-te-s et ne nécessite pas d’inscription préalable.
.

Date :
Un mercredi par mois de 16h00 à 18h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ?
par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contact :
Anne-Claire Collier 
Eva Debray
Pinar Karaoglu

Jérémy Lemarié

Lara Mahi

Claire Vincent-Mory
Axel Barenboïm

.
.

Programme des séances pour le premier semestre 2013-2014

..
Mercredi 20 novembre : “Métaphysiques et représentations de la nature”

Camille Chamois (doctorant en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Les enjeux d’une approche ontologique de la nature”

Jérémy Lemarié (doctorant en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Mutations de l’économie affective de l’océan et du surf à Hawai‘i (1778-1907)”

Discutants : Jacques Defrance (Université Paris Ouest, CERSM / EHESS, CSE) et Christophe Guibert (Université d’Angers, CNRS ESO)

.
Mercredi 18 décembre : “Une juste peine ?”   

Lara Mahi (doctorante en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “L’individualisation de la peine comme révélateur du sens de la sanction ? Les effets de protection et de sur-pénalisation dans le traitement pénal des malades”

Olivier Chassaing (doctorant en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Les justifications de la peine issues du paternalisme pénal, face à l’hypothèse du contrôle social”

Discutante : Pierrette Poncela (Université Paris Ouest, CDPC)
.
Mercredi 5 février :  “L’ambiguïté des luttes pour la reconnaissance”
(Attention : changement de date de dernière minute. De plus, exceptionnellement, la séance se tiendra de 15h à 17h)

Claire Vincent-Mory (doctorante en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Reconnaître l’action de solidarité internationale des associations de migrants dans l’espace public français : une réflexion sociologique autour de la création du FORIM”
.
Cécile Lavergne (doctorante en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Violence (symbolique) de la reconnaissance ? Confrontation entre Pierre Bourdieu et Axel Honneth”
.
Discutant : Philippe Chanial (Université Paris-Dauphine, IRISSO)
.
.
Mercredi 12 février : “La maladie : une disqualification ?”
(Attention : la séance se tiendra de 14h30 à ­16h30 en salle T237).

Claude Deutsch (doctorant en philosophie, Université Paris Ouest, Sophiapol) :  “De la disqualification en santé mentale”

Clément Méric (doctorant en sociologie, Université Paris Ouest, Sophiapol) : “Être atteint d’une tumeur testiculaire : une disqualification de la sexualité et du genre ?”

Discutante : Janine Pierret (directrice de recherche honoraire au CNRS)

.

.
Détail des séances

.
1. “Métaphysiques et représentations de la nature”
.
Présentation des travaux de Camille Chamois
.
Titre de la thèse : L’objet, l’actant, le monde, sous la direction de Martine de Gaudemar (Paris Ouest, Sophiapol).
.
Ce travail tente de prendre acte d’un certain nombre de redéfinitions contemporaines du concept traditionnel d’ « objet » et essaye d’en saisir les enjeux métaphysiques. On s’appuie pour cela sur une lecture critique d’un certain nombre de travaux contemporains en sociologie et en anthropologie (Callon et Law, Latour, Descola, Thévenot) mais aussi en philosophie (Deleuze, Simondon) qui tentent de déterminer un mode d’existence social des objets, tout en évitant les lectures naturaliste et constructiviste. En témoigne le développement d’un certain nombre de concepts (« agence », « actant », « collectif ») dont la fonction est de déplacer la focale analytique en dehors du champ strictement symbolique. L’hypothèse centrale de cette étude est qu’une analyse du rôle actif des objets dans le champ social permet de poser à nouveaux frais la question du perspectivisme (Leibniz, Deleuze, Viveiros de Castro) et de redéfinir trois concepts qui y sont généralement associés – le point de vue, le monde et l’existence.

