Nouvelle publication : « Sexualités négociées », revue « Ethnologie française », vol 43, 2013/3, juillet-septembre 2013

Typon3.indd

 

Les formes d’expression de la sexualité humaine connaissent aujourd’hui de rapides et profondes mutations. Si le choc provoqué par l’apparition du VIH a conduit à focaliser un temps leur étude sur la seule dimension du « risque », des travaux récents s’ouvrent à d’autres thématiques : diversité des pratiques amoureuses, homosexualité, prostitution, pornographie, etc. La sexualité est ici observée sous l’angle de la négociation, porteuse de figures d’échanges croisés : on peut y repérer des situations de séduction où l’articulation entre rapports sexuels et cadeaux n’est pas nécessairement l’expression d’un pouvoir. Ces négociations intègrent aussi l’économie affective car la sexualité négociée n’est pas réductible à ses manifestations physiques : elle s’exprime aussi à travers les sentiments.

Quel que soit le thème étudié, Internet s’invite dans ces pratiques et y joue un rôle grandissant. Étant un truchement qui manipule informations et communication, Internet renforce le rôle de la négociation dans ces relations amoureuses ou sexuelles, au point d’en devenir l’élément déclencheur.

Loin de conclure à une sexualité autonomisée, voire réifiée dans une singularité incommensurable, les contributions ici réunies mettent l’accent sur la forte perméabilité entre différentes sphères du social : les dimensions économiques, les contraintes légales, les moyens de communication, les relations professionnelles et privées.

Dossier coordonné par Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol) et Sibylla Mayer (Université catholique de Louvain, Chaire Hoover d’éthique économique et sociale).

 

Sommaire

Éditeurs invités : Philippe Combessie et Sibylla Mayer

 

Philippe Combessie et Sibylla Mayer,
Introduction. Une nouvelle économie des relations sexuelles ?

La sexualité était jusqu’à présent étudiée dans des perspectives différentes : orientation sexuelle, santé et risques sanitaires, genre et domination, pratiques hétérodoxes et stigmatisation, déviance et transgression, travail sexuel, etc. Le choix de porter le regard sur le caractère négocié de la sexualité conduit à les étudier dans un même mouvement. C’est d’autant plus nécessaire que les formes d’expression et d’encadrement de la sexualité connaissent de profondes et rapides mutations.
Globalement, l’analyse en termes de négociations permet d’articuler trois registres : ceux de l’économie monétaire, de l’économie symbolique et de l’économie des sentiments ou des affects, qui souvent se croisent ou se trouvent imbriqués, au moins deux à deux. Elle permet aussi d’explorer les questions de contrôle et de rapport de pouvoir, ainsi que l’espace des marges de liberté individuelle.

 

Catherine Deschamps,
Prix et valeur dans la circulation du désir

À partir de deux terrains franciliens, le premier sur la prostitution de rue, le second sur les femmes multipartenaires et leurs espaces de séduction, cet article vise à revisiter les théories de l’échange dans la sexualité. Le prix attribué à l’autre et sa valeur, déterminent des systèmes de dettes non seulement nécessaires mais pour partie recherchées. Ces dernières, matérielles et immatérielles participent des rapports de pouvoir, mais aussi de l’expression des désirs et des volontés de projection dans l’avenir.

 

Philippe Combessie,
Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ?

Taire, pour une femme, le fait d’aimer plusieurs hommes est censé faciliter le développement (ou le maintien) d’atmosphères de romance. Dire est parfois présenté comme plus honnête ; mais cela peut aussi servir à tenir certains amants à l’écart. Aucune de ces attitudes ne paraît pouvoir être maintenue telle quelle à long terme. Des hybridations se développent lorsque le pluripartenariat se prolonge, souvent liées aux façons de traiter des manifestations de jalousie.

 

Laurent Gaissad,
La Démence ou la dépense ? Le circuit festif gay entre consommation et consumation

À partir d’une ethnographie du circuit festif gay européen, cet article interroge le déplacement identitaire des hommes gais, et la maximalisation de leurs échanges, notamment sexuels, par la circulation et l’usage de psychotropes. En rupture avec la normalisation psychologique et médicale au temps du sida, ces transactions homosexuelles procèdent d’une économie de la dépense de soi et du collectif dont on tente ici la conceptualisation en termes d’affirmation somptuaire de l’identité sociale et sexuelle.

 

Mathieu Trachman,
Hiérarchie des salaires et plaisir au travail dans la pornographie

Dans le monde de la pornographie française, les actrices gagnent toujours plus que les acteurs. Cet écart met en évidence les deux significations du travail pornographique : un sens féminin où le salaire rémunère une marchandise prisée et un sens masculin où le salaire est une compensation supplémentaire à une activité satisfaisante en elle-même. Cependant, le maintien de cette différence suppose une occultation de divers aspects des transactions. Pour justifier leur salaire, les actrices doivent tenir pour implicite les attraits de leur travail, tandis que les acteurs doivent lutter contre la réduction de leur travail à une rétribution sexuelle.

 

Mélanie Gourarier,
La Communauté de la séduction en France. Des apprentissages masculins

La séduction hétérosexuelle est marquée par la différentiation dissymétrique des engagements masculins et féminins façonnant une économie sexuée des désirs. À partir d’une enquête ethnographique menée auprès d’un groupe d’hommes plaçant l’apprentissage de la séduction des femmes au cœur de leurs préoccupations, cet article s’intéresse aux normes régulant la rencontre hétérosexuelle dans le cadre d’un rapport de séduction pensé dans l’ensemble de son inscription sociale et la pluralité des acteurs qu’il concerne.

