Séminaire “Pratiques des idées”, 5ème séance, 27 juin 2013, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du HAR-CRéART et du Sophiapol.

.
Cette dernière séance du séminaire pour l’année 2012-13 sera consacrée à la présentation des travaux de Vincent Beaubois (Paris Ouest Nanterre La Défense, HAR).

Titre de la communication : « Notre culture matérielle à l’épreuve de la pensée de Simondon : esthétique et anthropologie »

Enseignant-chercheur discutant : Patrice Maniglier (Paris Ouest Nanterre La Défense, Ireph-Dipsa)
.
.
Date :
Jeudi 27 juin 2013, de 10h00 à 12h00.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 202
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Olivier Chassaing
Eva Debray
Florian Gaité
Pinar Karaoglu

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.

Présentation des travaux de Vincent Beaubois

Titre de la thèse : Une philosophie du design comme ouverture du technique au social : la notion de « problème » chez Simondon (sous la direction d’Anne Sauvagnargues).

À l’interface entre philosophie et Design Studies, cette thèse se propose de dégager une philosophie du design à travers l’œuvre de Gilbert Simondon et sa notion d’esthétique, liant technique et culture et jetant ainsi un pont inédit entre sa philosophie de la technique telle qu’elle se manifeste dans Du Mode d’existence des objets techniques (1958) et les prolongements qu’il lui donne sous le thème d’une « techno-esthétique ».

Le design, discipline impliquant technique et résonance sociale de cette technicité, se manifeste aujourd’hui sur l’ensemble de notre culture matérielle industrielle et occidentale. Le design crée des objets qui ne se résument pas à leur fonctionnement technique, puisqu’ils intègrent, à l’échelle des réseaux, la capacité de transformation sur le social de ce fonctionnement, tout en se différenciant de l’art en ce qu’ils maintiennent une exigence fonctionnelle.

Si historiquement l’art a été théorisé comme s’émancipant de la technique, notamment dans l’idéalisme kantien, cette séparation de domaine est rendue impossible à l’épreuve du design. Celui-ci se manifeste alors comme une re-materialisation pratique des arts, proposant ainsi une nouvelle alliance entre art, technique et société. L’analyse philosophique et technologique de notre culture matérielle est alors indissociable d’une fonction esthétique, Simondon ouvrant la perspective d’une « techno-esthétique » : tout objet technique peut avoir son épiphanie esthétique dans la mesure où il prolonge le monde et s’insère en lui.

Cette techno-esthétique renouvelle ainsi les problèmes philosophiques classiques des rapports entre forme et matière. Intégrant dans le projet d’un objet industriel, le potentiel transformateur de cet objet (son potentiel transducteur, selon Simondon), c’est-à-dire le fait que lui est associé un milieu se transformant dans le fonctionnement même de cet objet, il touche à la question de l’art comme puissance de transformation.

.
.

Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search