.
Présentation des travaux de Jérémy Lemarié

Titre de la thèse : Diffusions et mutations polynésiennes vers des centres : une socio-anthropologie économique, politique et religieuse du surf de 1778 à nos jours, sous la codirection d’Anne Raulin (Paris Ouest) et de Jonathan Friedman (EHESS/UCSD).

Par une sociogenèse de l’histoire coloniale et postcoloniale du surf dès 1778, la recherche interroge les conséquences d’une transmission culturelle provenant d’Hawaï vers l’Occident. Cette extension, d’une périphérie vers des centres, confirmerait une métamorphose du système de représentation de l’Occident; passant d’une identité moderne vers un éthos indigène et postmoderne. La problématique se demande : en quoi la diffusion internationale des coutumes autochtones, comme le surf, indique-t-elle une métamorphose des mœurs allochtones à partir du XVIIIe siècle ? Grâce à une analyse discursive et systémique de l’éthique polynésienne et de la société moderne, l’hypothèse soutient que la résurgence du surf au XXe siècle à Waikiki répond aux vicissitudes du peuple hawaïen et à l’organisation du travail occidental. Par l’utilisation de la longue durée, cette étude comparative engage trois villes du surf (Waikiki, Huntington Beach, Biarritz) afin d’exhumer une relation mécanique d’attraction et de répulsion entre tourismes, sports et coutumes indigènes, selon une dynamique cyclique de croissance, maturité et déclin. La recherche s’inscrit dans l’histoire des sensibilités, la sociologie urbaine et du sport, ainsi que l’anthropologie des systèmes mondiaux. Le travail définit trois périodes chronologiques et aires géographiques : a) la colonisation et l’évangélisation de l’archipel d’Hawaï (1778-1907) ; b) la réappropriation occidentale des coutumes autochtones (1907-1959) ; et c) la diffusion internationale d’un éthos agonistique et écologique (1960 à nos jours). Ces thèmes seront explorés au sein de l’analyse de contenu, le récit de vie et le terrain multi site en Californie du Sud et à Hawaï. Enfin, la grille de lecture s’attardera sur la valeur travail, le tourisme sportif balnéaire et l’interaction avec l’environnement.

Mots-clefs : Hawaï, Occident, longue durée, sensibilités, surf, systèmes mondiaux. .

.
.
2. “Une juste peine ?”
.
Présentation des travaux de Lara Mahi

Titre de la thèse : Les logiques sociales de l’enfermement carcéral des malades : étude des parcours pénaux des justiciables vivant avec une pathologie somatique chronique, sous la direction de Philippe Combessie.

Des travaux sur la construction de la sanction pénale – le sentencing – ont mis en avant les inégalités des individus face à la sanction pénale. Que l’on soit une femme ou un homme, que l’on soit étrangers ou nationaux, ou encore, que l’on ait un travail ou non, on n’est pas égaux face à la sanction pénale. En matière de santé, la question de l’impact de l’état de santé somatique des justiciables sur les jugements est systématiquement éludée au profit de travaux sur les déterminants de santé mentale. Pourtant, le haut taux de prévalence, dans les prisons françaises, de personnes vivant avec certaines affections somatiques chroniques par rapport à ceux observés en milieu libre interroge l’existence de formes de sur-pénalisation des malades. Y a-t-il un lien entre l’état de santé des justiciables et la peine à laquelle ils sont condamnés ? Après avoir observé 342 procès correctionnels au tribunal de grande instance de Paris, nous avons analysé, qualitativement, la manière dont l’état de santé est mobilisé comme un argument dans les procès et, quantitativement, les liens entre « état de santé du justiciable » et « condamnation ». Nos résultats font état d’un contrôle particulièrement coercitif, par l’institution judiciaire, des justiciables malades faisant part d’une absence d’engagement dans un processus de soin. Au cours d’un procès pénal, ces derniers sont sur-condamnés à de la prison ferme. Ces résultats nous invitent à penser l’activité de jugement comme un révélateur des formes du contrôle social qui pèse sur les malades.. .

