Colloque : « Fernand Deligny : errance et consistance d’une pensée », Paris, 7 juin 2013

 

À l’occasion des 30 ans du Collège, nous proposons un colloque sur Fernand Deligny, qui entend montrer, comme en écho au travail du CIPh, à quel point ce penseur inclassable croise les champs disciplinaires : philosophie, éducation, art et littérature, politique, sciences humaines…

Date:
Vendredi 7 avril 2013

Lieu:
Palais de la Découverte
avenue Franklin D. Roosevelt
Paris 8ème
(Métro : lignes 1, 9 ou 13)

Organisation:
proposé par Anne Sauvagnargues et Pascal Sévérac dans le cadre de Intersections: 30ème anniversaire du Collège International de Philosophie (1er–16 juin 2013). Colloque organisé en collaboration avec le LIS (Lettres, Idées, Savoirs – EA 4395 – Université Paris Est Créteil Val de Marne) et l’HAR (EA 4414 – Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et avec le soutien du Palais de la Découverte, un lieu Universcience.

 

Qui était Fernand Deligny (1913-1996) ? D’abord instituteur spécialisé, il est nommé en 1945 directeur du premier Centre d’observation et de Triage du Nord, lieu ouvert où se réfugient des adolescents évadés des maisons de correction ou de patronages. Après la guerre, il adhère au parti communiste et anime à partir de 1949 La Grande Cordée, association présidée par Henri Wallon et qui a pour vocation l’accueil d’enfants dits inadaptés, délinquants et caractériels. De 1962 à 1964, Deligny dirige Le Moindre Geste, un véritable “film de fous”, tourné dans les Cévennes. En 1965-66, il est invité par Jean Oury et Félix Guattari à la clinique de La Borde. À partir de la fin des années 1960, et jusqu’à sa mort, il s’occupera d’enfants autistes, près de Monoblet dans les Cévennes, dans son “radeau” comme il disait.

Depuis la publication il y a cinq ans de ses écrits, à l’initiative de Sandra Alvarez de Toledo aux éditions de l’Arachnéen, le travail de Fernand Deligny connaît un regain d’intérêt : parus autrefois dans des ouvrages souvent devenus inaccessibles, et désormais réunis dans deux livres (Fernand Deligny. Œuvres, L’Arachnéen, 2007 ; et L’Arachnéen et autres textes, L’Arachnéen, 2008), les travaux de Deligny, auprès notamment des autistes, continuent de féconder notre temps – depuis la pensée de Deleuze et Guattari jusqu’aux pratiques éducatives et artistiques d’aujourd’hui.

 

Programme

10h : Ouverture des portes, accueil et présentation de la journée.
Pascal Sévérac (CIPh, maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil)

10h30 : Bertrand Ogilvie (psychanalyste, professeur à l’université)

11h15 : Anne Querrien (sociologue et urbaniste)
Des tracés qui fabriquent du commun.

12h : Igor Krtolica (doctorant à l’ENS de Lyon)
Deligny, sur les traces de l’origine de l’art.

 

14h15 : Anne Sauvagnargues (professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense)

15h : Joël Kerouanton (écrivain et éducateur spécialisé)
L’étai Deligny – une pensée de la fabrique (qui me suit partout).

16h : Sandra Alvarez de Toledo (responsable des éditions L’Arachnéen)
Cartes et lignes d’erre : tracer pour rien, pour voir…

 

La tenue de ce colloque coïncide avec la sortie de deux nouveaux livres aux éditions L’Arachnéen : Cartes et lignes d’erre. Traces du réseau de Fernand Deligny 1969-1979 ; et Journal de Janmari.

 

 

Autres rencontres autour de Fernand Deligny :
– Jeudi 20 juin à la librairie Mollat (Bordeaux) : rencontre avec Sandra Alvarez de Toledo animée par Denis Decourchelle

– Jeudi 27 juin à la librairie Tropismes (Bruxelles) : rencontre avec Sandra Alvarez de Toledo et Jean-Michel Chaumont, animée par Sami El Hage

Suivre l’actualité des rencontres sur : http://www.editions-arachneen.fr/actualites.html

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search