 

Marie Bergström,
La loi du supermarché ? Sites de rencontres et représentations de l’amour

Pour qualifier les sites de rencontres sur Internet, les usagers comme les commentateurs recourent régulièrement à la métaphore du « supermarché ». La notion traduit la mise en cause d’un espace qui rentre en contradiction avec les imaginaires relatifs à l’amour et à la formation du couple stable. À travers l’analyse de récits d’usagers, nous tenterons de comprendre ce qui se trouve en jeu dans cette disqualification des sites de rencontres qui conduit les acteurs à les associer non seulement à la sphère marchande mais aussi à l’univers sexuel.

 

Vincent Rubio,
Prostitution masculine sur Internet. Le choix du client

Cet article traite d’une forme récente de travail sexuel : l’escorting ou la prostitution sur Internet. Il en aborde une population inconnue, les jeunes hommes dont les services sont à destination des hommes. Ces garçons au profil socio-économique inattendu et à la pratique prostitutionnelle singulière, mettent en œuvre des procédures de classement aboutissant à un appariement social avec leurs clients. S’y articule l’inversion de la relation symbolique entre client et personne prostituée.

 

Sibylla Mayer,
Prostitution de rue féminine. Du client d’un soir à l’homme ressource

Cet article étudie les caractéristiques de la circulation de l’argent dans la prostitution de rue féminine, et notamment la manière dont elles affectent la temporalité des rencontres entre la prostituée et son client. À son tour, la distinction de trois types de relation – avec le « client d’un soir », le « client habitué » et l’« homme ressource » – permet de porter au jour les significations dont l’argent est investi et d’interroger le cadre de la « prostitution ».

 

Lucie Nayak,
Une logique de promotion de la « santé sexuelle ». L’assistance sexuelle en Suisse

Des services d’assistance sexuelle aux personnes handicapées sont désormais proposés en Suisse. Cet article montre que dans la logique pragmatique de l’assistance sexuelle, la transgression des normes sexuelles n’est pas destinée à remettre en question l’ordre sexuel dominant. Elle est au contraire envisagée comme un outil de promotion de l’idéal conformiste de la santé sexuelle auprès d’un public handicapé que cette activité récente contribue à maintenir dans un statut liminal.

 

Myriam Joël-Lauf,
Coûts et bénéfices de l’homosexualité dans les prisons de femmes

Recourir au concept de sexualités négociées pour étudier l’homosexualité en prison de femmes s’avère une perspective féconde, dans la mesure où cela met en évidence les coûts et les bénéfices qu’induit l’activité homosexuelle pour les détenues. Il s’avère par ailleurs que les transactions sont soumises à différents processus de contrôle selon les espaces de la détention où elles se déroulent.

 

Jean-Yves Le Talec,
Questions sur une sexualité gratuite. Récit d’un ouvrier gai

La sexualité occasionnelle entre hommes est souvent comprise comme « gratuite », limitée au désir et au plaisir. À partir du récit biographique d’un ouvrier gai, l’article montre que cette sexualité s’inscrit dans un système plus vaste, selon un partage « sexe » versus « amour », incluant des relations stables avec des femmes, puis avec des hommes, après un coming out tardif.  Globalement, ces transactions sexuelles sont structurées par des valeurs normatives, telles que les rôles sexués, la virilité et l’autonomie.

 

Gwénaëlle Mainsant,
Contrôle policier et définitions de la prostitution

Cet article aborde l’économie symbolique de la sexualité commerciale du point de vue d’acteurs engagés dans son contrôle : les policiers chargés de la répression du proxénétisme. Dans la mise en œuvre de la loi, les policiers opèrent un tri parmi l’ensemble des populations cibles potentielles et établissent des ruptures dans le continuum d’échanges économico-sexuels, en qualifiant certaines transactions sexuelles de prostitutionnelles en fonction de rapports de domination et de critères de prestige policier.

 

Laurie Beunet,
Pratiques de modération sur le site de rencontres Meetic

La nature des relations sur un site de rencontres est multiple ; elles font donc l’objet d’un contrôle. Fruit d’une enquête menée au sein du « service clients » du site de rencontre Meetic, cet article analyse l’organisation du travail autour de valeurs sociales liées à la rencontre amoureuse et sexuelle et permet de comprendre, à l’échelle européenne, une des formes de contrôle social sur Internet.

 

Olivier Sabarot,
Séduire : agresser ou charmer ? Un aperçu historique

L’approche et la relation sexuelle sont des moments constitutifs des capitaux individuels de féminité et de masculinité. Dans la France du XIXe siècle et du premier tiers du XXe, s’ébauchent une relative émancipation féminine et un adoucissement des modes de séduction. Aux brutalités de la période précédente qui rapprochaient la conquête sexuelle du viol succèdent des pratiques plus douces de séduction ouvrant à des fréquentations plus libres. Le flirt, principalement, constitue une nouvelle forme entre relation ponctuelle et fiançailles. Mais ces changements ne remettent cependant pas en cause l’asymétrie fondamentale du rôle entre les genres.

 

VARIA

Tristana Pimor,
Auto et exodéfinitions des « Zonards »

José Antonio González Alcantud,
Malaise dans la culture patrimoniale : l’Alhambra de Grenade et la Chellah de Rabat

Comptes rendus

In memoriam. Colette Pétonnet (1929-2012)

 

Informations techniques

Revue Ethnologie française
2013/3, vol. 43
192 p.
Editeur : P.U.F.
I.S.B.N. : 9782130618072
D.O.I.: 10.3917/ethn.133.0381

ISSN : 0046-2616
ISSN en ligne : 2101-0064
Lien : https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3.htm

Abonnement à la revue (formulaire à télécharger)

 

Voir aussi :
La rencontre « Sexualités négociées : internet, dette et contre-dette », organisée par Philippe Combessie, vendredi 11 octobre 2013, Université Paris Ouest.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.