.
Présentation des travaux d’Olivier Chassaing

Titre de la thèse : Critiques du positivisme juridique dans les théories de la justice pénale, sous la direction de Christian Lazzeri.

Résumé de l’intervention :
Nous voudrions étudier certains problèmes théoriques posés en philosophie du droit par le principe de l’individualisation des peines. À partir de l’analyse des effets de sur-pénalisation dans le traitement pénal des malades menée par Lara Mahi dans sa communication, il convient d’abord d’identifier leurs modes de justification possibles, et pour ce faire d’analyser les arguments regroupés sous la catégorie de paternalisme pénal, définie et discutée notamment par J. Feinberg. Devant les limites d’une telle défense, faut-il alors expliquer les effets indus de l’individualisation des peines par l’hypothèse sociologique du contrôle social, hypothèse toutefois à déterminer : en quel sens (critique ?) faut-il entendre ce concept, et quel serait son statut du point de vue des fonctions positives de la loi pénale ?
 
Résumé de thèse :
Les réformes pénales de la fin du XVIIIe siècle ont posé des principes qui structurent toujours le droit pénal contemporain : légalité et proportionnalité des peines, présomption d’innocence, règles de procédure accordant le droit de se défendre, individualisation des peines, etc. Cependant, les institutions chargées de la répression des comportements interdits ont depuis lors fait l’objet de critiques persistantes afin de déterminer en quoi et jusqu’à quel point la punition s’imposait au détriment d’autres formes de réponse aux comportements socialement nuisibles. Au sein de ce débat, se sont affrontées des justifications tournées sur ce qu’il est mérité d’infliger au délinquant étant donné son acte passé, et d’autres insistant au contraire sur les bénéfices sociaux de la peine en vue de garantir le bien du plus grand nombre. Plusieurs auteurs de la seconde moitié du XXe siècle comme J. Rawls, H. L. A. Hart, J. Feinberg, ou A. Ross, ont toutefois proposé de dépasser une telle opposition persistante du rétributivisme et du conséquentialisme. Dans cette perspective, ils ont, selon des arguments et des présupposés distincts, insisté sur l’analyse de la peine comme une pratique légale, précisément normative, dont la critique doit alors tenir compte de la nature juridique. À la suite de ces travaux mettant l’accent sur les normativités plurielles à l’œuvre dans le pénal, s’ouvre la possibilité de distinguer, au sein des règles du droit pénal, ce qui relève de l’acte de sanctionner et ce qui appartient à l’acte d’interdire. Nous voudrions montrer par là que l’effectivité du droit de punir ne s’épuise pas dans la répression de certains comportements, mais s’apprécie peut-être d’abord à l’aune des interdits qu’il exprime et communique à toute la société. Cette hypothèse incite dès lors à remettre en cause la réduction du droit pénal aux types de sanction qu’il définit, prononce et exécute, et à porter l’attention sur les règles de prohibition qu’il formalise à partir du social et qu’il lui adresse en retour.
.
.
.
3. “L’ambiguïté des luttes pour la reconnaissance”
.

Présentation des travaux de Claire Vincent-Mory

Titre de la thèse : Reconnaître l’action de solidarité internationale des associations de migrants dans l’espace public français : une réflexion sociologique autour de la création du FORIM, sous la direction de Stéphane Dufoix.

Né en 2002, le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations est une plate-forme associative française, d’envergure nationale, regroupant l’ensemble des fédérations d’associations de migrants et des collectifs d’associations de migrants en France. Par son histoire comme par ses caractéristiques organisationnelles, cette structure s’inscrit dans un débat politique fondateur dans l’espace publique français, marqué par une tension récurrente entre un attachement au principe universaliste et une nécessité politique d’intégrer progressivement des principes différentialistes, par le biais de traitements préférentiels mise en place selon la différence visible, ethnico-raciale, ou pour employer un euphémisme français, liées à l’origine.
Dans cette communication, nous souhaitons interroger la signification de l’existence d’une telle structure associative, représentante des associations de migrants, dans le contexte français des années 2000. Qui et que s’agit-il de reconnaître, à travers le FORIM ? A quel processus de reconnaissance a-t-on affaire ? Les débats persistants autour de la légitimité du FORIM, plus de 10 ans après sa création, semblent se nouer essentiellement autour de l’enjeu de la reconnaissance du fait minoritaire ethno-racial, dans l’espace public français.
Nous verrons que le FORIM est bâti avant tout comme un dispositif de traitement préférentiel d’une catégorie d’acteurs minorisés. Or, les fondateurs et les animateurs du FORIM veillent soigneusement à ne jamais faire mention d’aucune forme de discrimination ou d’inégalité. Cela conduit à une situation de reconnaissance ambiguë, notamment dans le rapport à l’Etat Français, qui se nourrit paradoxalement d’une ethnicisation des représentations. Enfin, les pratiques associatives du FORIM et de ses membres seront analysées. Elles témoignent de ces ambiguïtés et permettent de considérer les enjeux d’une essentialisation de l’identité associative migrante, pour un processus de reconnaissance dans l’espace public.

.
Présentation des travaux de Cécile Lavergne

Titre de la thèse : Reconnaissance, identité et conflictualité sociale chez Pierre Bourdieu et Axel Honneth, sous la direction de Ch. Lazzeri

Les relations de reconnaissance qui constituent la trame des identités sociales, et au delà les luttes pour la reconnaissance, sont-elles indemnes de toute forme de violence ? Cette question se justifie dans la perspective d’une philosophie sociale qui se donne pour tâche de penser comment les dynamiques de reconnaissance et l’émergence de la conflictualité sociale participent d’une transformation ou d’une reproduction du monde social. C’est au sein d’une lecture croisée entre un sociologue et un philosophe que nous nous proposons de la traiter : Bourdieu d’un côté, sociologue critique, qui a proposé avec sa théorie de la violence symbolique une ontologie sociale qui accorde à la catégorie de violence une fonction théorique de premier ordre. Axel Honneth en second lieu, qui prétend au contraire proposer une histoire lente mais certaine du progrès moral des sociétés humaines, de leur émancipation, grâce à la poussée des luttes pour la reconnaissance.
Si Axel Honneth reproche à Bourdieu de défendre une conception négativiste de la reconnaissance en s’interdisant d’analyser, et de décrire les attentes normatives qui animent les luttes pour la reconnaissance ; Bourdieu, à l’inverse, pourrait sans doute reprocher à Honneth une vision iréniste et « scolastique » des luttes pour la reconnaissance qui reconduit la naturalisation du monde social, et donc rejoue à un niveau théorique le renforcement de la violence symbolique.
L’idée de cette confrontation ne consiste pas à naïvement chercher un juste milieu, ou une zone d’accord entre les deux théories. Mais plutôt de voir quels effets peuvent émerger de leur confrontation pour la philosophie sociale.

 

4. “La maladie : une disqualification ?”
.
.Présentation des travaux de Claude Deutsch

Titre de la thèse : Je suis fou, et vous? De la discrimination à la prise de parole en santé mentale, sous la direction de Stéphane Haber.

Pour traiter de la disqualification en santé mentale, nous tenterons d’abord de définir ce qu’on peut entendre  par  ces mots,  puis  nous  chercherons  d’en  comprendre  le sens  d’un  triple  point  de  vue existentialiste, critique et psychanalytique. Enfin, nous chercherons à poser quelques jalons d’une alternative à la disqualification par “l’empowerment” .
1. Qu’est­ ce que la disqualification en santé mentale? La  discrimination  est  d’abord  une  démarche  intellectuelle  de différenciation  des  objets.  La disqualification  est d’abord  un  processus  d’exclusion  et/ou  d’humiliation.  Pris comme  concepts dans  une  réflexion  sur  les  idées  sociales,  on  peut  dire  que  la  discrimination  précède  la disqualification.  Il  nous  semble  que  le  concept  de  disqualification,  par  ce  qu’il  signifie d’assignation  dans  un statut  mineur  tient  mieux  compte  que  le  concept  de  discrimination  de  la dimension paradoxale de l’exclusion.
2. Réflexions sur la question folle. Ce que Sartre met en lumière, c’est que ce qui détermine la situation des juifs, c’est l’idée qu’on se fait d’eux. Si, chez le fou comme chez le juif, le désir de se fondre dans l’universel pour échapper à la stigmatisation est le même, la question ne se pose pas de la même manière. Il n’est pas évident pour quelqu’un d’accepter de se reconnaître lui­-même comme fou, en tant qu’être discriminé. Pour M. Horkheimer et  Th.  Adorno, l’idiosyncrasie n’est pas innée. Elle est le fruit de l’évolution. L’idiosyncrasie c’est le tempérament particulier. La disqualification relève de la suppression d’une altérité irréductible, d’une incarnation du principe négatif . Pour Freud, c’est l’ angoisse, articulée entre le  phantasme  de  la  mort  et  son  déni,  qui  est  à  l’origine  de  la  discrimination  des  fous.” L’inquiétante étrangeté qui s’attache à l’épilepsie, à la folie a la même origine. Le profane se voit là confronté à la manifestation de forces qu’il ne présumait pas chez son semblable, mais dont il  lui est  donné  de  ressentir  obscurément  le  mouvement  dans  des  coins  reculés  de  sa  propre personnalité.
3. L’empowerment, réponse à la disqualification. Il ne s’agit pas de nier une différence mais d’inverser les postulats et au lieu de se poser la question de l’insertion de la personne dans la société par la réduction de sa folie, de se poser la question de l’inclusion  sociale  de  la  personne  en  souffrance  psychique  par  l’accessibilité  sociale  mise  en œuvre. Mouvement d’émancipation s’inscrivant au sein du mouvement des personnes handicapées, l’empowerment  est  une  revendication d’égalité de traitement : en cela, il se rapproche du mouvement  féministe.  Il  est  aussi  une  revendication de  respect et de dignité, et en cela il se rapproche du mouvement gay et lesbien. C’est la prise en considération de la place sociale qui est revendiquée, en même temps que l’acceptation de la différence

.
Présentation des travaux de Clément Méric 

Titre de la thèse : Un cancer, et après ? Prise en charge médicale et modalités de détermination et d’organisation des conditions et des choix de vie à la suite d’un cancer. L’exemple des hommes atteints d’une tumeur germinale, sous la direction de Philippe Combessie.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’oncologie connaît d’importantes avancées thérapeutiques. Le  traitement  d’une  tumeur  testiculaire  (premier  cancer  chez  l’homme  jeune)  en  constitue probablement l’exemple­ type : dix ans après le diagnostic son taux de survie est supérieur à 95 %. En revanche, ses répercussions n’étant pas des moindres (ablation quasi­systématique du testicule, baisse  plus  ou  moins  temporaire  des  libido  et  fertilité  ou  bien  encore  possibles  troubles  de l’éjaculation), l’incertitude relative au pronostic quasi dissipée est alors transposée aux conditions et choix de vie faisant suite à la maladie, notamment aux niveaux sexuel et de l’identité de genre.
Précisément, il s’agira ici, d’une part, de montrer  comment  certaines des implications de  cette pathologie  et  ses  traitements  peuvent  être  considérées  par  le  patient  comme  une  forme  de disqualification  en  ces  deux domaines ;  d’autre  part,  d’interroger les  éventuelles stratégies  qu’il met en œuvre afin d’y répondre ou faire face.

 

.

 

 

. .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.